« Ma Startup, du garage au succès ! » deux experts livrent leurs conseils aux startups qui veulent lever des fonds

Double interview sous le signe de l’accompagnement des entrepreneurs à la levée de fonds.

Lorsque l’on se lance dans un projet entrepreneurial, il est très probable d’avoir besoin de renfort financier, sous la forme de subventions et/ou d’une levée de fonds. A ce sujet, laissez-moi vous raconter une histoire personnelle. Avant de rejoindre Presse-Citron, je suis passée par la création d’entreprise et j’ai très vite su que je ne réussirais pas à la développer sans investisseurs. A l’époque, je n’y connaissais strictement rien au financement des startups, je n’avais pas d’amis entrepreneurs à qui demander conseil, et je n’avais pas encore intégré un incubateur où j’aurais pu trouver de l’aide. Un peu désemparée, j’ai tout bêtement tapé « business angel » sur LinkedIn et je me suis permis d’écrire à l’un d’entre eux, Didier Chambard, en le choisissant sur des critères très subjectifs : d’après sa photo, il m’avait l’air sympathique. Je lui ai demandé de bien vouloir m’accorder 20 minutes autour d’un café pour répondre à quelques questions. Il a gentiment accepté et les 20 minutes se sont transformées en 2 heures, puis en une suite de rendez-vous qui m’ont été très utiles pour rédiger un business plan solide et comprendre comment fonctionnent les investisseurs. (bon, je me suis quand même plantée sur ma levée de fonds, mais là n’est pas le sujet 😉 )

Depuis, Didier Chambard et sa compère Inès Sen se sont rendus dans des incubateurs et des pépinières d’entreprises pour donner des conseils aux entrepreneurs sur le financement de leurs projets, utilisant leurs expériences d’investisseurs accomplis, dans des sociétés comme Prestashop et Webedia pour Inès et 3D Sound Labs et Julie Desk pour Didier.

Leurs conférences se sont transformées en un ouvrage qui vient tout juste de sortir : Ma Start-up : du garage au succès ! qui se veut le livre de chevet de l’entrepreneur pour financer sa startup. En effet, il est construit en suivant la chronologie du développement de la jeune pousse, depuis le début de la réflexion sur la levée de fonds, jusqu’au pilotage de la relation avec les investisseurs une fois que celle-ci est aboutie. Il aborde des sujets parfois complexes, en les démythifiant. Il répond par exemple à la grande question que se posent tous les entrepreneurs : comment valoriser ma startup ? L’ouvrage est ponctué de conseils pratico-pratiques et méthodologiques. Des exemples de documents pourront s’avérer très utiles à ceux qui préparent leur dossier de levée de fonds (tables de capitalisation, tableaux de trésorerie prévisionnelle…). Il est accompagné d’un guide qui recense une soixantaine d’aides essentielles auxquelles on peut prétendre quand on entreprend.

ma-startup-garage-succes-levee-de-fonds

Les deux auteurs venant rencontrer les startups de l’incubateur IONIS 361, j’ai fait d’une pierre deux coups sur la thématique de l’accompagnement à la levée de fonds, avec une double interview : celle d’Inès et Didier, bien sûr, mais aussi celle de Guillaume Bardèche, qui est le directeur de cet incubateur généraliste, où je me suis installée récemment pour travailler (Presse-Citron n’est pas vraiment une startup, mais c’est intéressant de pouvoir côtoyer des entrepreneurs chaque jour, et la vue sur Paris depuis mon bureau au 9ème étage est à couper le souffle 😉 ). L’incubateur a construit un programme complet pour préparer ses startups early stage à l’épreuve de la levée de fonds, que Guillaume Bardèche nous détaille.

 


2 commentaires

  1. Ce livre est une VRAIE BONNE surprise. Bon j’avoue, personnellement, j’étais au départ sur la réserve et je me demandais si le sujet n’avait pas été traité maintes et maintes fois dans d’autres ouvrages. Et en fait, pas du tout : l’ouvrage fait la part belle au financement des startups, et l’expérience des 2 auteurs est vraiment clé : on sent le vécu !
    A lire !

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
la-hdr-de-youtube
Les vidéos YouTube passent au HDR

Après Amazon et Netflix, c’est YouTube qui adopte le HDR pour les vidéos en streaming.

Fermer