MotionCAPTCHA, plus ludique, plus rapide

Vous venez de vous tapez tout un formulaire, la rédaction d’un long commentaire, ou que sais-je encore, et l’heure du fatidique captcha arrive. Il s’agit de ne pas se tromper. Seulement voilà, il faut bien l’avouer : des fois, c’est galère. D’où l’ingénieuse trouvaille de Joss Crowcroft : un captcha qui remplace les mots impossibles à déchiffrer par des formes à dessiner.

Vous venez de vous taper tout un formulaire, la rédaction d’un long commentaire, ou que sais-je encore, et l’heure du fatidique captcha arrive. Il s’agit de ne pas se tromper. Seulement voilà, il faut bien l’avouer : des fois, c’est galère. D’où l’ingénieuse trouvaille de Joss Crowcroft : un captcha qui remplace les mots impossibles à déchiffrer par des formes à dessiner.

Pour le coup, je crois que tout est dans l’image. Exit les suites de lettres toutes plus difficiles à distinguer les unes que les autres, au risque de vous tromper et avoir le droit à une nouvelle chance. Le principe de ce type de captcha est enfantin : le plugin vous met sous les yeux une forme géométrique, qu’il vous suffira de reproduire (et en plus de ça, il vous mâche le travail, vous indiquant le point par lequel commencer !). La capture ci-dessus montre bien que l’outil a un certain degrés de tolérance, se focalisant surtout sur le geste effectué. Il est intéressant de noter aussi que ça marche pour les appareils mobiles (tactiles).

Tout ceci est réalisé en HTML5 par Joss Crowcroft. Ce dernier précise cependant que MotionCAPTCHA est pour le moment une preuve de concept, mais que les prochaines versions pourront véritablement rivaliser sur le terrain avec les captchas classiques.

De quoi ravir pas mal d’utilisateurs et les venger des milliers de secondes passées à leurs faire saigner les yeux en déchiffrant des captchas. Autre argument : hier, Rue89 remettait au goût du jour le fait que Google (propriétaire de reCAPTCHA) plaçait dans ses anti-bots, dans un cadre de numérisation de livres, des mots tirés des scans de son service Books n’ayant pas pu être déchiffrés, et ce afin de déduire, au bout de plusieurs réponses identiques pour un même mot, de savoir de quel mot il s’agit. En gros, Google profite (ingénieusement, avouons-le !) de notre travail de décryptage de captchas pour numériser des livres. Bouh, on nous exploite !… D’où (après ce vaste détour) un argument de plus pour dire que ce nouveau type de captcha à dessin est plutôt cool !

Vous pouvez vous faire une idée ici.

(source)

Invité
19 octobre 2011

Je me demande si ça va être « sous-traitable » comme on le fait actuellement avec des trucs comme decaptcher… Par contre, pas super accessible tout ça :/

Invité
parpin
19 octobre 2011

Y’a quand même un truc bizarre dans votre article.

Si google nous donne a décoder des mots que lui même pas su décoder. J’en déduis qu’il ne connait pas le mot qui se cache derrière le captcha. Alors comment peut t’il savoir si ce qui est rentré par l’utilisateur est correct ou non ?

Invité
19 octobre 2011

C’est le principe même d’une captcha normalement : ne pas être sous-traitable. Si tu peux résoudre ta capcha via traitement logiciel, c’est que tu peux en changer, la protection fournie n’est pas viable.

Invité
19 octobre 2011

A vu de nez , ça demande pas bcp de travail en analyse d’image pour détecter la forme et la reproduire par un robot. Un simple calcul de radient fait l’affaire !

Invité
Eddy
19 octobre 2011

Même inquiétude sur l’accessibilité…

Vous ajoutez un champ caché en css à votre formulaire, les robots le remplieront systématiquement, vous faite un petit script : si le champ est rempli, alors ne pas envoyer le formulaire. Ca fonctionne pour 95% des sites.

Invité
Greg
19 octobre 2011

« Vous venez de vous tapez tout un formulaire »
« Seulement voilà, il faut bien l’avouer : des fois, c’est galère. »

Il n’est pas dans mes habitudes de jouer au champion de la francophonie, mais en deux phrases d’introduction, entre faute de conjugaison, termes familiers et fautes de français (non « des fois » ce n’est pas français), cela fait beaucoup…

Presse Citron m’avait habitué à une meilleure qualité éditoriale.

Pour le fond de l’article, à titre personnel et même si au vu des images l’algorithme est plutôt tolérant, tracer une forme à la souris ne me parait pas si simple. Un bon exemple, essayez de réaliser votre signature ou même simplement d’écrire votre nom sous paint : bon courage…

Membre
19 octobre 2011

je trouve ca super bien trouvé ! Merci à lui.
J’ai essayé sur la page de démo (http://www.josscrowcroft.com/demos/motioncaptcha/), ca reste encore perfectible, par exemple le cercle j’ai jamais réussi à le valider en 10 tentatives.
Mais c’est prometteur …

Invité
19 octobre 2011

Très original et ma foi bien pratique !
Moi ce qui me fait marrer, ce sont les questions au lieu des captcha pour contrer les spams. Certaines sont super bien trouvées et ajoute un caché humour au formulaire. J’aime l’humour, j’aime ce genre d’initiative, plutôt qu’un captcha où dès fois, on n’arrive même pas à relire !

Membre
19 octobre 2011

@Greg :je ne veux pas me faire l’avocat du diable, mais la faute de conjugaison ca arrive à tout le monde si on ne se relit pas (d’ailleurs elle est corrigée) et « des fois » si si c’est français. Si vous n’acceptez pas que notre belle langue évolue dans le temps alors on parlerait encore comme sous Jésus-Christ. Il n’y a pas de règle immuable, les gens s’approprient une langue et ce sont eux qui la « font », du moins pour les langues vivantes.

Je vous rejoins sur le ton plus familier qui donne une impression moins professionnelle (que l’auteur n’est pas, d’ailleurs) mais rien de dramatique.

Invité
Greg
19 octobre 2011

@Loko : Certes rien de dramatique, et le faire remarquer permet de corriger. L’accumulation m’a néanmoins un peu choqué. Sur le ton, c’est avant tout un choix éditorial, réfléchi je suppose, d’adopter des tournures plus « parlées » que littéraires. Personnellement je n’aime pas, mais ça n’engage que moi.

Comme cela a été dit plus haut, je reste dubitatif sur ce système : un bot devrait théoriquement analyser assez facilement l’image, et tracer encore plus facilement la forme qu’un être humain. Pour déjouer cela, il faudrait sans doute introduire du bruit, des couleurs et autres astuces, et on en revient au final à ce qu’on n’aime pas dans les captcha : c’est difficile à distinguer visuellement, même pour un être humain.

 
Lire les articles précédents :
Google et Samsung dévoilent le Galaxy Nexus et Android 4.0

Lors d'une très attendue conférence qui se tient ce jour à Hong Kong, Samsung et Google viennent de dévoiler le...

Fermer