Les bloqueurs de pub sont en très forte progression

L’époque de la publicité à outrance a fatigué les internautes, qui sont de plus en plus nombreux à faire le choix de passer par un système de blocage de type adblock, au détriment de nombreux éditeurs de sites web proposant des services gratuits en contrepartie de ce mode de rémunération.

Deux jours après l'annonce de Facebook, Adblock Plus trouve une parade

Agnès Gilbert, directeur digital d’Ipsos Connect France qui a commenté le baromètre Ipsos pour l’organisation IAB France, a indiqué « il s’agit d’une progression très importante de 20% de l’équipement en adblocks », en faisant allusion au taux d’adoption des systèmes de blocages ces derniers mois.

Les bloqueurs de publicité se démocratisent en France

Au mois de janvier, 30% des français disposaient de ce type de logiciels. Aujourd’hui, ils sont 36% et toutes les tranches d’âges sont concernées, c’est d’ailleurs la grande particularité de cette hausse. D’après cette étude, aujourd’hui, la population la plus équipée est naturellement la tranche des 16-24 ans qui sont 55% à avoir installé un adblock sur leurs terminaux, avec une légère progression de 4%.

Pour les tranches d’âges supérieures, la progression est également très importante, avec chez les 25-34 ans (45%), 33% chez les 35-49 ans, 31% chez les 50-59 ans et 26% chez les 60 ans et plus. La plus forte augmentation est précisément chez les plus de 60 ans, avec une hausse de 30% sur l’année.

Le baromètre Ipsos montre toutefois un certain changement chez une partie des utilisateurs, qui ne se contentent plus de bloquer l’ensemble des sites sans distinction. 59% des internautes parmi l’échantillon de 11.701 personnes de cette étude, ont affirmé désactiver leur solution de blocage de publicité, soit pour accéder aux sites empêchant la consultation avec un adblock (désactivation forcée) pour 89% d’entre-deux, soit par solidarité pour ne pas pénaliser leurs sites web favoris (28%).

Comme dans les précédentes études, ce sont surtout les ordinateurs portables qui sont équipés de solutions de blocage à hauteur de 70%, puis les PC (53%), les smartphones (13%) et finalement les tablettes où les adblocks restent assez marginaux (12%).

Source


Un commentaire

  1. Quand on voit certains sites pour lequel Ghostery ou ADBLock détectent pas moins de 120 éléments indésirables, sans compter que cela augmente considérablement la taille des données transférées et le temps de chargement et l’impact sur la réactivité de la page quand on la fait défiler, pas étonnant que beaucoup utilisent un ADBlock.

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Voiture conduite téléphone smartphone pixabay volant
Sécurité routière : de plus en plus de morts à cause des SMS

Une étude effectuée par l'Association des Sociétés Françaises d'Autoroutes (ASFA) a mis en évidence une triste réalité, qui mérite que...

Fermer