MOG tire (officiellement) sa révérence

Une page de notre histoire collective est en train de se tourner. MOG vient effectivement de fermer ses portes.

MOG est né en juin 2005, sous l’impulsion d’un certain David Hyman, ancien CEO de Gracenote. A l’époque, la plateforme ne faisait pas dans le « streaming » et elle se positionnait plutôt sur le secteur des réseaux sociaux. Les utilisateurs inscrits pouvaient ainsi discuter entre eux, soit en direct, soit par billets interposés.

mog

Le service a beaucoup évolué au fil des années mais tout a changé en décembre 2009. C’est effectivement à cette date que MOG s’est lancé sur le secteur de l’écoute musicale en ligne avec un abonnement dédié, et quelques applications mobiles dans la foulée.

Comme chacun le sait, MOG a été racheté par Beats Electronics en 2012 pour la modique somme de 14 millions de dollars. Une acquisition portant tout autant sur la plateforme développée par la société que sur sa régie publicitaire.

Son nouveau propriétaire a annoncé le lancement d’un autre service construit sur ses cendres quelques années plus tard : Beats Music. Il aurait bien évidemment pu débrancher les serveurs de MOG à ce moment-là mais il a décidé de ne rien en faire.

Du moins jusqu’à présent.

Comme l’indique le titre de cet article, MOG vient effectivement de fermer ses portes. Si vous vous rendez sur le site officiel du projet, alors vous tomberez sur un message vous invitant à vous rendre sur Beats Music.

Attention cependant à ne pas vous réjouir trop vite puisque ce dernier n’est disponible qu’aux Etats-Unis pour le moment et il n’est donc pas possible d’en profiter en Europe. Encore moins en France.

Et après ? Depuis le rachat de Beats Electronics par Apple, tout est désormais possible et la firme devrait d’ailleurs profiter du WWDC 2014 pour dévoiler une partie de sa stratégie, et expliquer plus en avant ses intentions.

Reste à savoir si Beats Music conservera ou non son indépendance. Et ça, c’est un autre débat.

(Source)


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Galaxy W
Samsung Galaxy W : une phablette de sept pouces pour celles et ceux qui en veulent toujours plus

Oserez-vous téléphoner avec ?

Fermer