Le monde Tech sous Donald Trump, ça change quoi ?

Donald Trump est devenu cette nuit le 45ème président des Etats-Unis et de nombreuses questions se posent pour le secteur du numérique. Tour d’horizon.

monde-tech-donald-trump-change-quoi

Au terme d’une folle soirée, le magnat de l’immobilier et candidat républicain Donald Trump est devenu le nouveau président des Etats-Unis. Une élection surprise pour celui qui a déjoué tous les pronostics et qui s’accompagne de nombreuses questions, en particulier pour le secteur du numérique avec qu’il n’a pas été tendre durant sa campagne.

Apple & Amazon dans le viseur de Donald Trump

Donald Trump n’a pas fait de la technologie sa priorité, expliquant même « qu’on en faisait beaucoup trop sur les nouvelles technologies, surtout sur les sujets qui concernent les données personnelles » comme nous le rappelle aujourd’hui Le Figaro. Une position qui détonne alors qu’« Internet » a joué un rôle important durant la campagne, notamment par le biais de WikiLeaks et ses révélations sur la candidate démocrate Hillary Clinton.

Malgré sa méfiance, Donald Trump a évoqué le cas du secteur « Tech » ainsi que celui des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) durant ses meetings et comme souvent, il l’a fait avec un avis bien tranché. Concernant Apple, le nouveau président s’est notamment distingué en appelant au boycott de la marque à la pomme et de son produit phare l’iPhone « jusqu’à ce qu’ils donnent le code », le candidat Trump faisait alors référence à la tuerie de San Bernardino et la décision d’Apple de ne pas déchiffrer son appareil, apportant ainsi son soutien au FBI dans cette affaire qui a agité le monde de la technologie.

Dans le viseur du milliardaire, Apple s’est également vu reprocher de fabriquer ses produits en Chine et le successeur de Barack Obama a indiqué : « Nous ferons en sorte qu’Apple fabrique ses foutus ordinateurs et gadgets dans notre pays plutôt qu’à l’étranger ».

La Silicon Valley ne le soutient pas

De son côté, la Silicon Valley s’est distingué durant la campagne par le biais d’une lettre où l’éventuel élection de Donald Trump était perçu comme « un désastre pour l’innovation ». Près de 150 noms de la Silicon Valley ont signé cette lettre parmi lesquels Steve Wozniak (co-fondateur d’Apple), Ev Williams (co-fondateur de Twitter), Dustin Moskovitz (co-fondateur de Facebook) mais aussi les (co)-fondateurs d’eBay (Pierre Omidyar), de Reddit (Alexis Ohanian) ou de Wikipedia (Jimmy Wales).

En effet, si les grands groupes ne devraient pas directement être inquiétés par Donald Trump, le nouveau président a fait de la lutte contre l’immigration un thème de prédilection et cela inquiète l’épicentre de l’industrie technologique américaine. Le programme d’Hillary Clinton inquiétait moins ces géants qui ont d’ailleurs apporté un soutien financier important à la campagne de la candidate démocrate. Seul Peter Thiel, le co-fondateur de PayPal s’est démarqué en apportant publiquement son soutien à Donald Trump.

Outre Apple, le géant Amazon a été la cible des critiques du républicain qui estime que l’entreprise américaine a « un immense problème avec l’anti-trust ». Donald Trump en a surtout profité pour régler ses comptes avec Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon. Il lui reproche d’utiliser « comme un jouet » le Washington Post, un quotidien racheté par Jeff Bezos qui a soutenu Hillary Clinton durant la campagne et Donald Trump estime qu’« Amazon s’en tire si facilement avec les taxes parce qu’il[Jeff Bezos] utilise l’influence du Washington Post afin que les politiciens ne taxent pas Amazon comme l’entreprise devrait l’être ».

Une remise en cause de la neutralité du Net ?

Enfin, Donald Trump a pour ambition de « fermer Internet en partie » afin de lutter contre la radicalisation et le terrorisme et compte s’appuyer sur l’aide de Bill Gates mais aussi « d’autres gens qui comprennent vraiment ce qui se passe » comme le rapportait Le Monde fin 2015. Le président élu n’est d’ailleurs pas un grand fan de la neutralité du Net.

L’investiture du nouveau président est prévue pour le 20 janvier et nous ne manquerons pas de suivre l’évolution du monde du numérique et de la Silicon Valley sous la présidence de Donald Trump.

(Crédit photo : Pixabay)


Un commentaire

  1. En France on fiche toute la population UN DIMANCHE, alors franchement je ne pense pas que Trump puisse faire pire…

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
prisma-facebook
Il est maintenant possible de faire des Live Facebook avec Prisma

Prisma vous permettra d’appliquer des filtres artistiques sur les Live Facebook.

Fermer