L’incroyable dégradation d’une photo après plusieurs publications sur Instagram

Un drôle d’expérience qui démontre à quel point la qualité des photos que nous postons sur les réseaux sociaux est dégradée.

Plus besoin d’être expert en photo, en Photoshop et algorithmes pour savoir que dès que l’on retouche une photo dans un logiciel avec les réglages par défaut ou que l’on la publie sur le web, celle-ci est plus ou moins fortement compressée afin qu’elle ne pèse pas trop lourd en bande passante et en stockage.

Vous avez sûrement remarqué cela quand vous postez des photos sur Facebook, ou pire, sur Instagram. C’est à ce prix que les serveurs de ces géants qui hébergent des milliards de clichés peuvent tenir le choc, et surtout, coûter un peu moins cher.

Un artiste, Pete Ashton, s’est amusé à faire du « regramming » en masse, à savoir poster une photo sur Instagram (un portrait du compositeur expérimental Alvin Lucier), puis faire une capture d’écran de celle-ci avec son iPhone et la reposter, et ainsi de suite, à quatre-vingt-dix reprises.

regram01 regram02

Résultat : la compression dégrade un peu plus le cliché à chaque publication, jusqu’à ce qu’il devienne pratiquement « illisible » et monochrome, ayant au passage perdu progressivement ses couleurs.

Bien sûr il aurait également pu faire cela avec un logiciel de retouche photo et passer directement de l’étape 1 à l’étape 90, mais cette expérience est destinée à montrer concrètement la dégradation subie par les fichiers images numériques quand ils passent dans la grande lessiveuse du Web.

C’est comme pour la musique avec le mp3 : si l’on n’y prend garde, les formats numériques dans leurs réglages par défaut nous restituent une perception faussée de la réalité d’une création. Et le pire c’est que nous sommes habitués à cette dégradation de notre environnement visuel et auditif : c’est tout un pan de notre vie est désormais compressé.

(source)


16 commentaires

  1. En même temps prendre en photo un écran c’est loin d’être la meilleur façon de conserver une bonne qualité d’image…

  2. C’est quand même vachement con de passer par l’étape « Prendre une capture avec son Iphone ».

    Qu’est-ce qui nous dis que c’est pas l’image de la capture qui à une compression hyper forte ? Les deux ont certainement un impact mais dans quel mesure ? Les conclusions tiré (les géants du web compresse pour réduire les coûts) sont quand même vachement rapide au vu du « protocole expérimental » …

    ça aurait été tellement plus intelligent de télécharger la photo et de la ré-uploader directement…

  3. Pour réagir sur le dernier paragraphe, peut-on imaginer dans le futur un audiogramme moins étendu chez nos enfants et petits-enfants, à force d’écouter de la musique compressée qui fait que notre cerveau se serait adapté ?…

  4. Sauf que ça n’est pas du tout probant puisqu’il fait des copies d’écran qui elle-même dégrade l’image vu qu’elles sont généralement dans un format png ou jpg.

    « si l’on n’y prend garde, les formats numériques dans leurs réglages par défaut nous restituent une perception faussée de la réalité d’une création » euh ? c’est une blague ? Vous connaissez par ex les formats lossless ? Les formats numériques sont justement les seuls à permettre des duplications à l’infini sans aucune perte contrairement au mode physique… Et compressé ne peut pas dire systématiquement perte.

  5. Donc le mec vient de découvrir qu’une (re)sauvegarde d’une image JPEG se dégrade (comme du temps des copies des cassettes audio/vidéo) et ça mérite une news ? ou alors il y a quelque chose de particulier que j’ai raté dans l’info ?

  6. Eric

    @F1OREN : heureusement que j’ai bien précisé « dès que l’on retouche une photo dans un logiciel avec les réglages par défaut »… Car non ce n’est pas une blague : par défaut les logiciels grand public exportent les photos dans des formats compressés, généralement jpg 80%. Bien sûr on peut choisir d’autres formats (RAW…) ou d’autres niveaux de compression, mais je parle bien de la majorité des réglages par défaut, pas des réglages utilisés par les professionnels qui ont fouillé dans les paramètres d’un soft.

  7. Eric

    @Jean Marc : je me suis posé la question aussi, j’ignore si la capture d’écran faite sur iPhone est compressée et donc déjà dégradée, je n’ai pas la réponse, même si on peut penser que comme c’est du JPG elle l’est peut-être.

    @Dodutils : Le gars ne découvre pas, il fait une expérience pour montrer la dégradation, je crois effectivement que tu n’as pas bien lu l’info (ou que tu ne las pas comprise, plus exactement).

  8. Pingback: L'incroyable dégradation d'une photo apr...

  9. Aux incultes allez voir pourquoi cet artiste a tenter cette expérience, qui n’a rien à voir avec vos considérations terre à terre de Jpeg et autres, mais plutôt une variante graphique d’une Å“uvre sonore de l’artiste dont c’est le portrait : Alvin Lucier

    Ici pour la description de l’œuvre : http://fr.wikipedia.org/wiki/I....._in_a_Room
    Et sur you tube pour qq extraits
    Thomas

  10. Pingback: L’incroyable dégradation d’une photo après plusieurs publications sur Instagram | Webmaster CV

  11. Mais heureusement, bêtise, laideur, et saleté n’étant pas compressibles, la vraie vie vaut quand même mieux que la vie digitale.

    ::

  12. @ERIC : ok mais quel intérêt de montrer ce genre d’expérience ? c’est un peu comme si j’avais filmé un glaçon qui fond alors que tout le monde a déjà vu fondre un glaçon, mais vu le commentaire de @TIOM je change de point de vue et je penche aussi sur le fait que se soit une oeuvre artistique et non une démonstration technologique, et dans ce cas dire que l’artiste « s’est amusé à faire du « regramming » en masse » me semble alors incorrect puisque s’il s’agit d’une oeuvre il y a une message derrière.

    Et dans ce cas (je n’ai volontairement pas encore lu l’article wikipédia indiqué par @TIOM), j’y décèle un message qui montre comment l’homme se dilue dans la toile et le virtuel pour finir par disparaître et perdre sa propre personnalité, mais comme pour toute oeuvre artistique chacun est libre de l’interpréter a sa façon et cette interprétation me plaît bien 😉

  13. désolé pour les fautes mais on ne peut ** TOUJOURS PAS ** (je sais @ERIC je suis lourd j’insiste) éditer ses propres commentaires.

  14. Vlà la bouillit de pixels une fois finit 😉 C’est vrai que l’effet capture d’écran + reposter la capture à chaque fois à un effet booster côté compression… Expérience à la fois intéressante et sans intérêt de mon point de vu (ok, je dis une chose et son contraire, c’est vrai, mais c’est d’une part, une notion que l’on connait tous, pour autant, aucun d’entre nous, enfin je suppose n’a jamais tenté l’expérience soi-même car elle a pas trop d’intérêt, à moins d’avoir un après-midi à tuer…).

  15. Pingback: Il détourne des affiches de films sur Instagram

  16. Pingback: L’incroyable dégradation d’une photo après plusieurs publications sur Instagram - Parlonsnet.comParlonsnet.com

Send this to friend

Lire les articles précédents :
mullenweg
Comment 6 siestes par jour ont aidé le fondateur de WordPress à bâtir son petit empire

Comment un développeur informatique s'est transformé en "Uberman" grâce au sommeil polyphasique.

Fermer