Les écrans, les ennemis du sommeil

L’utilisation quasi-permanente des écrans serait un véritable danger pour notre cher, et vital, sommeil. Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme.

Si l’on veut comprendre le problème que représente l’omniprésence des écrans pour notre sommeil, il faut en fait remonter à l’invention de l’éclairage électrique. Selon le professeur Michel Jouvet, spécialiste du sommeil, il semblerait que les troubles du sommeil soient apparus – il n’en existait pas ou très peu avant – avec l’invention de l’éclairage électrique et sa popularisation. C’est en effet une révolution qui a permis aux êtres humains de ne plus être dépendants des cycles du soleil et de pouvoir envisager de vraies activités de nuit, bouleversant ainsi les rythmes de sommeil.

C’est précisément à cette lumière nocturne que s’intéresse le docteur Charles A. Czeisler, spécialiste des rouages du sommeil. Il déclare « la lumière nocturne qui affecte nos rythmes circadiens est bien plus puissante que n’importe quelle drogue« . Le rythme circadien est le rythme biologique de l’être humain, basé sur 24 heures. Selon Czeisler, cette lumière diffusée entre le crépuscule et l’aube et qui provient notamment des téléphones, tablettes ou encore des écrans d’ordinateurs, joue un rôle extrêmement important dans la perturbation du sommeil. Ce « facteur lumière » serait pire que le stress, une mauvaise alimentation ou même la caféine.

Ecrans Les écrans, les ennemis du sommeil

Le problème, c’est qu’on connait aujourd’hui encore très peu les conséquences d’un mauvais sommeil car on ne dispose pas d’un recul suffisant. Car, comme dit précédemment, le phénomène n’est pas si vieux : aux États-Unis, 30% des adultes salariés et 44% des travailleurs de nuit dorment moins de six heures toutes les vingt-quatre heures soit des proportions dix fois plus élevées qu’il y a cinquante ans. Les pistes évoquées concernant le manque de sommeil sont notamment des prises de poids et une vulnérabilité accrue aux maladies cardiovasculaires, au diabète et à la dépression.

Les interactions entre notre cerveau, notre œil et la lumière sont assez complexes. Pour résumer, on peut dire que cette lumière va d’un côté envoyer un message aux neurones responsables du sommeil pour leur dire de ne pas s’activer et de l’autre stimuler d’autres trajets neuronaux qui jouent un rôle dans l’éveil. La lumière artificielle perturbe également la création de la mélatonine, une hormone impliquée dans le processus de sommeil. Les écrans vont donc persuader notre cerveau de ne pas dormir et vont stimuler notre envie d’être éveillé pour repousser l’instant où l’on va dormir le plus possible.

Il semblerait néanmoins exister des solutions, des pistes, pour essayer d’endiguer un peu ce phénomène qui pourrait se révéler dangereux sur la durée (quand on connaitra réellement les effets du manque de sommeil). Czeiler pense qu’en modifiant l’intensité et les couleurs des diodes présentes dans nos écrans, nous pourrions moins souffrir de ce phénomène. « Les effets néfastes de la lumière nocturne sur le sommeil et les rythmes circadiens peuvent être réduits en remplaçant la lumière bleue enrichie par une lumière blanche-rouge ou orange après le coucher du soleil. »

Ces scientifiques ne sont pas les premiers à se pencher sur des problématiques mêlant sommeil et écrans. Une étude avait déjà démontré l’influence de la tablette sur la durée du sommeil ou encore un projet du Rensselaer Polytechnic Institute avait mis en avant l’effet négatif de la ‘lumière bleue’ sur la production de mélatonine.

(source)

Image: ‘Transparent screen 4
http://www.flickr.com/photos/85473033@N00/26273015
Found on flickrcc.net

20 commentaires

  1. C’est comme pour un tas de choses : on n’a pas encore le recul nécessaire pour connaitre exactement les risques que peuvent causer les écrans. Cependant, une chose est sûre : ces écrans ne dovent pas être très bon pour notre organisme !

  2. Sympa les chiffres. Au moins des arguments à donner pour convaincre que l’artificiel n’est pas le plus efficace.

    On le sent rapidement lorsque l’on s’habitue à la lumière artificiel la nuit et les écrans (TV,PC, ETC…)

    Il faut réussir à s’en passer au moins 8 heures par jour ^^

  3. tatsu

    « on connait aujourd’hui encore très peu les conséquences d’un mauvais sommeil »
    J’avais lu quelque part que le manque de sommeil pouvait altérer les gênes contenus dans l’ADN, voire en détruire. Quant à retrouver la source, c’est une autre histoire… ^^;

    Concernant les écrans, personnellement ça n’a aucun effet sur mon sommeil. J’allume mon PC dans le quart d’heure suivant mon réveil, je l’éteins dans le quart d’heure avant d’aller dormir, et je dors très bien. Après, peut-on affirmer que la cause du manque de sommeil soit vraiment les écrans plutôt que le stress, par exemple ?

