Le poker en ligne dans la tourmente

C’Ă©tait censĂ© ĂȘtre une vĂ©ritable mine d’or mais finalement tout n’est pas si rose. Trois ans aprĂšs la lĂ©galisation du poker en ligne en France, plusieurs sites envoient un cri d’alarme au gouvernement.

Le poker Ă©tait devenu relativement populaire au cours des annĂ©es 2000 puis le gouvernement française a dĂ©cidĂ© d’autoriser sa pratique lĂ©gal en ligne en 2010. Malheureusement pour lui, le secteur est loin d’ĂȘtre florissant aujourd’hui. Les gros joueurs quittent les plateformes françaises, les sites ferment, les joueurs dĂ©butants sont de plus en plus rares… autant de points qui ont dĂ©cidĂ© Pokerstars, Betclic, Francaise des jeux et BarriĂšre, des opĂ©rateurs de jeu rĂ©unis au sein d’une fĂ©dĂ©ration nommĂ©e le Geste, Ă  envoyer un appel au secours au ministĂšre des finances.

En 2012, le chiffre d’affaire du poker en ligne en France avait baissĂ© de 5%. Pire encore, pour le premier trimestre 2013, la baisse est de 13%. « A rythme constant, l’activitĂ© française pourrait accuser en 2014 une baisse de plus de 20 % qui se rĂ©vĂ©lerait particuliĂšrement catastrophique pour les opĂ©rateurs » ont Ă©crit les opĂ©rateurs membres de Geste.

Certains paient dĂ©jĂ  cette baisse d’activitĂ©, notamment Partouche, l’un des premiers Ă  s’ĂȘtre lancĂ© dans le secteur du poker en ligne en 2010. Son site de jeu online ferme aujourd’hui dĂ©finitivement ses portes. Il n’est cependant qu’un parmi tant d’autres puisque dĂ©jĂ  dix sites ont fermĂ© ces deux derniĂšres annĂ©es. Il y aura probablement d’autres victimes, notamment les sites peu frĂ©quentĂ©s.

Il reste aujourd’hui quinze opĂ©rateurs en France dont les grands gagnants Winamax et Pokerstars qui semblent ĂȘtre les seuls Ă  bien s’en tirer avec tout de mĂȘme trois quarts du marchĂ©. Les treize autres se partagent le petit quart restant et serrent les dents. La plateforme de la Française des Jeux, LB Poker, en association avec BarriĂšre et Marin Karmitz, connait le mĂȘme problĂšme et a coĂ»tĂ© cher Ă  mettre en place. Pour sortir de cette impasse « Nous examinons toutes les mesures possibles« .

FrançaiseDesJeux

Une des raisons majeures pour lesquelles le poker en ligne va mal, c’est Ă  cause des nombreuses inspections fiscales menĂ©es par le gouvernement Ă  l’encontre des grands joueurs français. Suite Ă  cela « environ 1 500 gros et trĂšs gros joueurs, gĂ©nĂ©rant prĂšs de 400 millions d’euros de mises annuelles, ont quittĂ© le marchĂ© français du poker en ligne, estime le Geste. Une majoritĂ© d’entre eux joue dĂ©sormais sur les plateformes Ă©trangĂšres.« . Ces joueurs voulaient faire valoir le poker comme un jeu de hasard pur, dont les gains ne sont pas imposables. Il faut savoir qu’au poker 10% des joueurs reprĂ©sentent 90% des gains.

Diverses pistes sont envisagĂ©es pour tenter de redresser la barre. La premiĂšre consiste Ă  autoriser plus de variantes de poker, la France en proposant moins que les autres pays. Une autre demande au gouvernement français d’autoriser les joueurs de diffĂ©rents pays Ă  jouer ensemble, pour ainsi augmenter le public potentiel et les gains. Enfin, un regard est tournĂ© vers les plateformes mobiles qui sont susceptibles de drainer un public dĂ©butant. Le gouvernement pourrait bien aider les plateformes de poker Ă  retrouver la santĂ© mais de rĂ©elles craintes existent quant aux risques de blanchiments d’argent que pourrait apporter un Ă©largissement du poker en ligne.

