Nouveau MacBook Pro ou MacBook Air : le choix impossible ?

La gamme des MacBook Pro Retina a été mise à jour le 22 Octobre dernier (présentée conjointement avec les nouveaux iPad Air et iPad mini Retina). J’ai pu passer les 3 dernières semaines avec le nouveau MacBook Pro 13 pouces (2,6 GHz), retour d’usage sur cet ordinateur portable haut-de-gamme.

Un peu de contexte personnel

La manière d’appréhender l’utilisation d’un nouvel ordinateur est absolument subjective. En réalité j’ai la conviction qu’elle va être en grande partie modelée par l’historique personnel du testeur. Je vais donc vous parler de moi, non pas pour le plaisir de déblatérer sur ma personne, mais parce que mon expérience me semble assez révélatrice de l’évolution des gammes d’ordinateurs portables signées Apple.

J’utilise uniquement MacOSX depuis 2007 (et mon premier MacBook blanc). A l’époque, il s’agissait d’un choix « par défaut » : je voulais un Mac, mais j’étais étudiant… alors j’ai choisi le plus abordable.

Quand j’ai enfin pu choisir une machine uniquement d’après mes besoins, j’ai choisi de prendre un MacBook Air 11 pouces début 2011. L’idée était simple. Écrire des articles et rédiger des mails étaient mes activités principales, je n’avais donc aucunement besoin de la puissance du MacBook Pro. J’avais de plus 4 bonnes heures de transport chaque jour et j’avais besoin de la machine la plus légère possible. Le MacBook Air 11 pouces s’était imposé à moi.

Ce choix aura été fait au prix de certains compromis :

  • Pas de port SD pour récupérer directement mes photographies en reportage (ou besoin d’un accessoire USB > SD)
  • Pas de port Ethernet (ou besoin d’un câble USB > Ethernet)
  • Un petit manque de puissance quand il s’agit de traiter et retoucher des photographies.

J’ai évidemment très régulièrement pesté contre ces petits moments où je ne pouvais pas publier un article en live parce qu’il m’était impossible de transférer mes photographies directement ou de travailler dans un lieu sans Wifi mais proposant des connexions Ethernet. Mais je me disais que ce n’était qu’un faible désagrément face à l’énorme avantage de posséder une machine de 1,06 kg.

Photo : Un MacBook Air posé sur un nouveau MacBook Pro.

MacBook Pro Retina 2013

Je n’ai pas regretté une seule seconde ce choix pendant les 3 années de bons & loyaux services (qui se poursuivent encore d’ailleurs) de mon MacBook Air. Et si ce choix était à refaire aujourd’hui… je le referais… ah non, la keynote du 22 Octobre dernier aura été la présentation qui a mis fin à mes certitudes.

Ce nouveau MacBook Pro est fin. Il est léger (1,57 kg) et il possède tout ce qui a pu me manquer sur mon MacBook Air. En plus, il embarque un écran Retina absolument magnifique.

Il intègre un nouveau processeur Intel Haswell qui, s’il ne booste pas drastiquement la puissance de celui-ci, est présenté comme offrant une meilleure autonomie. De ce côté là, les 9 heures annoncées auront été vérifiées lors de mes différents tests, me permettant de traverser une grosse journée de travail sans la crainte de tomber en rade de batterie.

En bref, nous avons affaire à une très belle machine à la finition sans faille, un nouveau format plus transportable que jamais, et toujours les mêmes caractéristiques qui font le plaisir des utilisateurs de MacBook Pro.

Des performances égales à la version précédente ? Certaines voix se sont élevées pour reprocher ce manque d’évolution dans la gamme. Il semblerait qu’Apple a davantage travaillé à la miniaturisation de cette machine, ainsi qu’à lui offrir une meilleure autonomie. Je ne pense honnêtement pas qu’il s’agisse d’un point faible majeur dans le sens où la plupart des acheteurs n’auront pas eu la version précédente entre les mains (il n’y a que les geeks fortunés pour s’acheter un nouvel ordinateur à +1299€ tous les 12 mois).

