Facebook déploie progressivement le nouveau design de son fil d’actualité. Quel en sera l’impact pour les pages de marques ? Nos conseils pour en tirer le meilleur profit.

Début mars Facebook a annoncé un nouveau changement important dans les fils d’actualité. Comme je l’indique régulièrement dans depuis un an, la tendance sur les réseaux sociaux est au « Picture Marketing« . On le voit sur toutes les principales plateformes (Facebook, Twitter, GooglePlus, profils LinkedIn, pages entreprises LinkedIn) et sur le développement de nouveaux réseaux liés au partage d’images (Tumblr, Pinterest). M. Zuckerberg confirmait cette tendance la semaine dernière : « 50% des flux d’actualité est aujourd’hui constitué de photos et de contenu visuel ». Facebook en a tiré les conclusions en faisant évoluer le design de son interface. Il en découle bien évidemment un impact fort sur la relation entre les marques et leurs fans, sur l’engagement et sur le type de contenu à publier pour le développer. Côté utilisateur, la nouvelle interface permet à chacun d’accéder directement aux contenus de son choix.

Nouveau Facebook Nouveau Facebook : quel impact pour les marques ?

Le nouveau design est beaucoup plus visuel pour faire de Facebook le meilleur journal  personnalisé au monde. Il repose sur 3 piliers : du contenu plus riche (les images sont plus grandes, les vidéos auront la même taille), le choix des fils d’actualité et la mobilité. A propos des vidéos, les vidéos externes (Viméo, YouTube…) seront traitées de la même manière que les vidéos Facebook.

Facebook veut « désencombrer » son interface, donner plus de poids aux « histoires », préparer le Graph Search annoncé en Janvier dernier (ce qui est partagé par les amis est davantage mis en avant), donner le choix des fils d’actualité et être réellement multi-plateformes en proposant la même interface qu’on soit sur PC, tablette ou mobile. On peut d’ores et déjà s’inscrire ici pour l’essayer.

Mise en avant des photos des fans

Comme on peut le voir sur les illustrations de l’article de Valentin, les photos de ceux qui ont « liké » sont désormais plus visibles, à la fois sous les posts et dans une nouvelle colonne à gauche. En cliquant sur les photos, on sait quelle a été l’activité et le commentaire de chacun.

Choix des fils

« Tous les amis » : les contenus publiés par vos amis.

« Photos » : photos de vos amis et des Pages que vous aimez.

« Musique » : publications autour de la musique que vous écoutez.

« Suivis » : dernières actualités des Pages et personnes que vous suivez.

C’est donc à vous de choisir.

Multi-plateformes

Le design de Facebook devient identique, quel que soit le support.

Impacts pour les marques

On sait déjà que le contenu d’une marque s’affiche sur Facebook en fonction de l’EdgeRank, l’algorithme interne. L’EdgeRank se mesure sur l’affinité, le poids (nombre de commentaires et d’actions autour des posts) et le temps (ce qui est publié aujourd’hui compte plus que ce qui a été publié hier).  Avec le « nouveau Facebook », officiellement l’algorithme ne change pas, mais il y a aura simplement plus de rubrique, comme dans un journal. Décider que poster et à quel moment n’est pas à prendre à la légère. L’avenir dira si l’EdgeRank continuera d’avoir un impact dans une nouvelle expérience multi-fils.

Selon Hubspot, les photos génèrent 53% de « likes » et 104% de commentaires de plus qu’un post standard (texte + lien + photo). La différence à prendre en compte est l’émergence d’un fil de photos, un peu comme sur Tumblr.  Tumblr commençant à concurrencer Facebook chez les plus jeunes, on comprend mieux cette évolution. Si les photos génèrent le plus de réactions, elles ont donc d’autant plus de valeur dans l’EdgeRank.

Quelques conseils d’Hubspot pour optimiser l’efficacité de votre page avec le nouveau Facebook

1. Systématisez l’utilisation des images dans Facebook.

2. Mettez des photos dans vos publicités.

3. Des légendes courtes : les légendes ne s’affichent plus sous la photo mais se superposent.

4. Focus sur les ambassadeurs : avec le nouveau Facebook, on pourra choisir de ne voir que le contenu posté par ses amis. Un fan qui « like » pourra donc ne jamais voir les posts de votre page. Les ambassadeurs deviennent donc clés puisque le contenu pourrait n’être visible que par leur intermédiaire. On sait, grâce aux vidéos d’Erik Qualman que les recommandations d’un ami sont très nettement plus crédibles que le même message reçu directement depuis l’organisation émettrice. Les équipes marketing vont donc devoir se concentrer sur ce qui intéresse leurs fans les plus actifs.

5. Créer du contenu pertinent. L’une des bases de l’inbound marketing est de donner envie à ceux qui voient notre contenu de le partager. Il faut donc penser à relayer sur Facebook son contenu de meilleure qualité afin de bénéficier au mieux de cet « earned media« .

6. Intégrer Facebook et Pinterest. Le contenu partagé avec des applications tierces va gagner en visibilité. 98% des membres de Pinterest ont également un compte Facebook et/ou Twitter; et Pinterest est l’un des principaux vecteurs de trafic vers un site web marchand. 21% des membres de Pinterest ont acheté un article après l’avoir vu sur le site.

7. Développer les check-ins. La géolocalisation est clé avec le développement des usages mobiles. Le graph search annoncé en janvier dernier ne fait que renforcer son importance : on ira davantage « liker » un commerce de chaîne proche de chez soi que l’enseigne nationale. D’ailleurs Google a transféré son service Google Places dans Google+. Les check-ins seront désormais plus visibles.

8. Développer le nombre de likes. Un like crée une nouvelle histoire dans Facebook et donc de nouvelles opportunités d’engagement, de viralité et d’earned media.

Et GooglePlus?

On le sait les deux réseaux ne se lâchent pas. La veille de l’annonce du nouveau design de Facebook, Google a de son côté annoncé plusieurs changements pour GooglePlus :

  • Image de couverture jusqu’au format 2120*1192 en 16:9.
  • Nouvelle interface « About » avec des couleurs et un bouton « Edit » pour chaque rubrique.
  • Onglet commentaires d’entreprises et de restaurants pour les pages « Local ».

Reste à savoir si changements cosmétiques permettront à ce dernier de rattraper un jour Facebook et son milliard d’inscrits…

(source)