(sources [1], [2])

 


30 commentaires

  1. La fermeture d’un certain nombre de site n’est elle pas logique au final? 15 site concurents qui proprosent environs les meme service, il est normal que certain sortent du lot, 1 leader 2 ou 3 challenger. il n ‘y a guere plus de place sur le web…

  2. Il faut allĂ©ger l’imposition en matiĂšre de poker surtout sur le poker en ligne, car l’ARJEL ne pourra jamais empĂȘcher un joueur de français de jouer a l’étranger ou l’imposition es moindre voir nul. Avec un bon proxy privĂ©e ou un VPN il n’y a aucune limite. il faut dire aussi que 15 c’est trop pour que tout le monde mange a sa faim…

  3. Rien d’Ă©tonnant.

    L’Ă©tat a mis en place l’Arjel, sous le prĂ©texte de vouloir protĂ©ger les joueurs. En rĂ©alitĂ©, il ont voulu toucher leur part du pactole en augmentant Ă  leur profit le prĂ©lĂšvement aux tables. Du coup, les mauvais joueurs ont perdu plus vite et les bons ont gagnĂ©s moins (ou se mis Ă  perdre).

    RĂ©cemment ils envisageaient d’imposer les gains des joueurs…

    Comme on dit au poker :
    On peut tondre un mouton plusieurs fois, mais on ne peut le dĂ©pecer qu’une seule fois.

  4. Stéphane on

    On ne va quand mĂȘme pas plaindre des sites dont le seul but est de faire perdre de l’argent (et parfois beaucoup), Ă  prĂšs de 90% des gens qui le visitent …

  5. La plus grande bĂȘtise a Ă©tĂ© faite par les opĂ©rateurs eux-mĂȘmes… On sait depuis le dĂ©but de l’ouverture qu’il n’y a pas la place en France pour plus de 2 voire 3 grand max plateformes de jeu…
    Chacun a voulu y aller de sa plateforme.
    Résultat des courses: peu de joueurs sur chaque plateforme, ce qui dégoûte les joueurs et leur fait penser que la version française du poker online est pourrie.

    Au lieu de co-signer des lettres 3 ans aprĂšs, ces mĂȘmes opĂ©rateurs auraient mieux fait d’avoir une stratĂ©gie marketing au moment de l’ouverture et utiliser en marque blanche les 2/3 plateformes leaders du marchĂ©.

  6. L’alcool et le tabac sont interdits de publicitĂ©s, alors que le jeux non. Les misĂšres sociales dans lesquels ces jeux emmenent beaucoup de monde, me fait dire que ces jeux de pasdechances devraient etre interdit. Aujourd’hui ils se plaignent mais aucun ne se soucient des problemes que ces jeux engendrent. Alors oui l’Etat l’a autorisĂ© juste pour gagner plus de pepete sur le dos des citoyens. La Francaise des jeux aussi bien sur… tous les jeux de hasard devraient etre interdit…
    J’espĂšre juste qu’un jour certains personnages politiques, ou certaines associations se reveilleront.

  7. Alain Eskenazi on

    Avec 40 % d’imposition difficile de s’en sortir… a moins que l’idĂ©e Ă©tait de restaurer a long terme le monopole de la française des jeux et du PMU. Sachant aussi que l’objectif inavouĂ© des petites marques qui meurent aujourd’hui petit a petit Ă©tait de rentrer dans le poker en attendant la lĂ©galisation des autres jeux de casino…cela n’en prend pas le chemin.

  8. quand il s’agissait d’amasser les pĂ©pettes sur le dos des joueurs on les entendait moins…ce n’est pas moi qui vais les plaindre. D’un autre cĂŽtĂ© le gouvernement n’a toujours compris que dĂ©localiser une sociĂ©tĂ© internet est trĂšs facile et on peut rĂ©ellement parler de concurrence dĂ©loyale.

  9. « Une majoritĂ© d’entre eux joue dĂ©sormais sur les plateformes Ă©trangĂšres »…. je croyais que c’Ă©tait interdit.. bref tout ça du bluff pour tenter des faveurs fiscales de Bercy.

  10. C’est drĂŽle de les voir pleurer auprĂšs du ministĂšre… Si ça avait cartonnĂ©, auraient-ils demander Ă  payer plus d’impĂŽts ?

  11. @malko
    Un bluff, j’en doute, avec toutes les mesures misent en place et le cloisonnement opĂ©rĂ© par l’Ă©tat, Bercy Ă  une trĂšs bonne idĂ©e de la santĂ© du secteur.

