Les jeux vidéo (violents) sont-ils responsables du terrorisme ? Le drôle d’avis de ce député va vous étonner

Il avait également affirmé que Le Bon Coin cause un manque à gagner pour l’Etat.

Arme Pistolet Pixabay

Les fans de GTA ne vont certainement pas aimer. Selon vous, existe-t-il une relation entre les scènes violentes dans les jeux vidéo et les attentats de janvier 2015 ? Le député Jacques Cresta semble être d’avis que oui.

Dans une question écrite de l’élu, adressée au ministère de l’intérieur, sur « la diffusion de jeux vidéo violents interdits au moins de 12 ans, de 16 ans et de 18 ans dans divers lieux publics et notamment les boutiques des galeries marchandes des centres commerciaux », on lit ceci :

“Par son impact d’identification à des situations d’ultra-violence, cette pratique (des jeux vidéo violents) est susceptible d’orienter des personnalités vers des actions violentes ou vers la délinquance. Les événements tragiques de janvier 2015 et les tensions qui traversent notre société doivent nous faire réfléchir, entre autres, au contrôle de la diffusion de ces scènes violentes“.

Êtes-vous du même avis ? En tout cas, ce n’est pas la première fois que cet élu des Pyrénées-Orientales attire l’attention du monde techno français.

Souvenez-vous, au mois d’octobre, il a avait aussi affirmé que les sites comme Le Bon Coin causent des centaines de millions d’euros de manque à gagner pour l’Etat. La logique ?

« Le principal site Internet d’annonces gratuites en France, accessible sans inscription préalable, propose environ 260 000 annonces. Si l’on considère une somme moyenne de 6 000 euros HT sur ces transactions, à laquelle on applique 20 % de TVA, on obtient 312 millions d’euros environ de manque à gagner pour l’État. »

(Source)


Nos dernières vidéos

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Le point sur les lunettes Microsoft HoloLens
Build 2015: quelques infos sur les lunettes HoloLens

Les lunettes HoloLens ont très largement séduit les participants de la Build 2015 de San Francisco, impressionnés par la réalité...

Fermer