Le OnePlus 3 est sorti. C’est une machine de guerre à 399 euros

Le nouveau smartphone de OnePlus a tout d’un haut de gamme, sauf le prix.

Le OnePlus 3

Comme prévu, OnePlus a présenté son nouveau smartphone, le OnePlus 3. Et comme on pouvait s’y attendre, il s’agit d’un flagship killer, d’un tueur de haut de gamme qui est doté d’une fiche technique impressionnante, mais qui est proposé à un prix imbattable (ou presque).

Sur le papier, du moins, ça a l’air très intéressant

La fonctionnalité la plus mise en avant c’est Dash Charge. L’année dernière, OnePlus avait été critiqué à cause de l’absence de la technologie Quick Charge qui permet d’accélérer le chargement du smartphone. Et visiblement, le constructeur a retenu la leçon puisque Dash Charge, sa technologie de charge rapide, permet de charger la batterie de 3,000 mAh à 60 % en 30 minutes.

Mais bien entendu, la technologie de charge rapide n’est qu’un détail. A mon avis, c’est la puissance sous le capot du OnePlus 3 qui le démarque vraiment de la concurrence. A l’instar de presque tous les nouveaux smartphones du segment haut de gamme, celui de OnePlus cache un processeur Snapdragon 820 (2x 2.2 GHz, 2x 1.6 GHz), combiné à un GPU Adreno 530. Cependant, à la différence des Galaxy S7, HTC 10 et Xiaomi Mi 5, le OnePlus 3 a une mémoire RAM de 6 GB.

Comparé au OnePlus 2, le nouveau smartphone serait 35 % plus performant et aurait 40 % de puissance graphique en plus. Et pour le stockage, on a une mémoire de 64 GB (cette année, il n’y aura pas de variantes en fonction de la mémoire). Le tout tourne sous Oxygen OS, un système d’exploitation développé par le constructeur, mais très proche du stock Android.

L’écran a aussi évolué. En effet, alors que les modèles précédents utilisaient des IPS LCD, le « 3 » est doté d’un écran AMOLED de 5.5 pouces avec une résolution Full HD, protégé par du Gorilla Glass 4.

Pour les photos, on a un capteur Sony de 16 mégapixels (1.12 µm, f/2.0) avec stabilisation optique et autofocus capable de filmer en 4K à 30 fps.

Côté connectivité, on a la 4G, le WiFi, un GPS et, cette fois-ci, le NFC. L’année dernière, OnePlus avait été critiqué à cause de l’absence de cette technologie sur le « 2 ».

Le design pourrait aussi vous plaire

Ce qui peut réellement diviser, c’est le design. Avec le OnePlus 3, le jeune constructeur chinois a décidé de rompre totalement avec ses codes pour une conception unibody faite uniquement de verre et d’aluminium.

En faisant ce choix, OnePlus suit les tendances du segment haut de gamme. Néanmoins, le constructeur semble avoir repris des idées chez Apple, Samsung et HTC. Donc, c’est certes beau et agréable mais on peut avoir l’impression d’utiliser une copie de plusieurs smartphones (en même temps, tant que c’est beau, on s’en fout).

(Cliquez sur les miniatures pour agrandir)

OnePlus3_Graphite_08 OnePlus3_Graphite_03 OnePlus3_Graphite_06 OnePlus3_Graphite_24 OnePlus3_Graphite_01 oneplus-3-h

Le OnePlus 3 fait déjà bonne presse

Pour le lancement de son nouveau tueur de haut de gamme, OnePlus semble avoir très bien géré sa communication. En effet, à peine la présentation officielle finie, la blogosphère techno (surtout anglophone) a publié une série de tests. Et la plupart de ces testeurs influents semblent satisfaits par le produit.

Selon The Verge, par exemple, « le OnePlus 3 pourrait être le premier smartphone abordable qui tient réellement la promesse d’être aussi bon que les hauts de gamme des constructeurs comme Samsung et HTC ». « Nous pouvons dire sans aucune réserve qu’il s’agira d’un excellent smartphone Android. Et en plus de cela, il est absolument magnifique », écrit de son côté Business Insider.

Prix et disponibilité

Généralement, lire un article sur la sortie d’un nouveau OnePlus est une expérience frustrante. En effet, le constructeur utilisait un système d’invitation qui faisait que ses smartphones étaient difficiles à obtenir. Mais c’est du passé car le OnePlus 3 pourra être acheté sans invitation. Il est dès maintenant disponible et il coûte 399 euros.


3 commentaires

  1. Machine de guerre sur papier car l’APN est finalement très moyen et manque clairement d’optimisation !

    • Sans oublier que l’écran affiche des couleurs saturées et que le blanc tire vers le bleu. Mais malgré ces quelques défauts (en plus de son design peu inspiré), il mérite son titre de flagship killer.

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
iPhoneSE-4ColorFan-PR_US-EN-PRINT
Ventes d’iPhone : l’année 2016 risque d’être assez mauvaise pour Apple

Il y a quelques mois on sentait un début de retournement de tendance pour Apple, qui pour la première fois...

Fermer