Le compte Twitter de Barack Obama hacké par des syriens ? Juste une histoire de liens…

Ce que vous devez savoir à propos du « piratage » du Twitter de Barack Obama par le groupe The Syrian Electronic Army.

Le sujet a fait le buzz lundi soir. On avait appris que le compte Twitter destiné à la campagne de Barack Obama avait été piraté par le groupe de hackers The Syrian Electronic Army. Rappelons que ce dernier a toujours été reconnu comme étant un groupe de soutien à l’actuel régime syrien.

Auparavant, ce groupe avait déjà réussi à contrôler les comptes Twitters de Reuters et d’autres médias importants. Ils ont aussi piraté une page du site de Viber, accusant l’application de messagerie instantanée d’être un outil d’espionnage pour Israël. Généralement, ce groupe de hacktivistes agit en utilisant la technique du phishing (sensibilisation de Symantec).

Ce qui s’est passé…

Hier, le compte Twitter « officiel » du groupe de hackers a revendiqué le piratage de plusieurs comptes email, liés à la campagne de Barack Obama (image à l’appui). Par ailleurs, selon plusieurs média internationaux, les comptes Facebook et Twitter de cette campagne auraient aussi été pris pour cible par le groupe.

 

Le compte Twitter aurait publié des tweets dont les liens redirigeaient vers des contenus du groupe pro-Assad. C’est ainsi que l’on a pu penser que le Twitter de l’OFA (Organizing for America) avait été piraté. Celui-ci porte le nom du président des Etats-Unis mais ce dernier ne tweeterait pas très souvent (source : AP).

Explications…

En vérité, si l’on se fie aux explications recueillies par le Huffington Post, le compte Twitter n’a pas été piraté. En revanche, les hackers ont réussi à compromettre le service de raccourcissement de lien utilisé par celui-ci. De ce fait, les liens publiés par le compte Twitter ont redirigé le trafic vers des vidéos de propagande en faveur de la révolution syrienne. Un officiel aurait expliqué : « A aucun moment, ils n’ont eu accès au compte Twitter ».

Les messages étaient rédigés par l’administrateur du compte et paraissaient tout à fait normaux. Mais les liens raccourcis étaient compromis.

Rappel : au mois d’avril, le groupe avait piraté le compte Twitter d’Associated Press, qui a été ensuite utilisé pour propager une rumeur selon laquelle une bombe a explosé dans la Maison Blanche.

(Source)
Image : Par Joshua Debner (President Obama likes the Steelers) [CC-BY-SA-2.0], via Wikimedia Commons


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Google+ : des nouveautés pour les photos, pour les vidéos et pour les Hangouts

Google+ a annoncé hier en fin d'après-midi un certain nombre de nouveautés très intéressantes, touchant aux images, aux vidéos, aux...

Fermer