L’Afrique, le web et les blogs : Israel Yoroba, journaliste-blogueur, Abidjan, CĂŽte d’Ivoire

Suite Ă  ce billet sur la francophonie et le web, et Ă  la variĂ©tĂ© informative des commentaires qu’il a dĂ©clenchĂ©s, j’ai eu envie de partir un peu Ă  la dĂ©couverte du web et des blogs africains, et indirectement, de nous offrir un petit billet pour un voyage virtuel Ă  travers le continent noir. Cet article

Suite Ă  ce billet sur la francophonie et le web, et Ă  la variĂ©tĂ© informative des commentaires qu’il a dĂ©clenchĂ©s, j’ai eu envie de partir un peu Ă  la dĂ©couverte du web et des blogs africains, et indirectement, de nous offrir un petit billet pour un voyage virtuel Ă  travers le continent noir.

Cet article inaugure une sĂ©rie d’interviews et portraits d’acteurs du web et des blogs africains, principalement francophones, que je rangerai plus tard quand je serai grand dans une rubrique plus large web et blogs d’ailleurs que j’ai bien l’intention de dĂ©velopper au fil des mois.

Pour ce premier volet, c’est Israel Yoroba, journaliste et blogueur ivoirien qui m’a fait l’amitiĂ© de bien vouloir rĂ©pondre Ă  mes questions d’ignare sur la vie, le web, les blogs et les rĂ©seaux sociaux Ă  Abidjan et alentours.

Israel, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Israel Yoroba, j’ai 26 ans, et je suis journaliste et blogueur Ă  Abidjan, CĂŽte d’Ivoire. J’Ă©dite Le blog de Yoro, qui est mon blog personnel sur l’actualitĂ© de la CĂŽte d’Ivoire en gĂ©nĂ©ral et d’Abidjan en particulier. Le blog est l’un des plus suivis sur le portail de blogs ivoiriens Ivoire Blog.

Ton blog existe depuis combien de temps ?

J’ai crĂ©Ă© ce blog il y a deux ans, Ă  l’Ă©poque oĂč on a commencĂ© Ă  parler de blogs en Afrique “Les blogs, ce fut une vraie rĂ©vĂ©lation : libertĂ© de ton, pas de contrainte Ă©ditoriale, pas de rĂ©dac’chef sur le dos, je pouvais m’exprimer librement et surtout facilement sur le sujets que je choisissais et avec l’angle que je voulais.”francophone, et de « blogosphĂšre africaine ». J’ai dĂ©couvert les blogs alors que j’exerçais mon mĂ©tier de journaliste au Quotidien d’Abidjan. Ce fut une vraie rĂ©vĂ©lation : libertĂ© de ton, pas de contrainte Ă©ditoriale, pas de rĂ©dac’chef sur le dos, je pouvais m’exprimer librement et surtout facilement sur le sujets que je choisissais et avec l’angle que je voulais.

Les blogs sont connus en CĂŽte d’Ivoire ?

Non pas vraiment, mais on sent un vrai dĂ©marrage depuis une annĂ©e environ. Il doit y avoir une centaine de blogs ici, bien sur ce n’est pas Ă©norme mais ça progresse, et on parle d’une blogosphĂšre ivoirienne.

Quand je parcours quelques blogs africains francophones, outre la qualitĂ© rĂ©dactionnelle et la richesse du contenu qui montrent un vrai souci d’information, je constate que les thĂ©matiques sont majoritairement politiques ou sociĂ©tales. En fait les blogs africains sont vachement sĂ©rieux non ?

C’est vrai. Moi-mĂȘme sur mon blog je ne parle pas tellement de high tech 🙂 Je prĂ©fĂšre me concentrer sur des sujets qui ciblent prioritairement les ivoiriens de CĂŽte d’Ivoire, ceux de l’Ă©tranger, ainsi que les personnes comme toi qui ne connaissent pas le pays mais qui s’y intĂ©ressent, voire ceux qui prĂ©parent un voyage et qui souhaitent en savoir davantage sur la sociĂ©tĂ© ivoirienne.

C’est dĂ» Ă  ta formation de journaliste ?

SĂ»rement, et aussi au fait que je sois titulaire d’une MaĂźtrise de Sciences Politiques : je m’intĂ©resse naturellement aux aspects citoyens de l’actualitĂ©.

Qu’en est-il de l’accĂšs au web chez toi ?

C’est un peu le problĂšme[1] : il n’est pas encore trĂšs rĂ©pandu, et il est trĂšs cher. Les gens n’en connaissent pas bien tous les usages et se cantonnent souvent au tchat et aux forums. Je suis Ă©quipĂ© d’un accĂšs ADSL Ă  mon domicile mais il est limitĂ© Ă  256 kb/s pour un abonnement mensuel de 20.000 Fr CFA (environ 25 euros).

Et les cybercafés ? Toujours trÚs répandus en Afrique ?

