Les vraies raisons de la croissance d’une startup BtoB : le cas Algolia

Comment cette startup française est passée de 0 à 1200 clients BtoB en moins de deux ans aprÚs avoir ouvert un bureau aux USA.

algolia


Article rédigé par Thomas Maßtre, fondateur de Vizir.co.
Cet article s’inscrit dans notre rubrique « Paroles de Pros » dans laquelle des acteurs rĂ©putĂ©s du numĂ©rique prennent la parole sur des sujets liĂ©s Ă  l’impact d’internet et des nouvelles technologies sur nos modes de vie.
En savoir plus sur Paroles de Pros et retrouver tous les articles de la rubrique.


rss-blog-icontwitter-icongoogleplus-iconlinkedin-icon

Voici un nouvel Ă©pisode de l’analyse de croissance des startups, la vraie. Ce mois-ci, j’ai dĂ©cidĂ© de m’attaquer Ă  Algolia sur les conseils de la communautĂ© startup en France. Peut-ĂȘtre comme vous, je ne connaissais pas grand-chose de l’histoire d’Algolia. J’ai donc pu parler Ă  Nicolas Dessaigne pendant une bonne heure, pour essayer de comprendre comment il en Ă©tait arrivĂ© lĂ  aujourd’hui.

Algolia est un outil qui permet aux dĂ©veloppeurs d’installer un module de recherche instantanĂ© dans leurs applications et sites web. C’est en quelque sorte un Google interne Ă  votre site. Leurs clients sont donc des dĂ©veloppeurs d’application web.

Des tĂȘtes bien faites

Algolia est nĂ©e de la rencontre entre Nicolas Dessaigne et Julien Lemoine. Ces deux co-fondateurs se sont rencontrĂ©s et connus au travail. Nicolas est ingĂ©nieur, et continue ensuite pour obtenir un Ph.D (doctorat) en sciences de l’informatique. Julien, de son cĂŽtĂ©, est diplĂŽmĂ© d’une Ă©cole d’informatique (EPITA). Nicolas m’explique qu’au moment de choisir les rĂŽles, Julien, bien meilleur en technique, a pris le rĂŽle de CTO. C’est dire !

Une rencontre professionnelle

Nicolas et Julien se sont rencontrĂ©s chez Arisem, lors de son rachat par ThalĂšs. Il travaillent quelques annĂ©es ensemble et la connexion semble s’établir. Puis Julien quitte la sociĂ©tĂ©, part chez Exalead. Nicolas le rejoint quelques annĂ©es plus tard. Ils travaillent ensemble seulement quelques mois. Peu importe, ils retrouvent les sensations de travailler ensemble. C’est en 2012 qu’ils valident ensemble qu’ils veulent crĂ©er une sociĂ©tĂ© ensemble. Et qu’ils souhaitent se lancer vite.

Le point de départ

C’est donc en fin 2012 que Nicolas et Julien se lancent. Pourquoi Ă  ce moment-lĂ  ? Nicolas indique qu’il avait adorĂ© son expĂ©rience chez Exalead, mais qu’il souhaitait crĂ©er sa boite et que le moment Ă©tait venu. Julien lui, avait visiblement rempli l’ensemble de ses objectifs professionnels. Son nouveau challenge Ă©tait cette sociĂ©tĂ©.

Ce qui est assez intĂ©ressant donc, c’est qu’on a affaire Ă  deux profils relativement seniors (respectivement 36 et 31 ans), tous les deux papas, avec des prĂȘts, etc
 Le cas de figure est probablement le plus risquĂ© qui soit.

C’est la raison pour laquelle, dĂšs la crĂ©ation de la sociĂ©tĂ©, ils se laissent au moins 1 an pour sentir si leur travail vaut vraiment le coup ou pas. « Si on se donne moins d’un an, on ne se donne pas la chance de rĂ©ussir » selon Nicolas.

Le premier produit

Ces deux dĂ©veloppeurs cherchaient donc Ă  crĂ©er un produit pour les dĂ©veloppeurs. Leur premiĂšre idĂ©e est de proposer aux dĂ©veloppeurs d’applications mobiles un outil de recherche interne, capable de fonctionner hors ligne, avec les capacitĂ©s limitĂ©es d’un smartphone. En seulement quelques mois, ils mettent au point un premier produit. C’est une super rĂ©ussite technique. Mais c’est un flop commercial. Le marchĂ© des dĂ©veloppeurs mobiles n’est pas prĂȘt Ă  payer pour cette technologie. Le fait d’ĂȘtre allĂ© trĂšs vite en termes de dĂ©veloppement de produit leur a permis de rĂ©agir trĂšs vite face au marchĂ©.

