Londres veut déjà se préparer à l’arrivée des voitures autonomes

De plus en plus régulièrement, les voitures autonomes font la une de l’actualité high-tech, que cela soit chez Google, Apple ou encore Tesla. Une question commence cependant à monter avec l’arrivée de cette nouvelle technologie : les routes seront-elles adaptées ?

Google Self Driving car voiture autonome véhicule

La question semble suffisamment importante pour la ville de Londres qui s’inquiète de savoir si son réseau urbain sera adapté ou non à la circulation des voitures autonomes. La mairie de la capitale anglaise a rencontré à plusieurs reprises des responsables de chez Google et a demandé à ce que des Google Car soient expérimentées au milieu de son trafic.

Londres souhaite que Google teste des voitures autonomes sur ses routes

Il est vrai que pour l’instant les voitures sans chauffeur de Tesla, de Google ou encore d’Apple ont été testées sur des réseaux routiers particuliers, en grande majorité américains ou en périphérie de grandes villes. La ville de Londres s’inquiète et à juste titre, de savoir si des villes ayant subi différentes révolutions industrielles, avec différentes strates d’urbanisme seront capables d’inclure ce type de voiture.

Il est vrai que le centre ville des principales villes européennes est assez complexe, avec des routes parfois très étroites, avec d’importants dénivelés, avec des pavés, avec des tunnels de différents gabarits, etc. Des informations que les voitures sans chauffeur pourraient ne pas interpréter aussi bien qu’avec les routes de la Silicon Valley.

Londres est consciente que l’essor de l’industrie automobile dans le secteur des voitures sans chauffeur, va être une petite révolution, il est donc nécessaire d’inclure cette donnée dans tous les projets urbains à venir. La mairie de Londres veut donc savoir, s’il est nécessaire de geler les projets en cours en attendant de mieux comprendre les contraintes et les besoins des voitures autonomes, avant de rénover de nouvelles rues, de construire de nouveaux tunnels, de nouveaux ponts, etc. Elle souhaite donc que Google fasse circuler ses voitures sans chauffeur dans la ville car l’enjeu économique est de taille.

Pendant ce temps-là, à Mountain View… On teste la recharge sans fil

Une autre information à propos des voitures autonomes a fuité de chez Google mais n’est pas relationnée avec la ville de Londres. La firme de Mountain View plancherait sur un système de recharge par induction, afin que les voitures intelligentes puissent également se recharger elles-mêmes.

Certaines autorisations que la FCC a délivrées à Google auraient fuité dans la presse et concerneraient des systèmes de recharge sans fil. Plus concrètement, Google aurait installé des chargeurs sur des tronçons de sa zone de test sur une base californienne, afin de tester la recharge par induction. Deux techniques s’affronteront (Hevo Power et Momentum Dynamics), des recharges courtes mais fréquentes avec des chargeurs d’1,5 kW ou des charges plus longues et complètes avec des chargeurs de 200 KW. Avec ce type de technologie, Google franchirait une nouvelle étape dans le lancement des voitures totalement autonomes.

Source 1

Source 2

Répondre

Lire les articles précédents :
Apple iPhone Pixabay a
Voici pourquoi Apple doit absolument lancer l’iPhone 5se

Des fans d’Apple sont encore attachés aux petits smartphones.

Fermer