Héhoooooo, y a quelqu’un (… quelqu’un qu’un un un un un…) ? Drôle d’ambiance sur internet depuis… Le Web08, comme l’impression de me réveiller dans la peau de Robert Neville ou Sam Hall, comme si un sale truc s’était passé, comme si j’avais sombré ces dernières heures dans une sorte de faille spatio-temporelle. Pourtant je

the day after tomorrow 0002 Le jour daprès

Héhoooooo, y a quelqu’un (… quelqu’un qu’un un un un un…) ?

Drôle d’ambiance sur internet depuis… Le Web08, comme l’impression de me réveiller dans la peau de Robert Neville ou Sam Hall, comme si un sale truc s’était passé, comme si j’avais sombré ces dernières heures dans une sorte de faille spatio-temporelle.

Pourtant je regarde les gens autour de moi dans le métro, j’en ai même effleuré quelques-un(e)s : ils ont l’air bien vivants (certaines odeurs ne trompent pas).

Alors quoi ? Ah oui, voilà : internet. J’ai l’impression qu’internet est mort cette nuit. RIP, Internet. Entre le réseau 3G calamiteux d’Orange depuis deux jours (en tout cas dans les secteurs que j’ai fréquentés, mais ça va nettement mieux ce matin), le Wi-Fi difficile au Web08 et capricieux à mon hôtel, des soucis chez Facebook et Twhirl, je flotte comme un zombie dans une sorte de désert numérique un peu inquiétant. Comme si une période de glaciation soudaine avait figé le réseau des réseaux post-Web08. Ajoutez à cela pas de mails là où les autres jours j’en aurais déjà reçu une cinquantaine à l’heure où j’écris ceci (remarquez, si c’est ça la fin du monde, je signe tout de suite), très peu de commentaires ici, mais aussi dans les autres (rares) blogs que j’ai pu visiter ce matin, brrrr ça sent le jurassique, je vous le dis.

A moins que… un effet secondaire du mojito Facebook ?