Les pirates informatiques peuvent aussi vous faire voyager gratuitement, la preuve…

Un bon weekend pour les usagers de la ville de San Francisco qui ont voyagé gratuitement suite au piratage du service des transports de la ville. Un moins bon pour les responsables du MTA devant gérer la crise…

1 million d'arrêts de transports en commun présents sur Google Maps

Les hackers peuvent infecter vos appareils avec des malwares, vous dérober des données confidentielles, vous voler votre Tesla Model S, mais ils peuvent aussi vous faire voyager gratuitement ! Les utilisateurs du système des transports de la ville de San Francisco en ont fait l’expérience.

Gratuité des transports : pour cause de grève ? Non, de piratage…

Les hackers qui ont attaqué le MTA (Municipal Transportation Agency) vendredi n’ont pas souhaité affecter le système des transports directement, ils ont en revanche crypté de nombreuses informations afin de faire une demande de rançon. Pour pallier à un éventuel incident, le système des transports de la ville a été contraint de laisser les portiques de sécurité ouverts sur l’ensemble du réseau, les usagers ont donc voyagé gratuitement vendredi et samedi car les machines vendant les titres de transport ne fonctionnaient pas non plus.

Un porte-parole du MTA a indiqué : « Il n’y a eu aucun impact sur le service de transport. Mais nous avons ouvert les portiques par précaution, pour réduire au minimum l’impact sur les usagers ».

Une rançon de 100 bitcoins pour déchiffrer les données

Tous les ordinateurs des salariés de la MTA affichaient le message suivant : « Vous avez été piraté, toutes les données sont chiffrées ». C’est en effet un ransomware qui a touché le MTA, un employé aura fait l’erreur de télécharger un fichier malveillant et une fois dans le PC, tous les ordinateurs du réseau ont été contaminés en cascade.

Contactés par le journal The Examiner, par le biais d’une adresse mail laissée dans le message de rançon, les pirates ont expliqué « Nous faisons ça pour l’argent, et rien d’autre », assurant que le réseau des transports de San Francisco n’avait pas été visé spécifiquement, qu’il s’agissait d’un hasard. Le montant du racket pour débloquer la situation était de 100 bitcoins, soit environ 73 000 dollars (l’équivalent de 69 000 euros). Le retour à la normal est en cours, l’entreprise s’est refusée au paiement d’une rançon, tout en précisant qu’aucune information personnelle liée aux usagers n’avaient été affectée par ce piratage.

Source


Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
gendarmerie-ferme-site-pirate-zone-telechargement
La gendarmerie ferme le site pirate Zone Téléchargement

La gendarmerie a annoncé sur Twitter la fermeture du site pirate Zone Téléchargement.

Fermer