L’eBook déjà mort et bientôt enterré par les tablettes ?

Les liseuses numériques vivraient-elles déjà leurs dernières heures, à peine devenues populaires auprès du grand public ? C’est en tout cas ce qu’affirme une récente étude.

Les liseuses numériques à encre électroniques, autrement appelées e-readers ou e-book readers, vivraient-elles déjà leurs dernières heures, à peine devenues populaires auprès du grand public ?

C’est en tout cas ce qu’affirme une nouvelle étude menée et publiée par le cabinet de prospective marketing IHS iSuppli, qui indique qu’après une croissance spectaculaire au cours de dernières années, le marché de la liseuse électronique est désormais sur « un déclin précipité et alarmant ». La faute à qui ? Aux tablettes, dont les ventes cannibalisent celles des e-readers de façon apparemment massive.

Selon IHS iSuppli, les livraisons de liseuses chuteront de 36% cette année à 14,9 millions d’unités, puis encore de 27% l’an prochain, à 10,9 d’unités. Les prévisions pour 2016 donnent des ventes de 7,1 millions de machines soit une perte de deux tiers des ventes par rapport à 2011.

Pendant ce temps, les tablettes poursuivent leur percée, une prévision de 120 millions d’unités vendues cette année, et jusqu’à 340 millions à l’horizon 2016.

etude iSuppli ebooks

Zapper et s’informer plutôt que lire ?

Même si l’on sait que les technologies d’écran utilisées respectivement par les e-readers et les tablettes numériques ne sont pas les mêmes, et qu’une liseuse à encre électronique permet une lecture prolongée sans fatigue et avec un confort incomparable, cette évolution en dit long sur les changements dans les usages des consommateurs : d’un côté la liseuse, légère, économique, pratique, peu gourmande en énergie et peu fragile, mais finalement très limitée dans les fonctionnalités proposées, et de l’autre la tablette, dont les prix encore élevés sont en train de chuter de façon importante (on parle d’une future Asus à 99 dollars, même si Asus s’en défend officiellement), qui propose une expérience beaucoup plus riche, de nature à même empiéter désormais sur les ventes de PC ou d’ordinateurs portables.

Cela signifie aussi que les consommateurs sont prêts à faire quelques sacrifices sur le confort de lecture au profit d’une expérience web et multimédia qu’une simple liseuse n’est pas vraiment en mesure de proposer. On en reviendrait presque à cette idée d’une tablette dédiée à la lecture de plusieurs formats, livres et magazines, réunissant le meilleur des deux mondes.

Finalement cette histoire rappelle un peu celle du bibop face à l’émergence des mobiles GSM, dans laquelle le terminal simple, économique mais très limité, à qui certains promettaient un avenir radieux, disparut en quelques mois face aux « vrais » mobiles, un peu plus chers mais tellement plus puissants et aux fonctionnalités tellement plus complètes.

Alors, la liseuse sera-t-elle le bibop de la tablette ? Pas sûr, celle-ci ne va probablement pas disparaître demain, et restera certainement une alternative intéressante, voire incontournable pour ceux qui sont avant tout de gros consommateurs de bouquins, ce qui n’empêche pas d’avoir à côté une tablette multimédia.

(source)

Invité
26 décembre 2012

Il ne faisait aucun doute que les liseuses n’avaient qu’un avenir très limité. Je pense que les constructeurs ont vu ça comme un produit à placer dans une charnière technologique en espérant en vendre le plsu possible en un court laps de temps. Le temps qu’arrivent à maturité les tablettes…

Invité
Aline
26 décembre 2012

Effectivement, la tablette c’est plus « fun » et offre plus de possibilité mais la liseuse a un atout que n’auront jamais les ipad et compagnie :
personne n’ira te la voler dans le métro, alors qu’un iPad, je parie pas sur sa durée de vie sur la ligne 13.

Invité
Claire
26 décembre 2012

« d’un côté la liseuse, légère, économique … »

Je pense justement que la liseuse n’est pas devenue assez économique assez rapidement pour faire face à la tablette dont le prix est en chute libre. En ajoutant à cela le fait que les livres numériques sont restés plus cher que les livres papiers, je pense en fait que les lecteurs sont restés sur le format papier. Mais si des liseuses à 10€ voient vraiment le jour, ça pourrait booster ce marché.

