La « VR », vers l’humanisation du virtuel

Téléportation, storytelling, documentaires de guerre… Immersion dans les usages de la réalité virtuelle.

samsung vr

Photo : Samsung VR

SkadareArticle rédigé par Alexandre Boutillon et Arnaud Varaine, gérants de Skadare, entreprise spécialisée dans les contenus en réalité virtuelle.
Cet article s’inscrit dans notre rubrique « Paroles de Pros » dans laquelle des acteurs réputés du numérique prennent la parole sur des sujets liés à l’impact d’internet et des nouvelles technologies sur nos modes de vie.
>> En savoir plus sur Paroles de Pros et retrouver tous les articles de la rubrique.


rss-blog-icontwitter-icongoogleplus-iconlinkedin-icon

« Qu’est-ce que le réel ? Quelle est ta définition du réel ? (…) le réel n’est qu’un signal électrique interprété par ton cerveau. » Morpheus, Matrix.

Plus sérieusement, il est très difficile de parler de VR (Virtual Reality) si vous n’avez jamais essayé un casque comme l’Oculus DK2 ou encore le Samsung Gear. Aucune de vos expériences passées ne ressemble à ça.

« Vous n’observez plus l’image, vous êtes à l’intérieur de l’image. »

Il s’agit d’un nouveau media centré sur l’immersion de son utilisateur. Au fil du temps, nous nous sommes habitués à observer « l’autre monde » à travers des fenêtres ; des rectangles en 4 : 3 puis en 16 : 9. Le casque de réalité virtuelle, quant à lui, remplace l’intégralité de votre champ de vision par un plan en 360° en 3D ou en 2D. Vous n’observez plus l’image, vous êtes à l’intérieur de l’image.

Dans un premier temps, la majeure partie du contenu proposé sera basée sur l’effet « whaou ! ». Vous allez pouvoir voyager dans un autre pays, une autre planète, une autre époque, défier les lois de la gravité… Effectivement, l’utilisation de 2 de nos 5 sens (l’ouïe et la vue) permettent déjà de garantir des effets d’immersion incroyables. Facebook, à l’origine du rachat d’Oculus, parle déjà de téléportation dans moins de 10 ans. C’est-à-dire d’ajouter une dimension sociale et de créer un monde virtuel alternatif où se retrouver.

Ainsi cette invention ne va pas simplement assouvir le fantasme du gamer, mais créer un nouveau type d’entertainement : un hybride entre la narration du cinéma et l’immersion du jeu vidéo.

Désormais, des vidéastes et apprentis sorciers des nouvelles technologies s’interrogent déjà sur les règles de storytelling qui peuvent être dégagée de ce nouveau média. Être un « œil invisible» dans une scène peut en effet vite devenir lassant si ce choix artistique n’a pas d’écho particulier sur le ressenti pendant et après le visionnage. Dans un film de réalité virtuelle l’immersion ne doit pas être gratuite : le spectateur doit vivre une expérience et pour cela il faut justifier le fait de l’immerger dans l’image.

Comme dans n’importe quelle discipline artistique, les exemples les plus intéressants et appréciés ne sont pas forcément les plus réussis techniquement mais ceux qui arrivent à trouver une certaine profondeur dans leur propos. Prenons l’exemple du documentaire Clouds Over Sidra de Chris Milk (VRSE). Une jeune fille raconte son quotidien dans un camp de réfugié Syrien. Petit piano mélancolique pour accompagner le propos, scènes de vie alternées avec plans de l’interview…  sur le papier, on a bien affaire à du documentaire classique. Seulement la jeune fille vous parle en vous regardant droit dans les yeux, vous tournez la tête et vous voyez concrètement la tente où elle vit, là où elle étudie. Vous pouvez également voir ses camarades qui jouent au foot au milieu de ce no man’s land… Subitement, vous n’avez plus besoin de jouer le jeu car tout cela ne vous a jamais semblé aussi réel. Ce n’est plus le petit écran dans votre poche ou sur votre bureau qui vous briefe en moins d’une minute trente, vous y êtes. Vous êtes en train d’écouter le discours de cette jeune survivante et c’est extrêmement émouvant.

clouds over sidra

Un autre monde d’émotions et d’empathie

Autre exemple, datant de 2014, mais qui est resté dans le cœur de toutes personnes qui croyaient en la VR depuis ses débuts : un live réalisé par « JAUNT » de Sir Paul McCartney au Candlestick Park interprétant « Live and Let Die ».  On ne s’étendra pas sur le fait qu’il est très difficile de trouver un compositeur/musicien encore vivant possédant une carrière comparable, ni sur ce qu’il provoque encore chez des milliers des personnes mais voilà… Il est là. A moins de 2 mètres de vous, en train d’entamer cette mythique intro au piano. Tous les lives enregistrés que vous avez pu voir jusqu’ici vous sembleront forcément plus fades quand vous aurez découvert les concerts avec un casque de réalité virtuelle. L’intérêt n’est d’ailleurs pas simplement dans l’imitation du réel en simulant le fait d’appartenir au public de la salle. En effet, vous pouvez également être sur scène avec les musiciens entrain de capter l’étincelle du live, il s’agit tout simplement une nouvelle façon de consommer le spectacle vivant.

C’est là que tout prend sens, voilà ce que permet un tel niveau d’immersion : vous êtes bien plus réceptif à l’image et à ce qu’elle vous raconte. Ainsi les émotions sont plus viscérales, les sentiments éprouvés sont plus forts, l’empathie ressentie est dédoublée. Jamais le virtuel n’a aussi bien imité la réalité et nous ne sommes qu’au commencement.

On raconte qu’à l’avènement du cinéma, les gens s’enfuyaient de la salle lorsque le train de la Ciotat arrivait en gare… Cependant le fait de projeter sur un écran laissait tout de même la barrière du cadre. Aujourd’hui il n’y a plus de barrière perceptible, ce qui rend notre ressenti plus humain que jamais.

film-653_arrive-e-d-un-train-a-c-la-ciotat_1897

Nous le voyons chaque jour, le bénéfice tiré du virtuel est souvent réel (on travaille, on s’amuse, on s’informe, on découvre, on entretient notre vie sociale…) mais il est encore trop froid et déshumanisé. Plutôt que d’opposer le monde réel et le monde virtuel, il vaudrait mieux rester ouvert. A partir d’un certain avancement de la technologie, peut-être qu’on ne sera jamais aussi proche les uns des autres que dans un monde virtuel qui imite le réel.


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Android Google Chome
Google Chrome franchit le cap du milliard d’utilisateurs sur mobile

Le navigateur Chrome de Google continue de gagner du terrain.

Fermer