Les Anonymous demandent la légalisation officielle des attaques par déni de service (DDoS)

Le groupe de hackers Anonymous vient de poster une drÎle de pétition de façon trÚs officielle sur le site de la Maison Blanche réservé à la parole donnée aux citoyens.

On peut ĂȘtre rebelle tendance anarchiste et vouloir appuyer ses actions sur un principe de lĂ©galitĂ©. C’est ce que revendique le groupe de hackers Anonymous, qui vient de poster une pĂ©tition de façon trĂšs officielle sur le site de la Maison Blanche rĂ©servĂ© Ă  la parole donnĂ©e aux citoyens.

Sur We The People, la section du site du gouvernement amĂ©ricain par lequel tout le monde peut publier une pĂ©tition ou une revendication, Les Anonymous ont postĂ© une drĂŽle de pĂ©tition. IntitulĂ©e « Make, distributed denial-of-service (DDoS), a legal form of protesting. » (Faites des attaques par dĂ©ni de service (DDoS) une forme lĂ©gale de protestation).

With the advance in internet techonology, comes new grounds for protesting. Distributed denial-of-service (DDoS), is not any form of hacking in any way. It is the equivalent of repeatedly hitting the refresh button on a webpage. It is, in that way, no different than any « occupy » protest. Instead of a group of people standing outside a building to occupy the area, they are having their computer occupy a website to slow (or deny) service of that particular website for a short time.
As part of this petition, those who have been jailed for DDoS should be immediatly released and have anything regarding a DDoS, that is on their « records », cleared.

Comme on peut le voir, dans cette pĂ©tition, l’argument principal est celui qui consiste Ă  faire le parallĂšle entre le DDoS et les actions d’occupation rendues rĂ©cemment cĂ©lĂšbres avec les divers mouvements « Occupy ». Les Anonymous demandent donc Ă  ce qu’une attaque par dĂ©ni de service soit considĂ©rĂ©e comme l’Ă©quivalent d’une occupation physique d’un lieu ou d’un bĂątiment, et que, Ă  ce titre, ceux qui sont actuellement en dĂ©tention pour avoir participĂ© Ă  un DDoS soient libĂ©rĂ©s et leur casier judiciaire lavĂ© de cette mention.

anonymous

Rappelons que les attaques par dĂ©ni de service (Distributed denial-of-service) consistent Ă  envoyer des milliers de requĂȘtes simultanĂ©es vers un serveur web, saturant ce dernier Ă  tel point qu’il « tombe » en quelques minutes, et que tous les sites qu’il hĂ©berge deviennent inaccessibles, donnant l’impression au visiteur qu’ils n’existent plus. Avec le defacing (intrusion dans un site pour en changer le contenu et la page d’accueil), le DDoS est l’arme favorite des hackers, devenue l’une des marques de fabrique des Anonymous.

Étonnamment, malgrĂ© son Ă©cho dans des grands blogs US, la pĂ©tition ne semble pas vraiment rencontrer un gros succĂšs, puisque, au moment oĂč j’Ă©cris ceci, seules 1731 personnes ont signĂ©, alors que l’objectif de signatures est de 25.000 au 6 fĂ©vrier. Si l’on fait une projection sur le mois au mĂȘme rythme, on sera loin du compte. Peut-ĂȘtre que les Anonymous prĂ©parent un DDoS sur le site de la pĂ©tition s’ils n’atteignent pas leur objectif, va savoir 🙂

Cela Ă©tant, le mouvement Anonymous Ă©tant totalement dĂ©centralisĂ© et sans vĂ©ritable tĂȘte, on ignore qui est rĂ©ellement Ă  l’origine de cette pĂ©tition, qui Ă  mon avis a peu de chance d’obtenir un Ă©cho favorable des autoritĂ©s amĂ©ricaines, ces derniĂšres ayant plutĂŽt ce type d’action dans le collimateur.

(source)

 


17 commentaires

  1. Jouer les cowboys du web, c’est cool mais faut assumer enuite ^^ … Je doute un peu de la provenance de cette petition.

