Les jeux vidéo freemium ne comptent que sur une poignée de joueurs

Une étude révèle que seule une petite partie des joueurs font des achats sur les jeux vidéo freemium. L’Europe craint que les méthodes de vente ‘in-app » freemium n’induisent les joueurs en erreur.

Game

C’est déjà arrivé à nombreux d’entre nous, qui jouons sur ces titres « gratuits » dits freemium (pour les MMOG). Par exemple, vous jouez à World of Tanks ou Blitz Brigade, lorsque vous tombez sur un joueur armé jusqu’aux dents et carrément invincible. A ce moment-là, vous quittez la partie en vous disant que ce n’est plus marrant. Deuxième hypothèse : vous passez à la caisse. Mais selon une étude, peu de gens font ces achats sur les freemium.

En effet, un rapport de l’analyste Swrve estime que 50 % des recettes des jeux qui suivent ce modèle proviennent de seulement 0.15 % des joueurs. Un maigre pourcentage mais qui semble pourtant permettre aux éditeurs d’entrer dans leurs frais, et nous permet de profiter d’un large choix de titres gratuitement.

Swrve met en avant le fait qu’une vaste majorité des joueurs ne génèrent pas beaucoup de revenus. Ils répètent aussi « l’importance d’acquérir et de retenir les utilisateurs qui entrent dans la catégorie ‘grand dépensiers’ ».

Pour obtenir ces résultats, qui concernent le mois de janvier 2014, Swrve a analysé des données de plusieurs millions d’utilisateurs. Ce qui permet également d’obtenir quelques informations supplémentaires sur les habitudes de ces joueurs. Par exemple, 49 % des joueurs ne feraient qu’un seul achat par mois. Seulement 13 % de ceux-ci en feraient plus de 4. L’étude a également révélé que la valeur moyenne d’un achat est de 5.94 dollars.

Les plus gourmands en « in-app purchase » ne sont peut-être pas les occidentaux

Il y a quelques jours de cela, une étude de la firme Distimo nous a donné un aperçu de ce marché des applications. D’après l’analyste, l’Asie aurait représenté 41 % des revenus mondiaux. Le marché le plus juteux serait la Corée du Sud, principalement grâce à Google Play. Et les principaux marchés du continent seraient très gourmands en terme d’IAP (in-app purchase).

Le problème de l’Union Européenne avec les freemium

Notons aussi qu’il y a quelques jours, Bruxelles a publié un communiqué concernant justement ce modèle. Il y est expliqué que plus de 50 % du marché des jeux en ligne dans l’Union est constitué de titres dits « gratuits ». Pourtant, ils proposent souvent des achats qui peuvent être couteux. Le communiqué ajoute également qu’« il est fréquent que les consommateurs ne soient même pas conscients qu’ils dépensent de l’argent, parce que leurs cartes de crédit sont débitées par défaut. Les enfants sont particulièrement exposés aux offres de téléchargements de jeux gratuits qui, en fait, ne sont pas des ‘jeux gratuits’ ». Des plaintes auraient été exprimées. Une rencontre entre des organismes de régulation et des entreprises concernées a été prévue le 27 et 28 février. La vice-présidente de la Commission chargée de la justice a ajouté ceci : « Il est évident que le bon modèle économique ne consiste pas à induire le consommateur en erreur, ce qui du reste est aussi contraire à l’esprit du droit européen sur la protection des consommateurs. »

Quand à vous, préférez-vous les jeux freemium ou les téléchargements payants ? Et croyez-vous que certains titres induisent les joueurs en erreur ?


8 commentaires

  1. contrairement à ce que cet article laisse entendre, payer dans World of tanks ne donnent pas un avantage décisif dans la bataille… mais il faudrait connaître le jeu pour comprendre cela !

    • Setra

      Euh désolé, mais je suis un joueur régulier. Et si, il y a des chars quasiment invincibles lorsqu’ils utilisent les meilleures technologies dispo et les munitions les plus perforantes. Bien sûr, cela ne veut pas dire que des joueurs ne se sont pas battus pour avoir des points pour équiper leurs engins.

  2. Il n’y que les chars premium qui ne sont pas accessibles par de l’achat normal. Les munitions dites « gold » peuvent l’être normalement surtout si on est un joueur régulier avec du coup des gains.

  3. +1 @ arnaud et précisons que les chars premium ne sont pas, loin de là, meilleur que les chars non-premium ! certains ont même des stats plus faibles 🙂

  4. enfin, pour en venir à la notion d’induire en erreur, dans WoT (je ne connais que ce jeu freemium donc désolé, je ne parlerai que de lui), on n’achète pas de l’or sans s’en rendre compte il y a plusieurs liens à cliquer, puis plusieurs étapes à passer (selon la façon de payer choisie) avant d’avoir un encaissement, et ce, pour chaque paiement

    ce n’est pas comme les jeux sur tablettes ou téléphones où il suffit de presque rien pour acheter une application (parce que apple ou google ont conservé nos coordonnées bancaires)

    donc, dans le cas de WoT, l’UE n’ira pas bien loin avec cette plainte 😀

  5. Perso, pas de pitié pour les gens qui ne mettent même pas de code PIN pour valider un achat sur les store.
    Et j’ai aussi du mal à comprendre ceux qui se plaignent d’avoir un jeu gratuit (même si ap^rès faut payer pour avancer ou autre). Si ça bloque, jouez à autre chose, voilà. Personne ne force à acheter. Il y a suffisamment de jeux gratuits sympas longtemps ou même de jeux à moins d’un euro sans achat in-app qui sont très bien (y en a qui vont dépenser 50 euros en achat in-app dans un jeu et venir se plaindre qu’un autre est à 1 euro sans in-app…)

  6. +1 @vader et je peux dire que WoT est un jeu très bien fait où l’on ne bloque jamais parce que l’on ne veut pas mettre de l’argent. On bloque seulement si on est mauvais, et même pour les mauvais, ils peuvent continuer de jouer avec des tanks de rang faibles (et cela reste très amusant)…

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Moov : la promesse d’un bracelet fitness révolutionnaire

Alors que les bracelets fitness sont de plus en plus nombreux mais finissent tous par se ressembler, le Moov devrait...

Fermer