Le chargeur de demain, c’est le corps humain

Des scientifiques coréens travaillent sur une technologie qui utiliserait la chaleur de votre corps pour alimenter des petits appareils tels que des smartphones.

La chaleur est une source d’Ă©nergie bien connue que l’homme cherche de plus en plus Ă  exploiter, en tĂ©moigne la plus grande centrale solaire thermodynamique au monde construite rĂ©cemment. Mais, le gĂ©nĂ©rateur de chaleur de demain ne serait-il pas tout simplement notre propre corps ? C’est la piste que souhaite explorer le scientifique corĂ©en Jo Byeong-jin du Korea Advanced Institute of Science and Technology. Son idĂ©e : une bande Ă  placer sur nous-mĂȘme capable de gĂ©nĂ©rer suffisamment d’Ă©nergie pour alimenter un petit appareil.

Habits énergétiques

Pour alimenter l’Ă©quivalent d’un smartphone, le professeur pense qu’il faudrait recouvrir notre corps avec une surface de 25*100 cm (environ). En clair, un T-shirt ou un pantalon composĂ© avec le matĂ©riau en question pourrait faire l’affaire. En recouvrant cette surface, la chaleur de notre corps pourrait gĂ©nĂ©rer environ 2 watts, ce qui est suffisant pour alimenter un mobile. Une fois la technologie plus avancĂ©e, Jo Byeong-jin espĂšre que notre chaleur corporelle soit suffisante pour remplacer la batterie des smartphones. Ainsi, les appareils deviendraient bien plus petits.

ChargeurHumain

 

Plus de batterie ?

MalgrĂ© cet avantage, l’idĂ©e de retirer la batterie semble ĂȘtre difficile Ă  concevoir. Il faudrait, dans un premier temps, que notre garde-robe soit constituĂ©e uniquement d’habits capables de transformer notre chaleur en Ă©nergie ce qui est Ă©videmment impossible pour le moment, la technologie Ă©tant encore Ă  l’Ă©tat embryonnaire. Mais cela impliquerait aussi que nos smartphones deviennent rĂ©ellement le prolongement de notre corps, impossible de s’en dĂ©faire et de le dĂ©crocher de nos ‘habits Ă©nergĂ©tiques’. La solution serait peut-ĂȘtre, Ă  terme, de diminuer la durĂ©e de vie des batteries ainsi que leur taille.

Le professeur Byeong travaille actuellement sur de nouvelles maniĂšres d’incorporer ce matĂ©riau Ă  des produits de masse afin de peut-ĂȘtre dĂ©mocratiser cette technologie et nous transformer en chargeurs de tĂ©lĂ©phone vivants.

(source)


7 commentaires

  1. cocotropico on

    BientÎt nous pourrons tous brancher nos smartphone sur nos bioports (situés à la base du dos).
    Vous n’avez pas de bioport ? Contactez Allegra Geller 😉

  2. Une idĂ©e trĂšs originale et crĂ©ative. Cependant il y a une question qui ne cesse de me tarauder l’esprit: Quels seraient les impacts d’une telle technologie sur la physiologie de notre organisme?

    Un dernier message pour le professeur Byeong : Du courage!! On hĂąte de voir cette nouvelle technologie sur laquelle vous travaillez.

  3. Perso l’histoire des bioport me fait un peu peur, vous imaginez quelqu’un vous demander s’il peut se brancher Ă  vous pour recharger son tel ? Ce serait plutĂŽt bizarre 😉

  4. l avenir est sĂ»rement je combinaisons de technologies celle dĂ©crite dans le billet avec du solaire du mecanique (mouvement du corps souvenez vs des montres) nouvelles batteries…

  5. Les idĂ©es ne sont jamais Ă  court lorsqu’il s’agit de trouver des Ă©nergies nouvelles.
    J’avais dĂ©jĂ  entendu parler (il me semble mĂȘme qu’un essaie grandeur nature a eu lieu) d’un mĂ©tro qui fonctionne grĂące Ă  l’Ă©nergie produit par les pas des voyageurs sur des quais Ă©quipĂ©s de capteurs.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Gmail
Mailbox vs. application Gmail : l’arbitre dit match nul !

Mailbox est arrivée sur Android. Mais pourquoi devrait-on quitter l'appli Gmail ?

Fermer