Mark Zuckerberg se défend d’avoir lancé Internet.org pour étendre l’empire Facebook

Il y a quelques jours, un groupe de géants du web et du numérique lançait Internet.org, une initiative visant à développer rapidement des infrastructures nécessaires pour qu’internet soit accessible dans le monde entier – et pas seulement à un tiers de la population mondiale – et plus particulièrement dans les pays émergents.

Une initiative critiquée dès son annonce par différents détracteurs dont le principal argument consiste à affirmer que Mark Zuckerberg, PDG  de Facebook à l’origine de cette initiative, n’avait qu’une visée en tête : étendre rapidement l’emprise de Facebook aux six milliards d’humains n’y ayant pas encore accès.

Un sujet assez sensible pour que Zuckerberg prenne la parole, ce qu’il fait rarement, et réponde aux critiques lui-même. Dans une interview à Wired, le boss du réseau social défend son point de vue en expliquant que s’il était à ce point obsédé par le développement des profits de Facebook, il ferait mieux de de concentrer sur son milliard actuel d’utilisateurs en provenance des pays les « plus riches » plutôt que d’investir dans des infrastructures dans les pays émergents où le marché publicitaire est inexistant.

« Si nous voulions nous focaliser uniquement sur faire de l’argent, la bonne stratégie pour nous serait de nous focaliser exclusivement sur les pays développés et les personnes déjà sur Facebook, en accentuant leur engagement, plutôt que de faire venir d’autres utilisateurs ».

Zuckerberg admet cependant que, inévitablement, plus les personnes connectées seront nombreuses, et plus le bénéfice potentiel sera important pur Facebook, rappelant au passage que Facebook est gratuit et que les pays émergents accèderont au site principalement via des mobiles bas de gamme sur lesquels le modèle économique fondé sur la publicité du réseau social fonctionnerait très mal.

Même si nos esprits un peu retors ont une tendance naturelle à suspecter très rapidement un chef d’entreprise de n’agir que par appât du gain, je laisse personnellement le bénéfice du doute à Zuckerberg sur la sincérité de ces propos et le côté – relativement – désintéressé de son initiative. Après tout être pauvre n’est pas une condition requise pour être idéaliste, ou alors on m’aurait menti.

(source)

Image: ‘DSC_0012.JPG
http://www.flickr.com/photos/24095119@N06/2325658530
Found on flickrcc.net

Invité
27 août 2013

Le propos de Zuckerberg ont du sens. On peut tout de même pensée que c’est un pari sur l’avenir. Plus de client sur une population en voie de développement est automatiquement plus de CA.

luckygulli
Invité
27 août 2013

Franchement, on sait qu’un but est d’attirer des clients, redorer l’image de facebook et bien d’autres choses. Mais puisque c’est aussi une noble cause, acceptons.

Quand Bill Gates voulait faire des toilettes pour des pays d’Afrique, son but n’était pas de leur vendre du Microsoft (à moins qu’il y ait eu des accords…)

Après, c’est parfois plus simple d’attirer des clients nouveaux, que de garder des clients déçus… Mais s’ils le voulaient, ils feraient leurs propres applications (jeux). Et puis, ils attaquent sur tous les fronts (un nouveau paypal, moteur de recherche, images…), donc dans le lot, il y a forcément des balles qui visent des cibles moins prometteuses.

Il a le moyen de changer le monde (en bien ou en mal), s’il le fait bien, tout le monde sera content.

Invité
JiaJo
27 août 2013

Eric> T’es un peu réveur, bien sur que Zuckerberg le fait par interet, et je ne dis pas çà parcequ’un chef d’entreprise ne peut-etre que intéréssé. Bill Gates, Waren Buffet,… et d’autres ont des initiatives que j’estime totalement désintéréssé, car leur objectif n’est pas de fournir des systemes permettant aux populations cibles d’acceder a leurs produits, mais d’offrir des vaccins a un maximum de personnes défavorisés.
Bill & Melinda Gates se battent contre le HIV et la Malaria ce qui ne leur apporte rien. Zuckerberg lui veut installer internet dans les endroits ou les gens n’ont pas de quoi manger… oui son interet est clair et limpide.
Je ne suis pas de ceux qui disent que parceque quelqu’un est riche alors il doit aider plus, mais quand on aide on le fait par conviction et non par interet. Quand on voit les millionaires qui viennent chanter aux restos du coeur, on voit que c’est totalement interéssé. (Les restos du coeur, ce sont des millionnaires qui demandent aux smicards de donner aux rmistes)…

Il y a, bon nombres d’actions plus importantes à réaliser avant de faire venir internet dans les foyers pauvres du monde, d’abord se nourrir, se vetir et se soigner. Et oui internet peut apporter l’éducation, mais il y a 20 ans les francais n’etaient pas des incultes alors qu’internet n’existait pas.

