La Turquie lève enfin le blocage de Twitter

Le premier épisode de la saga Turquie vs. Internet se termine enfin : Twitter est de nouveau accessible !

Ça y est, la nouvelle est tombée : la Turquie lève enfin le blocage de Twitter ! Si vous avez déjà suivi l’affaire, je vous invite à passer directement au paragraphe suivant. Le 20 mars dernier, le gouvernement turc décidait de bannir Twitter pour éviter des bruits qui mêlaient le Premier Ministre à une affaire de corruption. Une semaine plus tard, la justice turque déclarait que cette décision était inadmissible et s’assimilait à de la censure. Le gouvernement semblait ne pas vouloir s’opposer à ce jugement, pourtant le réseau social était resté bloqué jusqu’à aujourd’hui.

Et c’est ce jeudi 3 avril que la justice turque a remis en avant sa décision de lever cet embargo sur Twitter. Étonnamment, le gouvernement semble cette fois avoir cédé. Depuis cet après-midi, Twitter est de nouveau accessible de manière totalement ‘normale’. Nous rappelons qu’il était toujours possible pour les turcs de se rendre sur le site par des moyens détournés (SMS, VPN…). Il faut dire que les voix commençaient à s’élever de plus en plus contre la décision du gouvernement turc. L’opposition, les associations ou encore le département d’état américain ont tous manifestés leur désapprobation.

DrapeauTurc La Turquie lève enfin le blocage de Twitter

Quels sont les résultats de cette censure ? Tout d’abord, cela à encouragé les Turcs à aller encore plus sur le réseau social qui, plus que jamais, ont fréquenté Twitter. Ensuite, cela a permis aux municipales de se dérouler sans avoir à subir les « répercussions » de la supposée affaire de corruption, élections qui se sont soldées par une victoire du parti au pouvoir. Les choses auraient-elles été différentes si Twitter n’avait pas été bloqué ? Nous ne le saurons jamais. Le gouvernement turc a voulu, avec ses décisions autoritaires, s’imposer aux yeux de la communauté internationale : « Je me moque de ce que pourra dire la communauté internationale« , Recep Tayyip Erdogan, Premier Ministre.

Cette nouvelle est donc encourageante pour les relations entre la Turquie et Internet. L’accès à YouTube reste, lui, toujours bloqué dans le pays. Espérons que le destin de la plateforme vidéo soit similaire à celui du réseau social.

 

5 commentaires

  1. Ça sent un peu la pression dictatoriale tout ça… La censure en démocratie ça court pas les rues. Tant que ça se finit pas en massacre à la syrienne…

  2. Bonjour, moi j’ai suivi les infos sur la Turquie depuis son déclenchement dans le jardin public !
    et bizarrement je soutient le gouvernement pour ce qu’elle fait
    Tout d’abord de quel droit nous critiquons une décision gouvernementale d’un autre pays tous étant assis derrière nos écran et en suivant les info ou intox ! les libertés donner à des gens qui ne savent pas comment l’amadouer ça peut se retourner sur elle et aille des répercution néfastes sur tous un pays
    moi je dit qu’il faut laisser les affaires de l’Etat aux homme d’état .

  3. Moi, moi je suivait l’affaire :-) et contente que ça finissent avec aucune conséquence tragique
    PS: le massacre à la syrienne ! n’est pas faute de dictature, c’est ce que les média nous disent mais le problème est plus compliqué

  4. Edwin Paez on

    A partir du moment on l’on prive son peuple de libertés sans le consulter et en demander son avis, alors on n’a plus affaire à une démocratie mais bien à une dictature. Il n’y a aucun autre mot pour décrire ce type de situation.

  5. Bonjour @Edwin Paez: Désoler mais la liberté d’un peuple ne se résume pas ou bien pour être plus précis  » Pour le sens commun, la liberté s’oppose à la notion d’enfermement ou de séquestration. Une personne qui vient de sortir de prison est dite libre.
    Le sens originel du mot liberté est d’ailleurs assez proche : l’homme libre est celui qui n’appartient pas à autrui, qui n’a pas le statut d’esclave. » source Wiki donc qu’on compare cette censure de réseaux social à ce qu’endure le peuple Palestinien je suis désoler mais ici on parle de degrés de liberté
    Bref c’est mon humble avis

Et si vous mettiez votre grain de sel ?

Lire les articles précédents :
Pressy
Xiaomi et bouton Pressy : ça sent le procès

Le développeur du bouton Pressy, une idée révolutionnaire financée via Kickstarter, s’exprime au sujet du produit similaire présenté par Xiaomi.

Fermer