Le Safety Check de Facebook sera maintenant déclenché par les utilisateurs

En confiant l’activation de cette fonctionnalité à sa communauté, Facebook évite définitivement les polémiques.

safety-check-sur-facebook

En 2014, Facebook a lancé une fonctionnalité appelée Safety Check. Celle-ci est par exemple activée en cas d’attaque terroriste ou de catastrophe naturelle, afin de permettre aux utilisateurs qui se trouvent dans la zone concernée de rassurer leurs amis qu’ils sont en sécurité. Comme l’explique le numéro un des réseaux sociaux, auparavant, c’est Facebook qui décidait quand il fallait activer cette fonctionnalité. Mais aujourd’hui, Facebook veut « rendre [le Safety Check]plus utile pour plus de types d’incident ». Et il pense que les gens qui se trouvent dans les lieux des incidents devraient jouer un rôle plus important dans le processus d’activation de la fonctionnalité.

De ce fait, désormais, « le Safety Check sera déclenché par la communauté à la place de Facebook ». L’annonce a été faite par le numéro un des réseaux sociaux lors de son Social Google Forum à New York. En substance, si un nombre important de personnes publient des statuts sur un incident dans un lieu donné, cela activera le Safety Check et l’application du réseau social demandera alors à ces utilisateurs s’ils sont en sécurité.

En confiant l’activation de cette fonctionnalité à sa communauté, Facebook évite définitivement les polémiques. Lors des attentats de Paris, le numéro un des réseaux sociaux avait activé le Safety Check alors qu’un jour auparavant, Beyrouth, au Liban, avait également été victime d’une attaque, mais n’a pas eu droit à cette fonctionnalité.

Extension du Safety Check, Facebook veut aussi encourager l’entraide après les catastrophes

Actuellement, le numéro un des réseaux sociaux étudie une suite logique du Safety Check appelée Community Help. Comme il l’explique dans un billet, après les catastrophes, les gens utilisent Facebook pour rassurer leurs proches, puis ils se servent aussi du réseau social pour rester informés ou obtenir de l’assistance de la part d’autres personnes, par exemple pour trouver un endroit sûr où dormir. Et la nouvelle fonctionnalité, qui sera lancée l’an prochain, va faciliter ces interactions.

safety-check-sur-facebook


Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
statue-information-journal-media
Conclusion d’un auteur de fausses infos : « Les gens sont clairement plus bêtes »

Ses articles sont des satires que les gens ont commencé à considérer comme de vraies infos lors de la campagne...

Fermer