L’Ă©tude Ă  grande Ă©chelle de Wolfram|Alpha sur Facebook

Les Ă©quipes du moteur de recherche Wolfram|Alpha viennent de publier un premier rapport d’une Ă©tude qu’ils ont entreprise il y a quelques semaines : analyser le compte Facebook d’un grand nombre d’internautes pour ensuite dresser le portrait de l’utilisateur moyen.

C’est par le biais d’une note de blog que le cĂ©lĂšbre moteur de recherche scientifique a dĂ©voilĂ© hier un premier aperçu de son programme « Donneurs de donnĂ©es » (Data Donor program). WolframAlpha a lancĂ© en aoĂ»t dernier un outil appelĂ© « Wolfram Alpha Personal Analytics for Facebook », grĂące auquel il est possible d’analyser en profondeur son compte Facebook. La collecte de donnĂ©es permet ensuite au service de classer ces informations et de mettre en forme un joli rĂ©capitulatif de ses diffĂ©rentes amitiĂ©s et de son activitĂ© sur le rĂ©seau social. Stephen Wolfram, le crĂ©ateur du site, annonçait lors du SXSW 2013 vouloir tirer profit de toutes ces prĂ©cieuses donnĂ©es, en les conservant — de façon anonyme, bien sĂ»r — et en les Ă©tudiant.

L’Ă©chantillon de ce sondage gĂ©ant n’est malheureusement pas rĂ©vĂ©lĂ© explicitement, l’auteur de l’article Ă©voquant seulement « plus d’un million de personnes qui ont utilisĂ© » ce service d’analyse de donnĂ©es Facebook.

Notons donc, parmi cette belle utilisation qui est faite de la collecte de « data », que l’utilisateur moyen a 342 amis sur Facebook, en gĂ©nĂ©ral du mĂȘme Ăąge que lui pour peu qu’il soit ĂągĂ© de moins de 50 ans.

Il est Ă©galement fait mention des voyages Ă  l’Ă©tranger des utilisateurs, Ă  travers l’infographie ci-dessous montrant les liens entre pays. Les États-Unis s’imposent clairement en tant que pays d’accueil :

Enfin, ce rapport nous informe que les hommes prĂ©fĂšrent parler de sport et les femmes d’anniversaires et autres mariages ou fĂȘtes de NoĂ«l, et si d’autres infographies avaient dĂ©jĂ  Ă©voquĂ© toutes ces tendances bien avant, celui-ci a au moins le mĂ©rite de le faire Ă  partir d’un Ă©chantillon important et de façon claire, d’aucuns diront « scientifiquement ».

Ces quelques graphiques, Ă  l’instar de Wolfram|Alpha en gĂ©nĂ©ral, se veulent scientifiques. Le but, Ă  terme, grĂące Ă  un outil banal d’analyse de donnĂ©es mais puissant dans le classement qui est fait Ă  la fin, serait de pouvoir Ă©tudier Facebook comme n’importe quel territoire : sa dĂ©mographie, le comportement des utilisateurs, etc.

Et Stephen Wolfram de conclure ainsi :

« C’est comme si nous commencions Ă  ĂȘtre capables de former un vrai « tĂ©lescope de calcul » (computational telescope) sur « l’univers social ». Cela nous permet de dĂ©couvrir toutes sortes de phĂ©nomĂšnes, qui ont le potentiel de nous aider Ă  en comprendre davantage sur nos sociĂ©tĂ©s et sur nous-mĂȘmes. Par ailleurs, ce projet fournit d’excellents exemples de ce qui peut ĂȘtre fait avec la science des donnĂ©es (data science). »


8 commentaires

  1. Et bien sĂ»r, les 1 million et quelques personnes de l’échantillon ont Ă©tĂ© contactĂ©es pour que leurs stats soient utilisĂ©es et elles ont donnĂ© leur accord… Non ?

    • @Rednick : C’est une boite de dialogue qui apparait avant que le rĂ©capitulatif de son compte Facebook soit crĂ©Ă© qui fait office de confirmation de l’utilisateur :

      « Nous sommes en train d’ajouter une nouvelle fonction qui va nous permettre de comparer vos statistiques avec un large Ă©chantillon d’utilisateurs Facebook. Pour cela, il nous faut collecter des donnĂ©es rendues anonymes provenant des rapports que nous crĂ©ons. Nous ne conserveront aucune information personnelles ‘identifiable’ sans votre permission. »

  2. Bien sĂ»r qu’elles ont donnĂ© leur accord en publiant leurs donnĂ©es en « public » !

  3. « L’utilisateur moyen a 342 amis sur Facebook », ce chiffre me surprend un peu car j’ai lu pas mal d’articles qui indiquaient en 2012 que le nombre d’amis moyen tournait autour de 130 / 180, mĂȘme si j’imagine que cette estimation Ă©tait valable uniquement en France et prenait en compte les + de 50 ans, comment expliquez vous un tel Ă©cart ?

  4. Certaines de ces informations ne sont pas vraiment surprenantes (genre que les hommes parlent plus de sport ou de musique que les femmes).
    NĂ©anmoins, cela reste intĂ©ressant de voir Ă  quoi ressemble l’utilisateur moyen de Facebook 😉

  5. @ekjet : Ici c’est la mĂ©diane qui est prise en compte, pas la moyenne. Ce qui explique peut-ĂȘtre la diffĂ©rence que tu exposes.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
“Nanofacture”, l’art nanomĂ©trique Ă  base d’impression 3D

Shane Hope, un artiste basé à New York propose une exposition d'un genre spécial. Ses « peintures » sont composées de multiples...

Fermer