Le pèlerinage numérique de la ministre française

Depuis hier Fleur Pellerin, ministre de l’économie numérique française, a commencé un voyage de trois jours dans la Silicon Valley, l’occasion de faire un point sur son programme.

Notre chère de la ministre de l’économie numérique a décidé de partir en voyage pour l’Amérique durant 3 jours. Afin d’envisager son secteur hors des frontières françaises, elle a décidé de rencontrer de nombreux acteurs qui participent à cette économie. Ayant débuté hier, son périple dans la Silicon Valley promet d’être chargé de travail. Avec l’affaire Dailymotion ou les nombreuses questions de liberté et censure, la France n’est pas spécialement dans de bonnes grâces avec les géants du web, l’occasion pour elle de revenir sur ces affaires et de calmer le jeu.

Premier rendez-vous en date : Twitter. Notre ministre va rencontrer deux personnes du réseau social, Alex MacGillivray, directeur juridique et Katie Stanton, vice-présidente chargée du développement des marchés internationaux. Les conversations devraient tourner autour des tweets racistes et homophobes qui gangrènent le site et créent quelques points de désaccord entre le gouvernement français et Twitter. Alors que l’oiseau bleu défend une liberté d’expression totale et entière, la France refuse d’accepter des publications qui incitent à la haine. Il devrait aussi être question de l’installation d’une filiale française du réseau social à Paris.

FPellerin

Le deuxième rendez-vous important sera avec le géant Google et aura lieu le mardi 4 juin. F.Pellerin rencontrera David Drummond, vice-président exécutif en charge du développement et directeur juridique de Google. Il y sera une fois de plus question de droits et de libertés, même si l’on en sait assez peu sur le contenu de cette future entrevue. Enfin, elle devrait rencontrer, lors d’un troisième rendez-vous, Sheryl Sandberg, directrice générale de Facebook. Les discussions auront notamment pour thèmes la vie privée et la protection de celle-ci par rapport aux lois françaises.

On ne sait, bien évidemment, pour l’instant pas quels sont les résultats de tous ces rendez-vous et nous n’hésiterons pas à vous en faire écho dès que possible. C’est tout de même une bonne nouvelle que la ministre n’hésite pas à se déplacer pour régler les problèmes pouvant exister, la dernière intervention du gouvernement français contre Yahoo! n’ayant pas plu à tout le monde. F.Pellerin n’a pas volé son nom puisqu’après un récent voyage en Corée du Sud et son passage en Californie, elle suivra le président Hollande au Japon. (oui le jeu de mot est nul mais je n’ai pas résisté)

Image: ‘CNNum – Bureau de la ministre netNeut
http://www.flickr.com/photos/19663157@N00/8551890600
Found on flickrcc.net


7 commentaires

  1. « l’oiseau bleu défend une liberté d’expression totale et entière »
    Je trouve de plus en plus que la liberté d’expression a bon dos… Sommes-nous donc obligés, pour dire ce que l’on pense, d’être insultant et de dire qu’on souhaite la mort d’une personne ou d’un groupe de personnes entier ? Est-ce si difficile que de donner son avis dans le respect des autres ?
    N’oublions pas que la liberté de chacun s’arrête la où commence celle des autres !

    • Axel-Cereloz on

      C’est exact et c’est ce qu’elle va aller défendre contre le réseau social. Je trouve aberrant que la France soit considérée comme « hostile » juste parce qu’elle veut réguler ce genre de publications inadmissibles.

  2. Donc en gros, elle se déplace aux USA pour demander l’application des lois française en France. Un truc que tu peux faire à Paris avec un juge, quoi …

  3. En ce qui concerne les tweets insultant, je ne vois pas pourquoi il devrait y avoir de filtrage pour plusieurs raisons:
    – personne n’est obligé de suivre quelqu’un qui balance des Tweets que l’on juge insultants
    – la loi autorise toute personne se sentant insultée de déposer une plainte, de passer par un juge, qui filtrera les demandes irréalistes de celles qui tombent sous le coup de la loi et demandera l’identification de la personne incriminée pour des poursuites judiciaires.
    Рqui va contr̫ler les gens qui censurent Twitter ?

  4. La France va aux Etats-Unis pour défendre une idée de la liberté d’expression, et la France va en Chine défendre une idée de la liberté d’expression. Sommes-nous si parfait que nous allons dans chacun de ces pays pour faire comprendre le bien et le mal ? Pourquoi voiloir a tout prix changer les idéologies des autres pour les aseptisés et les faire a notre image si parfaite ?
    Je vois des insultes sur les gros, les petits, les roux, les chinois, les portugais, les roumains…. partout sur Twitter et ailleurs, la France ne s’émeut pas ? Un jeune collégien roux s’est suicidé il y a quelques semaines a cause de moquerie sur les roux, est-ce donc moins grave ?
    Le problème avec votre bonne morale, c’est que vous suivez comme des toutous les médias qui feraient croire qu’il n’existe que 2 souffrances le racisme et particulièrement l’antisémitisme et l’homophobie. Il existe une variété infini de haine (et l’antisémitisme et l’homophobie n’emporte pas la palme de ceux qui se font plus insultés ou frappés)… Après la question est : faut-il interdire toute haine ? Donc la haine des fourmis aussi ? ou bien on peut penser que nous sommes tous assez intelligent pour comprendre que la liberté d’expression doit-etre plus importante. Il n’y a « proportionnellement » pas plus de crimes ou d’attaques racistes ou homophobes aux Etats-Unis qu’en France, alors que le premier pratique la liberté d’expression, le deuxieme censure a outrance la liberté d’expression.
    Après si vous sentez trop de laisser aller, que vous supporter pas que l’on est de la haine envers les fourmis allez a Cuba, la bas, au moins vous serez ravi, la liberté d’expression est légerement controlé et il est interdit d’insulter les fourmis et par la meme les gens qui ont des cheveux courts.

  5. Donc Madame La Ministre va parler de droit, d’éthique mais ne va pas évoquer comment développer l’économie numérique.

    A mon avis, ils (Google et FB) n’ont rien à foutre de l’avis de la France sur la question de l’éthique et du web et la France continue de se prendre pour ce qu’elle n’est plus.

    Secundo, l’économie numérique serait une voie de sorti de crise et la silicon vallée un exemple dont on pourrait s’inspirer et dont on a GRANDEMENT besoin.

    Donc : soit cet article est mal documenté (ce que je crois et espère), soit y’a plus qu’à se barrer.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Asus, son nouvel hybride : Transformer Book Trio

Transformer Book Trio, le prochain hybride d'Asus devrait proposer une expérience 3 en 1 d'un nouveau genre. Au programme :...

Fermer