Il n’aura pas fallu longtemps à Canal + pour réagir à l’annonce de Netflix d’étendre ses services au marché européen. Déjà présent sur le marché de la VOD depuis 2005 grâce à CanalPlay, le groupe télévisuel a en effet annoncé le lancement de CanalPlay Infinity, le premier service français de VOD illimité par abonnement.

Il n’aura pas fallu longtemps à Canal + pour réagir à l’annonce de Netflix d’étendre ses services au marché européen. Déjà présent sur le marché de la VOD depuis 2005 grâce à CanalPlay, le groupe télévisuel a en effet annoncé le lancement de CanalPlay Infinity, le premier service français de VOD illimité par abonnement.

Afin de promouvoir sa nouvelle offre, Canal + communique avant tout sur la richesse de son contenu, « plusieurs milliers » de films et de séries (créations originales ou non). Des accords avec plusieurs studios américains ainsi que de grands producteurs français seraient en cours de négociation. Pour garantir au consommateur une simplicité d’utilisation optimale, le groupe télévisuel mise également sur son innovation Envideo, un moteur de recherche censé « réagir aux envies des utilisateurs et fondé sur la recommandation aux abonnés», vraisemblablement via un système de tags. Et tout cela pour la modique somme de 9.99 par mois, sans engagement. Vous avez dit guerre des prix ?

01F4000004652328 photo svod canal Menacé, Canal + investit la SVOD et lance CanalPlay Infinity

Le service sera disponible à partir du 8 novembre prochain, d’abord en exclusivité via la Neufbox SFR, avant d’être étendu à la Freebox Révolution et à la BBox, aux TV connectées Samsung, puis aux décodeurs Canal +. Début 2012, l’offre s’étendra enfin aux consoles de jeux, en premier lieu la XBox 360 de Microsoft. Dans un futur proche, des contrats devraient certainement être signés avec Orange ainsi qu’avec les autres constructeurs de TV connectées. A noter que le service sera également disponible via PC, Mac et tablettes tactiles.

Très pragmatique, le président du groupe, Bertrand Meheut, affirme que Canal + ne fait qu’anticiper une évolution du marché et « l’arrivée de nouveaux acteurs »  qui conduira à terme à « une nouvelle perspective concurrentielle dans le secteur ». On pense bien sûr à Netflix mais aussi à Google TV, dont l’arrivée sur le marché français est  prévue courant 2012. Malgré la pertinence d’un tel choix, il convient néanmoins de rappeler que la législation française, via la règle de la chronologie des médias, impose un délai de trois ans entre la sortie d’un film en salles et sa diffusion sur un service de SVOD. Les séries US, quant à elles, mettent souvent plusieurs mois avant d’être disponibles outre-atlantique.

Cela qui risque de donner un petit coup de vieux au catalogue pourtant si fourni promis par Canal +. L’illimité pour des œuvres déjà disponibles à la vente physique, sur les sites de VOD classiques, ou via le téléchargement illégal ? Un pari qui semble risqué. Le groupe n’a cependant pas d’autre choix que d’opter pour une stratégie agressive afin de damer le pion à ses futurs concurrents, législation favorable ou non.