Une mise à jour des conditions d’utilisation de LinkedIn interdit aux travailleurs du sexe, escort et prostitution, d’afficher leurs services et leur expérience.

LinkedIn, qui a tout récemment fêté ses 10 ans, est l’un des réseaux sociaux professionnels les plus utilisés au monde. Parmi tous ses utilisateurs, certains d’entre eux vont devoir modifier leur profil voire le supprimer à cause d’une mise à jour des conditions d’utilisation.

Ces quelques lignes ont fait leur apparition dans le règlement du site dans la section « Ne faites pas ce qui suit » : « même si cela est légal là où vous êtes, créer des profils ou fournir un contenu qui promeut des services d’escort-girl ou de prostitution.« . Les victimes seront donc les travailleurs du sexe, de la grosse agence d’escort-girls à la prostituée travaillant pour elle-même. LinkedIn semble donc vouloir bannir tout le contenu lié à la marchandisation du sexe, légal ou non.

linkedinescort LinkedIn bannit les travailleurs du sexe

Doug Madey, un des communicants du réseau social a déclaré : « Il n’y a pas d’histoire ici [...] il y a une réalité, nous avons toujours interdit ce genre de profils. Les changements récents dans nos conditions d’utilisation rendent juste cette interdiction plus explicite ». Une précédente mise à jour avait déjà interdit toute activité jugée « hors-la-loi ». Cependant, comme les services du sexe ne sont pas illégaux partout, certains pouvaient (sans enfreindre le règlement) passer à travers les mailles du filet et promouvoir leur activité.

Bien évidemment, la nouvelle n’a pas vraiment provoqué la joie des personnes concernées, celles-ci utilisant le site pour prendre contact avec leurs clients. « Je suis totalement dans la légalité [...] mon business est légal et je devrais être traitée avec le même respect que n’importe quel business légal » a déclaré Madison Graham, une prostituée.

Alors qu’en penser ? Ce genre de censure a-t-elle vraiment sa place ? Le travail du sexe, souvent tabou, existe toujours et reste encadré par la loi dans certains pays. La suppression de l’accès au site pour les travailleurs du sexe sonne légèrement comme une discrimination surtout quand les acteurs et actrices pornographiques ont eux, toujours le droit d’afficher leur expériences. A contrario, LinkedIn n’est pas un service de prostitution en ligne et l’utilisation qu’en faisaient certains pouvait sembler abusive.

(source)