  2. Ça fait quand mĂȘme doucement rigoler quand on voit les consĂ©quences financiĂšres de ces DDOS ! Ce qui amĂšne Ă  faire le parallĂšle avec les blocages et autres mouvements de protestation (au hasard la grĂšve ) qui sont Ă©galement gĂ©nĂ©rateurs de gigantesques dĂ©gĂąts.

  3. Quand il y a une manifestation « de blocage » dans la vie rĂ©elle (et en mode numĂ©rique, je suis tout a fait d’accord, avec un cadre strict de dĂ©fini, il pourrait mĂȘme y avoir une demande de manifestation numĂ©rique a demander en prĂ©fecture, pourquoi pas ?) : y a des « pertes financiĂšres » pour les pauvres patrons que les grĂ©vistes accablent….
    Ne pas oublier qu’il y a aussi perte financiĂšre totale pour les grĂ©vistes !!! (ben, oui, ca fait des Ă©conomies sur les salaires non ?, faut voir les 2 cotĂ©s de temps en temps…) et que ce n’est pas pour « glander dans la rue Ă  rien foutre » que des gens sont prĂȘts Ă  ne pas ĂȘtre payer! GĂ©nĂ©ralement, c’est qu’il y a un problĂšme rĂ©el et sĂ©rieux, faut se poser des questions….

  4. C’est nul la comparaison, et la demande tout autant.
    On prend le cas ou cette demande est acceptĂ©e (bon ca ne sera jamais le cas on est d’accord) donc des centaines d’ordinateurs viennent saturer un serveur web, il tombe. Donc cela est une manifestation… ok donc tout pays civilisĂ© autorise les manifestations… a la condition qu’elle soit prĂ©venu et encadrĂ© par les forces de l’ordre. Donc coller a ces attaques ca veut dire soit « qu’il faut prevenir les forces de l’ordre avant » soit que « les forces de l’ordre soient plus presente » donc le premier cas n’est pas envisageables; un Ă©tat sĂ©rieux n’acceptera pas que l’on fasse tombĂ© un site, ce qui reviendrait a mettre le feu a un batiment. Et le deuxieme cas, ne ferait qu’accentuer le flicage sur internet, qui est selon moi deja suffisant.

    Donc ce type de demande est marrante mais contre productive car cela irait forcement dans le sens d’un controle accru d’internet.

  5. -> JiaJo  » que l’on fasse tombĂ© un site, ce qui reviendrait a mettre le feu a un batiment »

    Franchement, c’est ta comparaison qui est complĂštement nulle. Faire un DDOS, a savoir seulement une SATURATION (temporaire, comme un embouteillage sur le pĂ©riph) de bande passante / processeur de serveur ne revient absolument pas Ă  rentrer dans un data center avec des cocktails molotov !!
    ArrĂȘtons le dĂ©lire, comme je le disait, des DDOS sur le pĂ©riph a Paris, y en a tous les jours et les bagnoles ne crament pas autant que je sache.

  6. Il y a une diffĂ©rence sensible entre la grĂšve et l’attaque DDoS, la grĂšve se sont les membres de l’organisation/entreprise qui bloquent leur gagne pain. Avec l’attaque DDoS se sont les clients qui bloquent les entreprises/organisations… Du coup c’est pas tout Ă  fait le mĂȘme combat !
    Quand on fait grĂšve tout se joue en interne, si notre grĂšve tue notre entreprise, on ne peut s’en prendre qu’Ă  nous. Voir des Ă©lĂ©ments extĂ©rieur pas forcĂ©ment reprĂ©sentatif de la majoritĂ© qui bloquent une activitĂ© et qui jouent avec la vie des personnes qui y travaille ca me pose un problĂšme.

  7. Et je ne parle pas de concurrents qui font des attaques DDoS juste pour se faire une place :°. Il me semble impossible de légaliser ça

  8. Juridiquement les choses doivent ĂȘtre complexes puisqu’en simplifiant au maximum des DDoS restent des connexion (si je me trompe pas).