Il y a heureusement des gens qui aident dans l’ombre, d’autres dans la lumière et qui le font avec un bon fond, mais je ne crois pas une seconde dans le bon fond de Zuckerberg, après je ne critique pas qu’il veuille apporter internet dans les coins les plus reculé, mais qu’il ne fasse pas passer cela pour de la charité…

Invité
CiTy
27 août 2013

« l’emprise de Facebook aux six milliards d’humains n’y ayant pas encore accès »
Pour confirmation parce que ça me parait faible mais possible (la Chine et son régime toussah…): Seulement un milliard de personnes ont accès à Facebook?

Sinon j’ai pas compris quel est exactement le but, leur donner accès à Internet ou à Facebook (Via un genre d’internet)?

Invité
Julien
27 août 2013

@JiaJo
Vous devriez avoir un peu plus foi en l’homme. Pour rappel, Mark fait parti des quelques milliardaires a avoir rejoint l’initiative Giving Pledge de Bill Gates et Waren Buffet. Beaucoup de personnes cherchent à s’enrichir, je pense que Mark Zuckerberg, Larry Page et Sergueï Brin on beaucoup plus d’ambition que cela : ils agissent dans le but de changer le monde.
Apporter internet aux populations, c’est leur donner un accès à la connaissance, et j’ai toujours pensé qu’il était plus utile d’apprendre à un homme à pécher que de lui donner du poisson.

Invité
Thomas
27 août 2013

@Eric : Même si les populations des « deux tiers de la planète qui n’ont pas accès à internet » préfèrent un accès à internet qu’un accès à la santé alors leur fournir internet ce n’est pas de l’humanitaire, c’est une sorte de… « cadeau » ? Est ce que les resto du cœur offrent des smartphones plutôt que des repas ? Et si c’était le cas, qui leur ferait encore des dons ?

Pour faire une comparaison : Avec l’Open Handset Alliance et Android, Google a permis à des centaines de millions de gens d’avoir des smartphones. Mais en 2007/2008 Google ne s’est jamais targué de vouloir permettre aux 99% de la planète qui ne pouvaient pas se permettre un iPhone d’avoir un smartphone. Ils l’ont fait gratuitement mais pas pour nous faire plaisir, pour faire exploser leur marché.
Facebook comme Google a besoin de trafic pour générer du cash. Je veut bien croire Zuckerberg lorsqu’il dit qu’il ferait plus de cash en se concentrant sur son premier milliard d’utilisateurs, mais c’est vrai uniquement aujourd’hui. Avec un minimum de vision à long terme il est évident que les « deux tiers de la planète qui n’ont pas accès à internet » (aujourd’hui) représentent la majorité du CA de Facebook dans quoi ? 10, 15, 20 ans ? En tout cas certainement plus tôt que ça si on s’emploi à les connecter le plus vite possible….

De plus, même si le projet ne vient que de naître, les partenaires sont tous des entreprises qui trouveront aussi un intérêt économique à son succès. Y a un conflit d’intérêt qui fait que même s’il y avait des intentions désintéressées là dedans, il faut y croire aussi fort que c’est improbable…

Invité
Zen
27 août 2013

Ce qui m’attriste c’est que ces milliards de nouveaux internautes ne verront le réseau global que par l’œillère qu’est facebook. Ils n’auront pas accès a Internet mais au point d’entrée Facebook (Comme le fut AOL en son temps. Comme l’est Google présentement. Comme l’est Orange pour nos personnes âgées qui n’ont jamais su changer la page de démarrage)
Ça c’est inestimable commercialement puisque dans pays en développement il y a « développement »…

D’une façon général, je pense qu’il faut une distinction entre les tuyaux et le contenu.

Invité
27 août 2013

Et pourquoi pas.

S’ils apportent Internet dans les pays sous-développés, s’ils leur donnent effectivement un nouvel accès à la connaissance (car il y en a d’autres quand même), s’ils leur permettent de développer leur économie en raccrochant leur wagon au train surpuissant qu’est Internet, ils pourront toujours s’enrichir sur le dos des quelques personnes qui cliqueront sur une pub Facebook qui les intéresse.

Je ne vois pas en quoi cela est « mal ».. c’est du win-win, tout le monde a à y gagner, et il y a effectivement un peu de philanthropie (mais point trop n’en faut) là derrière…

Disons l’inverse. Disons que Facebook n’acceptera jamais d’aider à la construction des réseaux dans les pays sous-développés et regardons les réactions des gens.

Invité
Zen
27 août 2013

@Julien

Oui, il faut apprendre a pécher mais… Pour reprendre ta métaphore je comparerais plus aux OGM et Monsanto: on vous vend des super graines qui poussent dans le désert, qui n’ont besoin que de peu de pesticides et d’eau. Mais… vous êtes engagés a ne vous approvisionner que chez nous…

Invité
27 août 2013

Je trouve que c’est une excellente idée même si derrière cette généreuse action se cage une action financière .
Nous allons pas nous plaindre qu’une action financière aide les plus pauvre, non ?

 
Lire les articles précédents :
Facebook lance une nouvelle fonctionnalité : l’album photo collaboratif

La nouvelle fonctionnalité lancée par le réseau social Facebook va permettre à des dizaines contributeurs d’ajouter des photos sur un...

Fermer