Oui, ici il y en a Ă  tous les coins de rue. Avant je postais mes articles de blog d’un cybercafĂ© mais cela n’Ă©tait pas trĂšs pratique et c’est pour cela que j’ai investi dans un abonnement internet Ă  domicile. Cela me permet beaucoup plus de souplesse et de rĂ©activitĂ©.

Tu blogues à plein temps depuis que tu as quitté ton poste de journaliste, ou tu as une autre activité à cÎté ?

En fait je travaille dans une sociĂ©tĂ© qui fait de l’information sur internet et du coup je passe 10 heures par jour devant mon Ă©cran, alors j’en profite pour alimenter aussi mon blog et trouver mes sources d’informations.

Concernant la difficultĂ© ou le coĂ»t Ă©levĂ© des connexions internet dans ton pays, et le dĂ©veloppement rapide des infrastructures mobiles, ne penses-tu pas que le web mobile est encore davantage chez vous l’avenir du web ?

Si, j’aimerais bien ! Je rĂȘve de pouvoir bloguer en direct et en temps rĂ©el depuis un mobile, poster des notes, envoyer des photos, faire du blog-reportage vivant. Mais lĂ  encore, les Blackberry et autres iPhones, ou tout autre mobile permettant d’accĂ©der au web ne sont pas monnaie courante et coĂ»tent cher.

Tu connais d’autres blogueurs africains ? Vous vous rencontrez, vous utilisez un peu les rĂ©seaux sociaux ?

“Je rĂȘve de pouvoir bloguer en direct et en temps rĂ©el depuis un mobile, poster des notes, envoyer des photos, faire du blog-reportage vivant.”Pas vraiment, mais il y a un projet qui me tient Ă  coeur, initiĂ© par ThĂ©ophile Kouamouo, un autre blogueur rĂ©putĂ© en CĂŽte d’Ivoire,  et qui devrait se rĂ©aliser dans les 2 mois qui viennent : un BlogCamp qui rĂ©unirait tous les blogueurs qui le souhaitent et qui leur permettraient de se rencontrer et se connaĂźtre. Je pense que nous avons un travail d’Ă©vangĂ©lisation Ă  faire pour faire connaĂźtre mieux les blogs auprĂšs de le population et montrer aux gens comment ils peuvent communiquer librement et facilement avec cet outil.

Tu suis les blogs français ?

Oui, j’ai deux blogs de rĂ©fĂ©rence que je frĂ©quente rĂ©guliĂšrement : Presse-citron et Le Journal d’un avocat.

Merci pour Presse-citron ! Comment organises-tu ton blogging ?

Je cherche des informations en consultant frĂ©quemment les agendas des Ă©vĂšnements Ă  venir dans la semaine, puis je traite de l’actualitĂ© avec un angle un peu dĂ©calĂ©, pas forcĂ©ment les choses qui font la une des journaux. J’ai par exemple rencontrĂ© et interviewĂ© la semaine derniĂšre Angybelle, une styliste rĂ©putĂ©e. J’ai d’ailleurs lancĂ© un show radio, « Blogs et voix », lĂ©gĂšrement inspirĂ© de Paroles de blogs de Presse-citron, dans lequel j’interviewe ou je dĂ©bats avec des invitĂ©s.

Merci pour la rĂ©fĂ©rence 🙂 Tu utilises Skype comme nous ?

Non, toujours ces problĂšmes d’Ă©quipement et de bande passante : je possĂšde un dictaphone qui me permet de me rendre sur le lieu du dĂ©bat et d’enregistrer directement la conversation. Vous pouvez en entendre un exemple ici.

Quid de la libertĂ© d’expression en CĂŽte d’Ivoire ? Tu peux dire tout ce que tu veux sur qui tu veux ?

Oui, absolument. Le prĂ©sident en exercice a toujours dit que « jamais il ne mettrait un journaliste en prison« . Nous avons dans la presse une libertĂ© de ton complĂšte, sans censure, qui confine parfois au libertinage.

Parlons un peu star system : vous suivez de prĂšs les exploits d’un Didier Drogba dans le foot europĂ©en ou c’est quelque-chose qui ne vous concerne pas tellement ?

Si, Drogba a suscitĂ© un enthousiasme Ă©norme chez les ivoiriens, et une nouvelle façon de nous intĂ©resser Ă  ce qui se passe chez vous en Europe, puisque nous suivons assidĂ»ment les matches de Chelsea et de Ligue des Champions. Mais personnellement je suis plutĂŽt portĂ© sur la musique que sur le foot, puisque musicien moi-mĂȘme. Je suis d’ailleurs la Starac 🙂

Ah ok, je vois que la tĂ©lĂ© française exporte ce qu’elle a de mieux 🙂 Pour finir, un petit mot sur ton quotidien, tu vis dans le centre d’Abidjan ?

Oui, dans un quartier rĂ©sidentiel qui s’appelle Cocody (NDLA : tiens, ça me rappelle quelque-chose…). Je voudrais dire que je suis la blogosphĂšre française de prĂšs, et que j’espĂšre bien un jour cotoyer Presse-citron dans les hauteurs du classement Wikio !

