Les Angry Birds ne vous ont pas trahis, c’est la faute à la NSA

Rovio a tenu à s’exprimer suite aux spéculations selon lesquelles la NSA et son équivalent britannique feraient des extractions de données privées par le biais du célèbre jeu pour mobile Angry Birds.

angry birds star wars 2

Suite des révélations d’Edward Snowden : la NSA utiliserait des applications pour extraire des données concernant les utilisateurs de terminaux mobiles. Des informations révélées par des documents provenant de l’analyste, auxquels The Guardian a pu accéder.

En plus des appels téléphoniques et des SMS, c’est tout un profil que la NSA tenterait d’établir en se servant des informations provenant des smartphones et plus précisément des applications installées. Pour réaliser des profits, certains éditeurs doivent recueillir des informations sur les utilisateurs de ses applications, afin de mieux cibler les publicités. D’autres en ont besoin pour le fonctionnement de leurs solutions.

Mais c’est aussi grâce cette base de données que les agences d’espionnage seraient en mesure d’extraire des informations qui, combinées, vont permettre d’établir le profil de quelqu’un. Et Angry Birds est cité à plusieurs reprises dans l’article de The Guardian – cela ne signifiant pas pour autant que les autres applications sont à l’abri.

L’éditeur Rovio a donc décidé de publier un communiqué sur son blog. Rovio « ne partage pas de données, ne collabore pas ou adhère avec les agences d’espionnage comme la NSA ou la GCHQ ». La GCHQ étant l’homologue britannique de la NSA.

Selon Rovio, ces fuites d’informations se sont peut-être produites via des réseaux d’annonceurs – avec lesquels la quasi-totalité des éditeurs travaillent. Rovio admet que si ce sont ces réseaux qui sont ciblés par les services de renseignement, « aucun appareil connecté qui visite des sites avec des publicités ou qui utilise des applications avec des publicités » n’est à l’abri de cette cyber-surveillance.

Dans le communiqué, le CEO de Rovio suggère qu’il sera nécessaire de discuter sur les moyens d’offrir plus de protection aux utilisateurs, afin de prévenir l’impact que cette histoire aura sur l’industrie publicitaire et le modèle d’application financée par des publicités.

N’oublions pas qu’il s’agit d’un business qui pèse des milliards de dollars. Selon une récente projection du cabinet Gartner, les annonceurs dépenseront plus de 18 milliards de dollars sur les mobiles en 2014 et 41.9 milliards de dollars en 2017.

En ce qui le concerne, Rovio va peut-être réévaluer ses partenariats avec des réseaux d’annonceurs.

Source : The Guardian/Rovio


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Nintendo dément les spéculations sur des mini-jeux pour smartphones

Vous espériez jouer à Mario sur votre iPhone ? Nintendo a mis fin aux spéculations au sujet des mini-jeux pour...

Fermer