Invité
micheljo
26 décembre 2012

Bonjour,
Ma femme et moi, nous lisions sur des liseuses e-ink depuis plus de 2 ans, un Opus bookeen pour elle et un sony PRS600 pour moi.
Je précise, que nous lisions sur ces appareils, car depuis fin aout, date à laquelle nous avons gagné un Ipad, cela à changé.
Elle s’est approprié l’Ipad, principalement pour lire, et je me suis acheté une Nexus 7 pour faire de même.
Ces 2 tablettes ont une assez bonne définition pour que l’on puisse y lire sans fatigue pendant plusieurs heures de suite.
Pour récupérer les epub qui sont dans la bibliothèque Calibre de mon PC, il y a des applications qu’y s’y connectent en WIFI, avec un meilleur confort que les liseuses à connecter en USB pour y charger nos livres.
pas de regrets

Invité
alz
26 décembre 2012

En même temps, des liseuses avec des prix pareils, ça ne pouvait pas durer..
Suis sûr que ça se serait imposé et que ça coexisterait à coté des tablettes si les liseuses coutaient moins de 50€, et les bouquins pas à plus de 2€…
Mais voilà, le monde de l’édition a voulu presser le citron trop vite.. quel gâchis.

Membre
tatsu
26 décembre 2012

Ayant moi-même une liseuse, je peux dire que je ne regrette nullement mon achat (qui date déjà qu’il y a deux ans !). Comme dit dans l’article, c’est léger (beaucoup plus que n’importe quelle tablette !), c’est très résistant (merci le chat de l’avoir faite tomber…) et le confort de lecture est quasi identique à un livre. Après, je comprends que quelqu’un ayant un usage plus polyvalent que de simples lectures préfèrera une « vraie » tablette à une liseuse. Car aller sur internet avec est vraiment fastidieux. J’achète d’ailleurs toujours mes ebook sur le pc avant de les transférer (j’ai au moins une sauvegarde d’office ^^)

Concernant les prix, il est vrai qu’il y a des abus : des ebook au même prix que les papiers (ou seulement très peu en dessous) ou qui montent à 10, 20 voire 40€ ! Mais il y a néanmoins beaucoup de choix en ebook inférieurs à 10€ ou même à 5€. Sans compter la facilité du prêt (à condition qu’il n’y ai pas de DRM), qui permet de transférer une copie à un ami tout en ayant le fichier sur sa liseuse et d’en profiter :)
Mais bon, ça, c’est valable aussi bien sur tablette que sur liseuse !

Invité

Les technologies apparaissent et disparaissent rapidement sur la toile. Même si la lecture est un peu plus fatigante sur une tablette, les nombreuses autres fonctionnalités proposées comparées à la liseuse simple ont visiblement plus d’impact sur le consommateur.
Amazon va devoir s’adapter.
Thierry

Invité
Rymk
26 décembre 2012

Au début des liseuses, j’ai vraiment été attiré car nomade mais quand je compare aujourd’hui mon ipad mini, il fait le même poid que ma première liseuse en faisant beaucoup plus et avec une autonomie confortable même si ont est pas au niveau d’une liseuse je tiens les deux jours avec une utilisation intensive en rentrant j’utilise l’iPad retina qui avec sont écran ne me fatigue pas plus les yeux que ça, donc la question ne se pose même plus pour moi c’est sans regret, RIP.

Invité
26 décembre 2012

La liseuse offre 2 avantages que les tablettes n’ont pas pas : un poids très léger et surtout un écran non brillant qui ne fait pas mal aux yeux quand on passe des heures dessus donc non elles ne sont pas à remplacer totalement par les tablettes svp

Invité
26 décembre 2012

Les tablettes ont un usage bien plus polyvalents que l’eBook qui ne permet que de lire et non pas de jouer à des applications donc bon … Wait and see !

 
Lire les articles précédents :
6,1 pouces, le smartphone géant en préparation chez Huawei !

Le constructeur chinois Huawei aurait en gestation un smartphone encore plus grand que le Samsung Galaxy Note 2, puisque celui-ci...

Fermer