[Leadership] : « C’est l’entrepreneur le héros de l’histoire » – Iris Capital

Franck Joseph-Maurin, expert en leadership & nouveau contributeur sur Presse-Citron, rencontre pour nous Julien-David Nitlech, directeur d’investissement chez Iris Capital, pour parler d’entrepreneuriat, d’investissement, de leadership & du lien qu’ils ont ensemble.

Quoi de mieux, pour parler de leadership et d’entrepreneuriat, que d’aller voir un des acteurs majeurs du secteur de l’investissement dans l’économie numérique ? Chez Iris Capital, c’est Julien-David Nitlech, directeur d’investissement concentré plus spécifiquement sur les entreprises en amorçage et « early stage », qui me reçoit dans les locaux parisiens du fonds d’investissement.

Quand vous recevez un projet, qu’est ce qui motive vos choix d’investissement ?

 Julien-David Nitlech : Chez Iris, nous investissons dans un projet d’entrepreneur. Comme tout le monde, nous regardons l’entrepreneur, son histoire, le marché qu’il veut adresser et son produit. Mais à la fin, il est important pour nous d’investir dans le projet de l’entrepreneur – non pas dans ce qu’il « pourrait être », mais dans ce que l’entrepreneur a décidé d’en faire. Nous devons croire à ce projet. C’est l’entrepreneur le héros de l’histoire, et nous venons l’accompagner dans son aventure, dans la façon dont il va adresser un marché. Notre savoir-faire et notre expérience interviendront pour l’aider au cours de sa démarche, pour la faciliter, notamment aux moments-clés.

iris capital

La relation à l’entrepreneur est donc primordiale dès la première rencontre ?

 Julien-David Nitlech : Oui, il y a effectivement une part de « matching » entre la vision de l’entrepreneur et la capacité du fond à endosser cette vision. C’est notre rôle de nous « assurer » que l’entrepreneur, seul ou en équipe, nous semble à même de donner corps à sa vision, à la transformer en réalité. Le fonds a vocation à accompagner l’entrepreneur dans la structuration et l’exécution de son projet, pas dans la définition de celui-ci.  La vision appartient totalement à l’entrepreneur.

Notre appréciation va porter sur trois moteurs chez l’entrepreneur :

  • la vision : quelle opportunité voit-il de transformer un marché, ou d’en faire naître un ?
  • le pragmatisme : comment va-t-il adresser cette vision dans le temps afin de la transformer en réalité ?
  • la structure : quel est son plan d’action et l’organisation qu’il imagine pour réaliser sa vision ?

Nous nous décidons très vite quand nous investissons dans un projet. A l’inverse, dans la pratique, notre engagement auprès de l’entrepreneur va durer un certain temps (on vise toujours un horizon de trois à cinq ans, mais la réalité est toute autre et on ignore toujours la durée de notre aventure commune).

Par conséquent, lors de notre reflexion, en early stage, le seul asset fiable dont nous disposons… est l’entrepreneur lui-même. Les marchés changent, les attentes des clients évoluent, la concurrence aussi… Au cours de cette aventure, cela sera à  l’entrepreneur de faire la différence. Saura-t-il s’adapter (pivoter comme on dit maintenant) ? Saurons-nous décider ensemble du chemin à suivre ? C’est aussi la relation que nous pensons pouvoir bâtir avec l’entrepreneur qui détermine notre engagement.

Finalement, vous recherchez des capacités de leader chez les entrepreneurs ?

Julien-David Nitlech : Le leadership, c’est pour moi la capacité à rassembler, pousser et amener un collectif vers une destination commune. C’est donc une qualité essentielle de l’entrepreneur et ce qui va l’aider à rassembler toutes les parties prenantes autour de son projet : ses collaborateurs bien sûr, mais également les clients, les investisseurs, dont nous sommes, les partenaires industriels ou technologiques…

Sur des sociétés jeunes, le premier atout est l’entrepreneur lui-même. Nous allons donc être aussi attentifs à sa capacité à porter sa vision, à la transmettre, à sa manière de la faire passer afin d’en assurer la transformation en réalité. Un entrepreneur est, en quelque sorte, « condamné » à savoir s’exprimer, à avoir un discours clair et impactant.

leadership

Comment un entrepreneur peut-il développer son leadership ?

 Julien-David Nitlech : Le moteur de l’entrepreneur est fort et profond.  Il est souvent porté par une force de création qui le dépasse.  Il lui est donc difficile de théoriser son leadership tant il est dans l’action.  Le leadership des entrepreneurs est souvent instinctif au départ.

Il s’appuie sur un certain nombre de qualités et de moteurs qui peuvent se travailler un par un, afin de devenir un meilleur leader.

Dans mon expérience, cependant, la question du développement du leadership vient plus tard, au contraire des questions concernant la recherche de clients, de partenaires, de fonds, de visibilité et de produit, auxquelles l’entrepreneur est confronté immédiatement.

Par la suite, il doit également ajouter des qualités de manager à ce leadership naturel, afin de structurer et d’organiser son projet pour le faire grandir.

Il apprend à déléguer, à se dégager de l’opérationnel, à ne plus tout contrôler dans le détail.

Ses capacités de leadership doivent par conséquent atteindre un autre niveau.  C’est souvent à ce moment-là, qui est un moment de changement (parfois violent car difficile) pour l’entrepreneur, qu’il va s’attacher à développer ou plutôt à faire évoluer son leadership.  Cela va lui permettre de s’entourer de gens qui sont plus compétents que lui pour traiter des sujets particuliers liés à son activité, tout en maintenant vivante la vision qu’il a de son entreprise et de ses objectifs.

Le leadership va l’aider à maintenir les énergies et à engager de plus en plus de personnes dans sa vision.

Quels conseils de leadership donneriez-vous à un entrepreneur ?

 Julien-David Nitlech : C’est une question difficile : nous ne sommes pas des entrepreneurs, nous ne faisons que les accompagner !

Je soulignerais simplement l’équilibre délicat et difficile à trouver entre la confiance en soi et son projet, et une capacité d’écoute et de confiance en les autres dans les questions qu’ils poseront, avis qu’ils émettront, briques qu’ils apporteront à son projet.

Les entrepreneurs les plus brillants que j’ai pu rencontrer m’ont toujours ébloui par leur capacité à écouter tout en « gardant le cap » qu’ils s’étaient fixé.


: « C’est l’entrepreneur le héros de l’histoire » – Iris Capital"]

Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
brigitte cantaloube
Dans les coulisses de Yahoo! France : « Contrairement à la concurrence, Yahoo est une destination de choix et non de nécessité »

Partons à la découverte du « nouveau » Yahoo! directement dans l’antre violette que le géant du web possède rue...

Fermer