  12. Il faudrait commencer par autoriser plus de variantes et permettre aux Ă©trangers de jouer sur les salles de poker en ligne françaises…

  13. « C’était censĂ© ĂȘtre une vĂ©ritable mine d’or » … il faut rien connaitre au poker pour Ă©crire cela… (comme les journalistes du Monde par exemple 😉

    @kuzeo : les 2 leaders autorises les joueurs Ă©trangers (de l’UE)

  14. Franchement, … rien Ă  foutre. Bien au contraire !!!
    Business de merde qui cherche Ă  rĂ©cupĂ©rer les RMI et RSA (entendu de la bouche d’amĂ©ricains qui voulaient m’acheter des presta – « Notre objectif & notre marchĂ©, ce sont les 7 milliards de votre RMI. Ahahah »). Que des boĂźtes qui font tourner l’Ă©vasion fiscale Ă  plein nez et embauchent Ă  peine qq dizaines de collaborateurs. Aucun intĂ©rĂȘt. Bien au contraire.
    Ils ont tous crus Ă  l’eldorado. Ils ont tous voulu se dĂ©velopper chacun de leur cĂŽtĂ© (pour se faire racheter trĂšs cher, in fine, puisque tout le monde savait que seuls 3 ou 4 pourraient s’en sortir). Les casino pleuraient (et ne pleurent plus finalement). Les sites ne se plaignaient pas quand ils commençaient Ă  gagner de l’argent.
    Bref, bien fait pour leur gueule ! Je suis ravi ! 🙂

  15. C’est un domaine assez complexe le poker, dommage que ces opĂ©rateurs ne parlent pas du problĂšme qu’ont certains joueurs accro au poker.
    Et concernant la fiscalisation, bienvenu en france…

  16. Il y a un phĂ©nomĂšne de concentration, seuls quelques opĂ©rateurs tirent leur Ă©pingle du jeu, et franchement, je ne vais pas plaindre les autres. Ils parlent de baisser les taxes ? Ce n’est pas le souci, si dans leurs salles de poker il n’y a personne, baisser les taxes ne changera rien !

  17. @Oweia
    C’est mal connaitre ce business.
    Les taxes ont un effet direct et mesurable sur le taux de frĂ©quentation des salles. Elles sont prĂ©levĂ©s directement sur chaque main jouĂ©e. Plus elles sont Ă©levĂ©s, et plus il est difficile de gagner, donc plus les joueurs perdent vite et s’en vont. C’est aussi simple que ça.

    Le cÎté moral du poker est un autre sujet.
    Doit-on interdire le poker, le loto, le pmu, les jeux de grattage ?
    Ou fait-on la supposition que les gens sont responsables et doivent donc ĂȘtre libre de leurs choix ? Je n’ais pas la rĂ©ponse. Pour autant sur ce sujet, l’aviditĂ© des opĂ©rateurs n’a rien Ă  envier Ă  celle de l’Ă©tat.

  18. La fermeture de certains site de poker en ligne n »est pas si mal,n’oublions pas qu’il existe la maladie du jeu qui peut frapper n’importe quel joueur et ceux ci sur internet ne subissent aucun contrĂŽle,aucune limitation,et se retrouvent livrĂ©s Ă  eux mĂȘme.

  19. C’est bien malheureux que les sites en arrivent lĂ , et croyez moi, si ils sollicitent l’Ă©tat ce n’est pas pour rien…
    Les dĂ©bats sont bien gentils sur le .eu mais concrĂštement , le marchĂ© se casse la gueule, il y a de moins en moins de joueurs, les rooms se font de moins en moins d’argent, et par consĂ©quent l’Ă©tat Ă©galement!
    Enfin, je comprends que l’Ă©tat ait d’autres chats Ă  fouetter, mais en attendant il est bien content de prendre les €200 000 millions via l’ARJEL chaque annĂ©e…

  20. C’est comprĂ©hensible que la prioritĂ© de l’Ă©tat ne soit pas les sites de Poker en ligne, mais si les opĂ©rateurs se permettent d’envoyer une note au gouvernement, c’est quand mĂȘme qu’il ya un problĂšme quelque part.
    Depuis le passage au .fr , le poker en ligne chute et l’Ă©tat n’est pas mĂ©content de prendre les 200 millions d’euros par an via l’ARJEL …
    Il faudrait expliquer aux personnes que le Poker n’est pas malsain et qu’un passage au .eu serait bĂ©nĂ©fique pour Ă©normĂ©ment de parties!

