Nest : le modèle d’accélérateurs hongkongais arrive en France

Nest arrive en France pour exporter son modèle d’accélérateurs corporates verticaux. Rencontre avec Ethan Pierse, Managing Partner pour la France.

J’ai déjà largement pu dépeindre l’écosystème hongkongais dans de précédents articles. Son positionnement de fenêtre vers la Chine le rend attractif pour de nombreuses entreprises qui veulent soit attaquer ce business, soit profiter de la proximité de Shenzhen et de ses usines (et je vais penser ici à un Native Union).

Mais positionner Hong Kong comme une “simple” fenêtre vers l’Asie serait réducteur. HK ne souhaite certainement pas se définir uniquement de cette manière et désire mettre en avant une culture entrepreneuriale qui lui est propre : à la croisée du design, de la science et des technologies.

La scène “entrepreneur” de Hong Kong est ainsi fascinante à observer. D’autant plus qu’elle s’invite aujourd’hui en France au travers de Nest, premier fond d’investissement de Hong Kong et acteur de référence de l’accélération (aucun lien avec Nest, les thermostats rachetés par Google).

Ethan Pierse, Managing Partner du bureau parisien de Nest, est un américain qui a passé la majeure partie de sa carrière à accompagner des entrepreneurs. Nest Venture Capital semblait donc un choix évident pour lui permettre de continuer à soutenir l’écosystème français.

Nest, basé à Hong Kong mais déjà présent à Londres, San Francisco, Nairobi, Los Angeles, New York et Singapour, va permettre d’étendre leurs activités européennes.

nest

Accélérateurs corporates verticaux

Leur modèle ? Créer des accélérateurs corporates verticaux.

Accélérateurs = Il faut comprendre par là que les programmes vont avoir une durée délimitée (entre 12 à 16 semaines), avec de l’accompagnement au quotidien. Ethan me décrit le programme comme hyperactif et suivi.

Corporates = Les grands groupes cherchent souvent à lancer des programmes startups (avec plus ou moins de succès). Nest propose une solution clef en main (mais très personnalisable) pour lancer ce type d’accélérateurs corporates qui seront gratuits pour les startups (sans aucune prise d’équity).

Verticaux = Chaque accélérateur sera spécialisé vers une thématique bien spécifique pour apporter de la valeur à un secteur en particulier.

Plus concrètement, cela se manifeste par exemple par un accélérateur Smart City/Internet Of Things créé par la marque automobile Infiniti et qui accueille des startups taclant ces problématiques bien spécifiques. Le concept est évidemment déclinable à l’infini sur des thématiques e-santé, fintech, etc.

La force du modèle, c’est d’avoir un accompagnement intensif, ultra-qualitatif et gratuit pour les startups, tout en permettant aux corporates de proposer des programmes d’accélération de qualité avec un acteur possédant un réseau international.

Ethan Pierse prépare actuellement l’année 2016 en rencontrant de nombreux corporates intéressés pour lancer un accélérateur en France.

Comme je vois Nest, me dit-il. C‘est un peu comme si Partech Ventures faisait un bébé avec NUMA“.

Pourquoi Partech ? Parce que Nest ne cache pas son objectif d’investir dans certaines boîtes qu’il aura accompagné. La création d’accélérateurs est ainsi génératrice de “dealflow“.

L’obsession d’Ethan reste ainsi la même : aider l’écosystème et faire ressortir les fondateurs de demain.

On commence à avoir un écosystème large en France, m’explique-t-il. Il faut maintenant aller en profondeur… parce qu’avoir plus de réussites permet d’avoir des entrepreneurs qui restent dans l’écosystème pour investir et l’accompagner”. 

  • On a testé le road trip en camping-car avec Yescapa !

    Vous rêvez de prendre la route des vacances à bord d’un van ou d’un camping-car ? La start-up Bordelaise Yescapa nous a proposé de vivre une expérience inédite sur les routes du Médoc Atlantique. Réservation, assurance, prise en main du […]


Nos dernières vidéos

  • V

    Enfumage level 9999999

Send this to a friend

Lire les articles précédents :
Google voudrait concurrencer Facebook M

Selon les sources du Wall Street Journal, Google prépare un concurrent pour Facebook M.

Fermer