  4. Les informaticiens pensent à tout et du coup j’ai installé  » f.lux « , le logiciel qui s’adapte à la lumière du jour pour changer les tonalités de l’écran. Dès que la nuit tombe, l’écran de l’ordi devient moins agressif et de cette façon, cela ne stresse pas le cervelet avant qu’il aille faire dodo. C’est un petit truc, ce logiciel, mais il permet de limiter la casse et depuis que je l’ai essayé, je me dis que je ne vais plus jamais m’en séparer, à cause de la fatigue oculaire et aussi pour ne pas contrarier le sommeil, cette chose délicate qui se dérègle pour un oui ou pour un non, et même pour moins que ça.
    Le pire pour un utilisateur d’écran, c’est durant l’hiver, quand il fait nuit à 18 heures et que les écrans flashent l’utilisateur pendant des heures avant qu’il n’aille se coucher. Alors là, c’est pas bon pour le sommeil et l’horloge biologique en prend un coup. En été cela va un peu mieux, on supporte plus facilement l’agressivité des écrans et aussi on passe moins de temps devant l’ordinateur, enfin en théorie, parce qu’en ce moment…..

  5. Je rejoins @Tatsu, et me pose quelques questions plus ou moins contradictoires :
    Est-ce que la population la plus exposée aux écrans n’est pas en moyenne la plus stressée ?
    Est-ce que le fait même d’allumer un écran de type tablette/mobile avant d’aller se coucher n’a pas pour but de faire diminuer un stress élevé ?
    Est-ce que le contenu de nos écrans n’est-il pas créateur de stress ?

    Il faut dire que nos médias préférés ne sont pas avare de scénarios catastrophes et de suggestion du pire… Médias que l’on consulte souvent derrière nos écrans (du moins pour la population qui affectionne les écrans ou travaille derrière)…

  6. Il est vrai que des réponses sur les vrais effets du à l’exposition devant les écrans nous deviennent urgentes.

  7. Axel-Cereloz on

    Personnellement moi je passe également beaucoup de temps sur l’écran et si je coupe pas avec quelque chose avant de dormir je peux attendre un bon moment avant de trouver le sommeil. Au contraire, quand je suis totalement isolé de la technologie (notamment les week-ends) j’ai tendance à être gagné par le sommeil très vite.
    Les réponses apportés sur la mélatonine et les stimulations/inhibitions des neurones sont le fruit d’études scientifiques donc je pense qu’on peut décemment leur accorder du crédit.
    @Valentin N’étant pas expert en la matière j’aurais du mal à vous répondre. Je pense qu’on aura des réponses à ces questions dans les années à venir vu que l’interactivité perpétuelle avec les écrans reste relativement récente.

  8. Que ce soit le contenu qui soit stressant, le type de population qui soit plus stressée etc.. pas la peine de tourner autour du pot: si en rentrant du boulot vous faites du sport et que vous mangez sainement, vous dormirez mieux qu’en enfilant un mcdo en regardant un film sur votre tablette…

  9. Rien ne vaut un bon livre avec une faible lumière avant de se coucher :) Par contre, c’est un véritable cercle vicieux le fait que dormir peu peut favoriser les dépressions car en général quand on est mal (triste) il est très régulièrement difficile de s’endormir mais aussi, on retarde le fait d’aller se coucher pour ne pas penser à ses problèmes.

  10. Personnellement moi je passe également beaucoup de temps sur l’écran et si je coupe pas avec quelque chose avant de dormir je peux attendre un bon moment avant de trouver le sommeil!!!!

  11. Comme alexis, j’utilise aussi f.lux et si dans un premier temps, lorsque la couleur change le premier soir, on se dit qu’on va le désinstaller tout de suite, on s’y fait très très vite… Et c’est véritablement reposant. D’ailleurs je l’ai installé sur mes PC fixes et portables, mais pas encore sur mon smartphone et du coup je trouve que ce dernier m’agresse les yeux lorsque je le consulte avant de dormir !

    Mais évidemment ce n’est qu’une partie de la question du manque de sommeil… Et celui-ci est vraiment inquiétant, quand on voit à quelle vitesse il a augmenté. Peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles nos sociétés modernes s’indignent si facilement mais réfléchissent si peu ?

  12. C’est une évidence! Quand je passe une journée entière à coder sur un site web, le soir j’ai l’impression d’être de l’eau en ébullition avec des yeux de rats de laboratoire…et effectivement je vois encore des lignes de PHP même avec les yeux fermés ^^

  13. j’essaye également de passer moins de temps possible devant l’écran mais cela n’est pas facile surtout si on fait un boulot de gestion ou graphique avec un ordinateur. Le problème c’est que nous ne pouvons plus vivre sans ……

  14. Je n’ai pas spécialement constaté que l’écran jouait sur mon sommeil (au contraire, j’ai plus l’impression que ça ne joue pas) – en gros, si je surf bêtement le web, je m’endors aussi facilement qu’en lisant un livre. En revanche, faire une activité qui demande de la concentration avant de dormir joue beaucoup plus.

  15. J’utilise f.lux aussi. On s’y habitue très vite et on est parfois même obligé de vérifier dans la barre des tâches que le logiciel est bien en fonctionnement.

  16. Merci pour cet article très intéressant. A l’ère du numérique il est difficile de se passer de ces écrans! Je pense que l’idéal est de fixer des horaires après lesquels on utilise pour son ordinateur ou sa tablette le soir. Une lumière différente pourrait être une bonne idée pour diminuer ses risques.

  17. J’essaie de ne rien avoir d’écrans dans ma chambre parce que la distance minimale de lumière moi.

  18. Ayant lu qu’il fallait se consacrer à des activités calmes avant de dormir, j’essaie de faire en sorte d’éteindre mon ordinateur au minimum 2 heures mon heure de coucher.

Lire les articles précédents :
Une panne sur Facebook, six millions de comptes vulnérables

Suite à un bug sur un module de Facebook, six millions de personnes ont vu leurs informations fuiter. Il ne...

Fermer