Il avait défrayé la chronique et surtout la petite histoire des buzz YouTube avec sa manie d’essorer la poignée de son gros cube juste devant les radars de vitesse exprès pour énerver la maréchaussée. Il s’était fait prendre. Il a été jugé. Il a pris, mais finalement pas si cher que ça.

Il avait défrayé la chronique et surtout la petite histoire des buzz YouTube avec sa manie d’essorer la poignée de son gros cube juste devant les radars de vitesse exprès pour énerver la maréchaussée. Il s’était fait prendre. Il a été jugé. Il a pris, mais finalement pas si cher que ça.

motard1 Le motard YouTube prend 6 mois avec sursis

En septembre dernier, un motocycliste du Pas-de-Calais filmait ses exploits routiers principalement constitués de gros excès de vitesse et les diffusait sur YouTube, ce qui lui valait un petit succès d’estime. Mais comme apparemment il était plus doué pour faire fumer sa roue arrière que pour dissimuler son identité sur internet, il s’était vite fait attraper par la police, qui l’avait identifié grâce à son adresse IP : YouTube, le motard et les excès de vitesse.

Le jugement a eu lieu hier et le motard de 32 ans a été condamné pour « mise en danger de la vie d’autrui » par le tribunal de Boulogne-sur-Mer à 6 mois de prison avec sursis. Il a en revanche été relaxé des chefs de « provocation non suivie d’effet au crime ou délit par image ou moyen de communication » et « excès de vitesse supérieur à 50 km/h ». Il ne s’en sort finalement pas trop mal, même s’il devra repasser son permis de conduire.

Une mésaventure qui fera réfléchir une fois de plus tous ceux qui pensent un peu naïvement que l’on peut tout faire et tout dire sur internet en profitant d’un anonymat qui est loin d’être garanti.