[1] voir Ă  ce sujet Pourquoi internet est-il si cher en Afrique ?

29 commentaires

  1. C’est vrai que ça rend pas mal sur le blog ces petits encadrĂ©s mais en lecture sur le rss ça fait tout plein de ptits mĂ©langes =S

  2. Bravo Eric pour ce bel entretien qui dĂ©montre encore une fois ton ouverture d’esprit.
    Vivant au Maroc, je peux Ă©galement tĂ©moigner de la richesse de la blogosphĂšre marocaine, et je me suis fait la mĂȘme remarque que toi : les sujets sont traitĂ©s trĂšs professionnellement et sont souvent en lien avec la politique ou la sociĂ©tĂ©.

  3. J’aime bien la petite remarque ironique « Ah ok, je vois que la tĂ©lĂ© française exporte ce qu’elle a de mieux ». ^^

    Super article, merci !

    Lio

  4. Super dĂ©marche de ta part Eric..je trouve ça gĂ©nial de regarder un peu ce qui se passe chez nos voisins. merci..je sens que ça va ĂȘtre intĂ©ressant comme toujours. Bravo

  5. @Eric,

    Belle initiative que de se pencher sur la blogoshĂšre africaine. Elle commence Ă  foisonner. Ravi de constater que l’Atelier des mĂ©dias n’est pas le seul Ă  s’y intĂ©resser.

  6. Bravo, super article…l’afrique est passionnĂ© par les nouvelles technologies…c’est incroyable de voir dans de petits villages des cyber cafĂ©. J’espere voir emmergĂ© encore de nouveau blog africain.

    Guillaume Demba

  7. Merci Eric de mettre un coup de projecteur sur la blogosphÚre afro-caribéenne!
    Tu es le meilleur!

  8. Super ton article qui nous ouvre de nouveaux horizons. Par ton initiative, tu nous permet d’avoir une vision des personnes qui vivent rĂ©ellement sur place et forcĂ©ment une vision biaisĂ©e par les mĂ©dias.

  9. Pingback: Pages tagged "côte divoire"

  10. Je me permets de faire un peu de pub sur 2 sites concernant la blogosphÚre afro-caribéenne:

    http:bao.afrobazz.com qui a dĂ©jĂ  fait l’objet d’un billet chez presse citron et http://kamit-blog.com qui est une plateforme permettant de crĂ©er un blog gratuitement.

  11. Eh vieux Pere Yoro tu es en haut. Merci Eric pour cette mise en lumiere de la francophonie. Surtout que le Timing est parfait (le sommet de la francophonie se tien ces jours ci)

  12. Tu le connais peut ĂȘtre dĂ©jĂ  mais je te conseille congoblog.net de CĂ©dric Kalonji, blogueur Congolais.

  13. Pingback: Les archives (si on peut dire) « DonjipezWorld (2) : vu, lu, entendu

  14. Pingback: (rappel) Les rubriques et séries récurrentes de Presse-citron | Presse-Citron

  15. il est certain que le blog et le net en gĂ©nĂ©ral Ă  de l’avenir en afrique,
    des ordinateur peut couteux
    des connexions par téléphone GSM
    et des blogs

    face Ă  des usines de papier et des presses pour l’Ă©ditions de journaux.

    +1 pour les blogs

  16. Pingback: Africa Village — Blog — En quoi le Blog peut-il ĂȘtre intĂ©ressant pour un africain ?

  17. Pingback: Anonyme

  18. TrĂšs bon article mais qui vient me conforter dans mes pensĂ©es, car Ă  chaque fois que je tombe sur un blog africain j’ai le malheur de voir qu’il parle surtout de politique et ça n’est pas vraiment mon sujet prĂ©fĂ©rĂ©…

  19. Tiens, il faut vite que je devienne cĂ©lĂšbre pour avoir la chance d’ĂȘtre interviewĂ© ici.

    Sinon, merci beaucoup pour ce clin d’oeil Ă  l’Afrique qui m’a permit de consater que je passe par le mĂȘme chĂ©min empruntĂ© par plusieurs avant : 3 ans de galĂšre des publications dans le cyber cafĂ©, abonnement Ă  domicile depuis un mois, espoir de toucher Ă  un Iphone du genre Ă©tallĂ© dans les surfaces commerciales avec comme seule Ă©tiquette « Ă  bon prix » alors que les autres tĂ©lĂ©phones ont leurs prix indiquĂ©s sur les Ă©tiquettes.

  20. Pingback: Google va enrichir les contenus du web africain

  21. Pingback: Afrique IT News

Lire les articles précédents :
Partager un camembert n’a jamais Ă©tĂ© aussi simple avec iCharts

AprÚs le YouTube des documents, celui des présentations, voici celui des graphes, courbes, tableaux et autres histogrammes : iCharts est...

Fermer