Le web a-t-il encouragé le plagiat dans les universités (et les lycées) ?

C’est l’avis d’un député et chercheur qui propose à Najat Vallaud-Belkacem l’utilisation systématique de logiciels anti-plagiat dans les universités.

Lettre écriture papier pixabay

C’est dans une question parlementaire écrite, publiée dans le JO et adressée au ministère l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche que le député Christophe Premat a évoqué ce sujet.

D’après lui, « à l’heure du numérique, de plus en plus de travaux universitaires sont composés de copier-coller qu’il est important de détecter pour le respect de la propriété intellectuelle ».

Ainsi, le web serait donc responsable d’une croissance des travaux de recherche plagiés. Et de ce fait, il serait nécessaire pour les universités de se doter d’outils pour contrer ce phénomène. Le député pense notamment à l’utilisation systématique de « logiciels anti-plagiat » dans les universités.

Plus exactement, il s’agit d’un logiciel qui va détecter les « copier-coller » en comparant le travail de l’étudiant avec d’autres documents.

Actuellement, de nombreuses universités françaises se sont déjà munies d’un logiciel appelé « Compilatio Magister » qui va traquer les extraits plagiés.

L’année dernière, l’université Toulouse 1 Capitole avait décidé de s’en munir (de le mettre à disposition des étudiants) et d’obliger les thésards à passer au détecteur de plagiat avant de présenter leurs travaux. L’université avait alors tranché qu’au-delà de 15 % de « copier-coller », une thèse sera à refaire.

(Sources : 1/2)


7 commentaires

  1. Bravo pour avoir relever ce sujet et d’en a voir parler c’est effectivement un fait et non seulement pour les université qui () ont les moyens de se doter de tels logicielles anti- copier/coller, les collèges et lycées sont eux aussi concernées surtout pour le homework, la facilité que Internet offre a bien des avantages comme aussi des inconvénient et comme toute addiction il faut l’utiliser avec modération

  2. Pingback: Universités : le numérique serait...

  3. Je dirais que internet a facilité la détection du plagiat et c’est justement grâce à lui que l’on découvre des tonnes de thèses complétement pompé d’autres.

    Les travaux de recherche nécessite souvent de lire des articles scientifique. Or ces articles étaient déjà disponible dans les bibliothèques et était déjà plagier bien avant.

    Après cela je suis d’accord qu’il faut utiliser des logiciels anti plagiat pour détecter tous le plagiat qui *reste* présent avec internet.

  4. Il est dommage de ne pas aborder le plagiat de la part des enseignants qui à mon sens est beaucoup plus important que l’inverse. Mais le jour où on verra un rapport là dessus …

  5. Je dirais plutôt que le web a contribué à exacerber le caractère fainéant de l’homme.
    J’étais étudiant avant la démocratisation d’internet, à l’heure de la photocopie. Le web a aidé à sauver des arbres, parce qu’à l’époque ça photocopillait sévère…

  6. Pingback: Le web a-t-il encouragé le plagiat dans ...

  7. Dès fois le plagiarisme arrive jusqu’à la tête de l’Etat, j’ai vu une fois à la télé un reportage sur un président d’un Etat qui plagiait le discours d’un autre président. Si l’exemple vient d’en haut, laissons nos lycéens copier-coller ce qui leur plait.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
EA Access
Electronic Arts annonce les nouveautés pour son bouquet EA Access

Quelques semaines après le lancement officiel de son bouquet EA Access, Electronic Arts annonce des nouveautés.

Fermer