Majors vs. Radios digitales : nouveau conflit, une radio ne paierait pas pour les titres des années 60

Un nouveau conflit oppose les majors et les services de musique digitale : la radio Sirius XM aurait utilisé des titres antérieurs à 1972 sans rémunérer les artistes.

Les majors sont, une fois de plus, en conflit avec un service de radio digitale. L’affaire se passe aux États-Unis et elle oppose la Recording Industry Association of America, groupe qui représente les trois plus grandes majors américaines, à Sirius XM, une radio diffusée par satellite. Le cÅ“ur du problème : les majors accusent la station de diffusion d’utiliser illégalement des titres antérieurs à 1972, comprenez sans payer.

Avant cette année là, les chansons n’étaient pas protégées par la loi fédérale sur le copyright. Cependant, la Recording Industry Association of America (RIAA) fait valoir le fait qu’il existe une loi de l’État de Californie qui reconnait le copyright aux Å“uvres antérieures à 1972. L’organisme dénonce le fait que la radio soit prête à payer pour un titre datant de 1973, mais pas pour un autre – du même artiste -, si celui-ci date par exemple des années 60. L’idée se comprend et se défend, même si elle peut se discuter.

SiriusXM

Les conflits entre la RIAA et les différents services de streaming musicaux ne sont ni rares, ni nouveaux. L’organisme a tendance à régulièrement attaquer ces acteurs du dématérialisé à la moindre occasion, parfois de manière justifiée, parfois pour des raisons pécuniaires un peu limite. La vraie question que ce genre de conflit soulève c’est : plus de quarante ans après, l’artiste doit-il encore jouir financièrement de ses Å“uvres ? Bien évidemment, la question ne se pose pas dans un cadre juridique mais éthique.

Pour conclure, voici une réaction d’Eric Burdon, chanteur des groupes The Animals et War : « Tout le monde sait que l’industrie musicale a connu de nombreux changements. Mais il a toujours été vrai que les vieux artistes ont plus de mal à gagner leur vie. Combien de temps pouvons nous être écartés ? Combien de temps un corps peut-il resister aux épreuves d’un voyage perpétuel ? Le traitement que Sirius XM inflige à de vieux artistes comme moi est totalement injuste. Ils utilisent notre musique pour attirer des abonnés. »

(source)


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
marissa mayer
Marissa Mayer : « Ce serait une trahison de désobéir à la NSA »

Marissa Mayer a commenté le programme de surveillance PRISM lors d'une intervention à la conférence TechCrunch Disrupt.

Fermer