Kaspersky Lab a publié une longue étude qui traite des tentatives de phishing de 2011 à 2013. Petit débriefing des résultats.

Kaspersky Lab, une société spécialisée dans la sécurité des systèmes d’information, a publié une étude dans laquelle elle s’est intéressée aux attaques de phishing de 2011 à 2013. En se penchant sur le cas de la France, on se rend compte qu’elle a subi plus d’un million d’attaques en l’espace d’un an (environ 3.000/jour). Le nombre de tentatives d’hameçonnage a augmenté, pour la France encore, de 60% par rapport à l’année dernière.

Même si ce chiffre peut s’avérer inquiétant, nous ne sommes pas les plus à plaindre. Le Vietnam (+160%), les États-Unis (+134 %), l’Inde (+128 %) et l’Allemagne (+ 107 %) ont connu une croissance du phénomène bien plus élevée que nous. Au niveau mondial, les attaques ont augmenté de 87% avec 20 millions d’utilisateurs concernés par les attaques sur la période 2011/2012 contre 37 millions sur la période 2012/2013. Nous nous positionnons donc, avec nos 60% en dessous de la moyenne globale mais nous restons tout de même le septième pays le plus touché par les attaques de phishing.

EtudePhishing Le phishing en pleine explosion, la France est le septième pays le plus touché

Un autre phénomène intéressant soulevé par l’étude est la tendance des pirates à délaisser l’hameçonnage par e-mail pour lancer leurs attaques directement depuis le Web. Les mails ne représentent plus que 12% des attaques, le reste est réparti sur les bannières et autres liens qui mènent à des sites malintentionnés que l’on peut retrouver sur des forums, des blogs ou encore des réseaux sociaux. En France les sites les plus visés par les cybercriminels voleurs de données sont Google, Facebook et La Poste.

On a récemment entendu parler d’une affaire d’attaques de phishing en Iran à la veille des élections. On comprend bien que la technique du mail soit peu à peu délaissée, les internautes commencent à connaitre le procédé et se méfient de ces messages qui leur demande de donner toutes leurs informations confidentielles.

Si vous voulez en savoir plus, consultez la longue étude de Kaspersky Lab qui contient un nombre important d’informations.