Le deuxiĂšme produit

De nombreux dĂ©veloppeurs leurs demandent une version “online” de leur produit, c’est Ă  dire capable de fonctionner sur une application web connectĂ©e Ă  internet.

Pivot.

Et c’est en mars 2013 qu’Algolia sort sa version beta. Le feedback de la communautĂ© semble incroyable. C’est Ă  ce moment lĂ  qu’ils sentent que ça peut prendre. Ils valident le problem-market fit. DĂšs qu’ils sentent cela, ils se mettent rapidement Ă  chercher des fonds pour accĂ©lĂ©rer la croissance. Et c’est notamment via l’un de leur premier beta testeur, qu’il rĂ©ussiront Ă  lever un montant total de 1.5M $ (un mix de business angels et de fonds d’investissements). Ils recrutent alors leurs deux premiers salariĂ©s.

algolia01

L’AmĂ©rique

Leurs clients sont avant tout des dĂ©veloppeurs. Donc dĂšs le dĂ©but, Algolia touche un public international. En 2013, Algolia cherche Ă  rejoindre Y Combinator (YC), l’accĂ©lĂ©rateur le plus important au monde. C’est un Ă©chec. C’est aprĂšs leur premiĂšre levĂ©e de fond de 1,5M$ mi 2013, lors d’un voyage aux États-Unis pour rencontrer des clients, qu’on leur conseille de retenter le coup. Ils s’exĂ©cutent, et font mouche dĂ©but 2014.

Suite Ă  cela, il dĂ©mĂ©nagent la sociĂ©tĂ© aux Etats-Unis (requĂȘte du YC). Ce passage chez YC leur permet de lever de nouveaux fonds (1.3M $) auprĂšs d’investisseurs amĂ©ricains de renom. Mais 2014 est surtout l’annĂ©e de la croissance. Puisque de 17 clients payants fin 2013, ils passent Ă  400 fin 2014.

A fond

L’objectif d’Algolia est de devenir le leader sur son marchĂ© dans les prochaines annĂ©es Ă  venir. L’objectif est donc d’accĂ©lĂ©rer cette croissance. Pour s’en donner les moyens, Algolia lĂšve 18M$ en 2015 et compte 35 salariĂ©s en fin d’annĂ©e. Ce qui lui permet de passer de 400 utilisateurs payants Ă  1150 ! Une trĂšs belle croissance sur un tel marchĂ©. Algolia a probablement su Ă©galement Ă©quilibrer ses ressources. L’équipe technique est maintenue Ă  Paris. L’équipe de vente, rĂ©solument internationale, est partagĂ©e entre France et Californie.

algolia02

Conclusion

Algolia a donc eu une croissance relativement rapide. Cette croissance est avant tout due au profil des fondateurs Leurs Ă©tudes et leurs parcours sont impressionnants. Le choix de leur produit, dans un domaine qu’ils maĂźtrisent parfaitement, et leur expĂ©rience, leur a permis de construire un produit performant trĂšs vite, de le promouvoir Ă  la cible souhaitĂ©e, et de pivoter au bon moment.

 >> Le site d’Algolia

2 commentaires

  1. Une belle illustration que les adages Ă  deux francs lancĂ©s par des pseudos experts de l’entreprenariat n’engagent qu’eux… Ces deux crĂ©ateurs ont quasiment le mĂȘme profil et pourtant ils ont su construire quelque chose de gĂ©nial. Ils ont ensuite recrutĂ© les bonnes personnes pour gĂ©rer ce qu’ils maitrisaient le moins. Et pas l’inverse.

    • Tout Ă  fait. L’exemple est en tous cas trĂšs intĂ©ressant Ă  Ă©tudier car le profil est assez particulier. C’est vraiment la maĂźtrise technique qui leur a permis de rĂ©pondre Ă  un besoin non couvert. Leur capacitĂ© Ă  s’entourer (investisseurs de renom, YC, Ă©quipe…) leur ouvre la voie.

RĂ©pondre

Lire les articles précédents :
ecommerce one to one
E-commerce One to One : les leaders du e-commerce dévoilent leurs priorités 2016

J-10 avant le début de E-commerce One to One à Monaco, un des événements les plus renommés en Europe sur le...

Fermer