Nous aimons bien ces petites applications anodines. Mais parfois, elles ont aussi parfois leur côté obscur…

Lamp Une application lampe torche qui collectait des informations personnelles pour les fournir à des tiers...

Utilisez-vous l’application Android « Brightest Flashlight Free »? Désinstallez-la. La FTC ou Federal Trade Comission – un organe de régulation américain – a publié un communiqué assez intéressant. Le créateur de l’application a été accusé d’avoir « trompé » les utilisateurs. En effet, l’application en question ne faisait pas qu’apporter de la lumière. Elle a aussi transmis des informations de localisation et des données confidentielles à un réseau d’annonceurs.

Une drôle de collecte qui aurait été admise par la société. Tout se joue dans les clauses de confidentialité, à quelques ambiguïtés près. En installant l’appli, l’utilisateur avait accepté que « toute » information collectée par l’application pouvait être utilisée par la compagnie. En revanche, il n’aurait été dit nulle part que ces informations allaient être transmises à des réseaux d’annonceurs.

L’appli « Brightest Flashlignt Free » a été téléchargée plus de 50 000 fois. Et il y a encore plus choquant. Le fait que celle-ci vous demande d’accepter les conditions relatives à la confidentialité de vos informations ne serait qu’un leurre. D’après le communiqué de la FTC, au moment où le choix s’affiche sur l’écran de l’utilisateur (alors que l’utilisateur n’a pas encore accepté), l’application a déjà collecté et partagé des informations privées – comme la localisation ou l’identifiant du téléphone.

Suite à l’intervention de la FTC, ces fautes vont certainement être corrigées. Mais cela ne nous empêchera pas de nous inquiéter. Combien d’applications y-a-t-il sur Google Play ? Combien d’entre-elles ont recours à ces pratiques ? Comme l’a signalé Symantec, les gens sont moins méfiants sur mobile. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’une petite application innocente qui n’est pas supposée avoir besoin de connaitre votre identifiant ou votre localisation. Face à cette actualité, nous ne pouvons que vous sensibiliser à bien lire les « conditions »  d’une application (même si c’est lassant), avant de l’installer et à ne pas installer n’importe quoi.

Cette nouvelle remet en question la fiabilité des modèles d’applications gratuites et supportées par des publicités. En Octobre, des chercheurs auraient analysé 630 000 applications présentes sur Google Play et 23 000 de celles-ci collecteraient des adresses e-mails.

Si l’éditeur de « Brightest Flashlignt Free » va corriger son appli pour se conformer aux exigences de la Federal Trade Comission, nous ne savons pas si d’autres applications « lampe torche » – ou toutes autres appli pseudo-innocentes –  font la même chose.

Source : FTC/The Guardian

Image : Pixabay