  9. C’est d’un ridicule… Accepter ça serait la porte ouverte Ă  tous les abus, notamment pour les raisons Ă©voquĂ©es plus haut par Valentin.

    Par contre, j’ai une petite question : Notre gouvernement a un site comme ça aussi ?

  10. Merci Eric pour le relais de la pĂ©tition. Sur le fond, sans ĂȘtre spĂ©cialiste en droit, je trouve que l’argument tient la route me semble t-il. AprĂšs, il est sur que les Anonymous ont fait du tort a pas mal d’acteurs majeurs du Web et autres rĂ©gulateurs du trafic Internet. Et puis je suis plutĂŽt d’accord avec Valentin, la grĂšve ou l’occupation n’ont pas vocation Ă  nuire, Ă  altĂ©rer ou a dĂ©truire. Le DDoS si !

  11. ->HeyWatch
    Qu’est ce qu’un DDOS dĂ©truit ou altĂšre ? qu’est ce qu’un blocage d’un site par saturation de ses ressources, le rendant donc seulement inaccessible pendant un temps limitĂ©, dĂ©truit ou altĂšre ?

    Nuire, je suis d’accord, mais c’est souvent le rĂ©sultat d’une autre nuisance qui a provoquĂ© la rĂ©action de volontĂ© de DDOS…

  12. -> Valentin
    Pour la grĂšve, je suis d’accord avec toi, mais en reprenant la notion de –Blocage temporaire (DDOS)– dans la vie rĂ©elle, ceci n’est pas forcĂ©ment liĂ© aux employĂ©s.
    Il peut s’agir d’un blocage pour protester contre des pratiques rĂ©voltantes d’une entreprise au niveau toxicitĂ© de produit, exploitation humaine au tiers-monde, abus en tout genre… et donc il n’est pas interdit de manifester sa totale dĂ©sapprobation en faisant des « sittings », « blocage », actions diverses pour faire prendre conscience aux acteurs impliquĂ©s que suffisamment de gens sont « contre vous » et gĂ©nĂ©ralement pour une bonne raison (implant mamaire PIP, NotreDamedesLandes, etc…)

  13. C’est ça le dĂ©but de leur fameux projet Mayhem, lĂ©galiser le DDoS? Eh bien, je pensais que cela aurait plus d’Ă©clat! C’est avec ça qu’ils comptent dĂ©truire FaceBook comme ils l’avaient annoncĂ©? Ah, sacrĂ©s pirates! ^^

  14. SacrĂ© farceurs. La grande diffĂ©rence c’est qu’une grĂ©ve ou une manifestation n’a de valeur que dans la mesure oĂč elle rassemble du monde. Elle se mesure aussi par le temps que les gens y consacre et l’éventuelle absence de salaire.
    L’opinion d’un individu qui a fait « click ok pour faire un DDoS » n’a que peu de valeur. Il est au minimum redevable au droit civil dans la mesure oĂč il a causĂ© un tord Ă  une personnes physique ou morale.

  15. C’est clair que c’est peine perdue pour cette pĂ©tition, les gens eux-mĂȘme ne la signent pas, alors faut pas rĂȘver ;-). Le problĂšme avec les anonymous, c’est qu’ils semblent ĂȘtre anonymous entre eux aussi donc parfois, comme lĂ , ça part un peu dans tous les sens…

  16. Terrible! Il y a de sacrĂ©es pĂ©titions qui circulent sur we the people! Apparemment le gouvernement obama vient de refuser une pĂ©tition concernant la construction d’une Ă©toile Noire, rien que ça!

  17. Pingback: » RĂ©seaux sociaux et politique

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Les développeurs peuvent désormais répondre aux avis et commentaires sur le Google Play

C’est une fonction qui manquait cruellement sur le magasin d’applications de Google, Ă  savoir la possibilitĂ© de rĂ©pondre aux avis...

Fermer