L’Union Européenne somme WhatsApp de cesser immédiatement le partage de données avec Facebook

Vous vous souvenez probablement de la décision polémique de WhatsApp, prise il y a quelques semaines, de partager les données qu’il détient sur chacun de ses utilisateurs avec Facebook. Les pays du G29, à l’unanimité, ont demandé que la messagerie cesse immédiatement le partage d’informations avec le réseau social.

WhatsApp blocage

Pour mieux comprendre, la situation il est nécessaire de refaire un petit retour en arrière. Lors de sa création et durant ses premières années d’existence, WhatsApp avait joué la carte du respect de la vie privée et avait toujours juré qu’il ne partagerait jamais les données personnelles de ses utilisateurs. Entre temps, la messagerie a été rachetée par Facebook, mais là encore les deux camps avaient juré à qui voulait l’entendre, que jamais les données des utilisateurs ne seraient partagées.

L’Europe n’est pas d’accord avec le partage de données abusif de WhatsApp vers Facebook

Pourtant, il y a quelques semaines, les promesses d’antan semblent s’être envolées et WhatsApp et Facebook ont décidé d’échanger les données des utilisateurs. Une décision qui n’est pas aux goûts de tous, car non seulement WhatsApp n’a préalablement demandé aucun consentement auprès des utilisateurs, mais surtout un très grand nombre d’utilisateurs disposent de WhatsApp depuis que ce dernier était payant pour 1 euro par an.

L’entreprise viole donc son propre contrat et conditions d’utilisation, car les abonnés ayant souscrit à l’époque un « contrat » d’utilisation, avaient signé pour la non divulgation de leurs données. Le G29 exige de mettre fin au partage de données avec Facebook, le temps pour les autorités de vérifier la légalité de ce partage.

Les autorités européennes de protection des données personnelles souhaitent se pencher très sérieusement sur la modification de la politique de confidentialité. Elles évoquent : «  une finalités qui n’étaient pas incluses dans les conditions d’utilisation et la politique de confidentialité au moment où les actuels utilisateurs ont souscrit au service WhatsApp ».

Autre question qui attire toute l’attention des CNIL européennes, la question du droit des non-utilisateurs de WhatsApp, dont les données sont pourtant concernées par le partage, au travers des carnets de contacts WhatsApp et qui ne sont même pas mis au courant de ce partage dont la finalité est évidemment d’enrichir les bases de ciblage publicitaire.

Source


Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
test-xperia-xz03
Le test de la semaine : Sony Xperia XZ, un smartphone équilibré qui progresse en photo

Cette semaine dans le test de la semaine nous nous intéressons au Xperia XZ, le nouveau smartphone haut de gamme...

Fermer