  21. Vite un partouchethon !!!!
    Sans dĂ©conner, je ne vais pas les pleurer. Il y a trop de rooms existantes et c’est dans la logique capitaliste, la leur, qu’il y a une concentration.
    De plus il y a de moins en moins de joueurs parce que l’effet de mode qu’il y a eu au milieu des annĂ©es 2000 c’est tari (et pas qu’a cause de la crise, les jeux de hasard se portent bien).

    @Jiajo: tous les jeux de hasard devraient ĂȘtre interdit

    Le poker n’est pas un jeu de hasard. Un rĂ©cent jugement l’a brillamment dĂ©montrĂ©. D’ailleurs que 10% des joueurs prennent 90% de gains en est la preuve.

    @Benoit: que Partouche ferme ne changera rien cette manne de millions puisque les joueurs iront sur les autres rooms. Le principal « problĂšme » c’est qu’il y a de moins de moins de joueurs. Mais est-ce vraiment un problĂšme ???

  22. @benoit
    Le poker chute partout dans le monde, pas qu’en france. cf les WSOP, le black friday, ou le flop du truc des Tapie…
    Le mythe du mec qui peut gagner des millions tombĂ© du ciel, initiĂ© par Moneymaker, a du plomb dans l’aile et le pecun voulant faire fortune qui va se faire plumer sur les sites en ligne par tous les shark de la terre ne vas pas y rester longtemps, quelque soit le rake.
    Le pecun il veut faire fortune, pas jouer au poker.

  23. La chute des sites de poker vas entrainer beaucoup de sites qui font de l’argent avec des emplacements publicitaire louer vers la disparition, ils faut dire aussi que depuis qu’une rĂ©gulation Ă  Ă©tĂ© mise en place l’affiliation jeu est devenu n’importe quoi.
    Un joueur n’ai pas forcement quelqu’un qui claque tous sont argent dans le jeux, je connais des joueurs qui jouent moins de 50 euro/mois juste pour leur plaisir.

  24. Le poker en France est en train de prendre l’eau. En fait, l’Arjel est bien consciente de la taxation trop Ă©levĂ©e des opĂ©rateurs, mais ce n’est pas elle qui prend les dĂ©cisions, elle ne peut que faire des prĂ©conisations, et le gouvernement a besoin de sous en ce moment et refusera donc de baisser ses recettes en faisant le moindre compromis.

    Concernant les sites, il va aussi de soit que la taxation n’est pas la seule en cause. Quand on voit la maniĂšre de communiquer de certains opĂ©rateurs, leur façon de claquer les budgets comm’ dans des opĂ©rations dĂ©biles, les stratĂ©gies seo complĂštement nulles et inadaptĂ©es, ils feraient bien de payer quelques heures de consulting Ă  quelques affiliĂ©s !

    Enfin, concernant FDJ dont le beau logo est en belle position, on a du mal Ă  comprendre qu’ils en soient lĂ  actuellement …

  25. Je trouve tout Ă  fait normal que de nombreux sites de poker en ligne ferment. Ils sont tellement nombreux Ă  proposer les mĂȘmes services sur internet. De plus , il y a les sites de poker en ligne qui ont dĂ©cidĂ© de s’associer avec les sites de rĂ©seaux sociaux. Il est donc plus Ă©vident que de moins en moins de joueurs jouent sur les plateformes françaises.

  26. L’ouverture du poker en ligne en France ressemble beaucoup Ă  l’ouverture du marchĂ© des renseignements tĂ©lĂ©phoniques. Beaucoup d’opĂ©rateurs se sont lancĂ©s sur le marchĂ© y voyant la poule aux Ɠufs d’or avant de vite dĂ©chantĂ©.
    Maintenant, le poker en ligne a besoin d’un marchĂ© international. Il est, selon moi, vraiment dommageable qu’on ne puisse pas jouer contre des joueurs Ă©trangers. Espagne et Italie parlent de fusionner leurs marchĂ©s, Ă  quand un marchĂ© europĂ©en du poker en ligne?

  27. 90% des opĂ©rateurs qui sont rentrĂ©s sur le marchĂ© en 2010 sont aujourd’hui au bord de la faillite. Seuls des gros acteurs comme la FDJ, le PMU ou encore Winamax tiennent la route. les autres ferment leurs portes. Finalement l’Ă©tat avec cette rĂ©gulation impossible a rĂ©ussi a restaurer le monopole de dĂ©part des jeux d’argent..

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Office Mobile pour iPhone sort demain
Office Mobile pour iPhone sort demain

Les abonnés d'Office 365 seront contents, Mobile Office pour iPhone arrive demain en France et il leur sera accessible sans...

Fermer