Le streaming et les téléchargements illégaux, c’est au moins 10 millions de Français par mois

Rien qu’au mois de mai, au moins 10 millions de Français ont fréquenté les 15 principaux sites proposant des flux ou des téléchargements illégaux de contenus.

Il faut dire qu’en y trouve de tout et gratuitement, que ce soit de la musique, des jeux vidéo, des logiciels, des films ou des mangas. L’information provient des sources du Figaro qui indique aussi que le site le plus fréquenté est Zone Téléchargements qui, a lui tout seul, a reçu pas moins de 3,5 millions de Français au mois de mai.

Le site, qui s’est fait connaitre en 2011, n’héberge pas les contenus, mais propose des liens vers des services d’hébergement de fichiers comme Uptobox ou 1fichier, depuis lesquels on peut soit télécharger les fichiers ou voir des vidéos en streaming.

Dans son article, La Figaro évoque également une tendance. Les internautes tendraient à utiliser les sites comme celui évoqué plus haut, au lieu des échanges peer-to-peer.

Mais les applications comme BitTorrent sont tout de même encore utilisées par au moins 4 millions de personnes dans l’Hexagone.

Faut-il continuer à réprimer les pirates ou repenser les services légaux et remettre en question les modèles économiques ?

David Guetta CC

Tous les ayants droit ne s’opposent pas au piratage. Par exemple, l’artiste français David Guetta pense que l’essentiel, c’est que sa musique soit écoutée par un maximum de personnes et que sans le piratage, il n’y aurait pas autant de public dans ses concerts.

« Je souhaiterais que chaque personne qui écoute ma musique m’envoie un petit chèque. Ça ferait de moi une personne très riche. Mais en même temps, c’est impossible […] Vous ne pouvez pas lutter contre le progrès, alors vous feriez mieux de l’embrasser », a-t-il expliqué dans un récent entretient au micro de la BBC.

Cette position est soutenue par une étude publiée il y a quelques mois par BitTorrent. Selon celle-ci, les utilisateurs de l’application de téléchargements peer-to-peer seraient de grands consommateurs de contenus payants, de tickets de concerts et de cinéma ainsi que de produits dérivés. Ils seraient aussi « 8 fois plus susceptibles de posséder un compte sur un service de streaming payant » et « à 170 % plus susceptibles d’avoir payé pour un téléchargement de musique numérique au cours des six derniers mois ».

Bien entendu, les alternatives légales et (presque) intéressantes existent déjà. Dans l’industrie du cinéma, on peut citer des services comme Netflix ou Canal Play. Mais malheureusement, ceux-ci sont handicapés par la chronologie des médias, ce qui fait qu’un abonné peut encore être tenté d’aller sur des sites comme Zone Téléchargements pour voir un film qui vient de sortir au cinéma et qui n’arrivera sur ces plateformes que dans au moins trois ans.

(Source)

Image :By Eva Rinaldi from Sydney Australia (David GuettaUploaded by russavia) [CC BY-SA 2.0], via Wikimedia Commons


Nos dernières vidéos

  • cédric

    Quand “l’homme” aura enfin compris que l’argent n’est qu’un leurre inventé par des “lobbyistes de tout poil” pour mieux l’asservir et le transformer en veau docile-vache à lait, il aura fait un grand pas. Il pourra ,alors, après s’être soulevé, télécharger en toute liberté sur Internet dans une société gratuite qui sera libérée de ses chaînes.

  • Baptiste711

    Oui mais quelques efforts sont faits tout de meme ( OCS us+24 par exemple ) meme si cela reste minime .

  • AFA

    Les français doivent utiliser p2p file sharing. Je suggère le service PureVPN.

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Il est maintenant possible d’obtenir « un titre professionnel reconnu par l’État » via OpenClassrooms

La plateforme de MOOCs française ne cesse d’évoluer. Aujourd’hui, elle propose même des formations permettant d’avoir des titres reconnus par...

Fermer