Lequel choisir ?

Nous arrivons à l’heure du dilemme. Si vous êtes sur le point de vous acheter un nouveau Mac : faut-il se pencher vers ce nouveau MacBook Pro, prendre le MacBook Air ou se diriger vers le Refurb d’Apple ?

Cela va beaucoup dépendre de vos usages évidemment. Mais si vous penchiez vers un MacBook Air avec le sentiment de devoir sacrifier quelques fonctionnalités pour les besoins de la portabilité, je pense qu’il faudra sérieusement considérer le MacBook Pro. Bien plus fin que son prédécesseur, il reste tout aussi puissant et pourra contenter un très large panel d’utilisateurs.

Vous n’utilisez jamais plus d’Ethernet et de port SD et vos activités ne sont pas gourmandes en ressources, le MacBook Air sera votre choix. A noter que vous pouvez trouver des MacBook Air à partir de 999€ (1099€ pour le 13 pouces) et des MacBook Pro à 1299€, la différence est assez faible quand il s’agit de vous accompagner pour les 4-6 prochaines années.

Et si vous voulez un MacBook Pro mais que la nouvelle finesse de celui-ci n’est pas point crucial, vous pouvez trouver des MacBook Pro de l’ancienne génération à prix intéressant sur le Refurb d’Apple.

Comme je vous le disais plus tôt, ce choix sera très subjectif… cependant Apple vient de rendre cette décision plus difficile en venant combler certains points faibles de la gamme Pro. Il n’est plus possible de schématiser la différence en énonçant que le MacBook Air est une machine de portabilité & que le MacBook Pro est une machine puissante.

Il ne manquerait plus que le prochain MacBook Air soit Retina et plus puissant pour définitivement vous amener à un dilemme impossible à résoudre.

Invité
19 novembre 2013

Bonjour, les « 9 heures d’autonomie …vérifiées » Est-il possible d’avoir plus de precisions ?

Invité
Nicolas
19 novembre 2013

Ancien PCiste et passé à OSX il y a presque 10 ans j’apprécie Apple pour leurs ordinateurs mais nettement moins pour leur iphone/iPad (je considère l’iPod en revanche comme génial).

Cependant il y a une chose qui m’exaspère au fur et à mesure qu’Apple modernise sa gamme d’ordinateurs : tous les lecteurs/graveurs disparaissent les uns après les autres.

Alors autant je comprend la logique pour un macbook Air et éventuellement pour Macbook … autant sur un MacBook Pro je trouve la logique stupide. Cette machine est censée répondre au besoin des pros et bon nombres de projets sont encore traités hors connexions et via CD/DVD. Agir ainsi c’est forcer les pro à acheter un lecteur indépendant et perdre du confort de l’expérience mobile apportée par Apple.

La logique voudrait que justement il faut que les gammes soient complémentaires et se différencient les unes des autres par des options/détails vraiment perceptibles.

J’ai la sensation que les frontières comme tu le dis sont de plus en plus difficile à cerner et que justement choisir devient plus compliquer … les différences de prix quand à elles étant toujours bien présentes.

Invité
Toh
19 novembre 2013

« Il ne manquerait plus que le prochain MacBook Air soit Retina et plus puissant pour définitivement vous amener à un dilemme impossible à résoudre. »

En même temps il y a des dilemmes plus important que « air » ou « pro » dans la vie ;-)

Invité
Zoncou
19 novembre 2013

Personnellement je pense que leurs prix ne sont toujours pas abordables pour un simple étudiant…

Membre
19 novembre 2013

Chouette le retour d’expérience :)

Après, ce que j’aimerais savoir, c’est si la carte Iris apporte vraiment plus de peps. Le précédent MBP Retina 13″ avait parfois du mal à donner le change, y compris pour une utilisateur bureautique / web. La faute à la résolution de son écran. Tu as constaté ce problème sur le tien ou pas ? Sinon, il y a aussi un effet de rémanence sur certaines dalles il me semble, et plus précisément sur celles produites par LG (il en produit une partie, Samsung s’occupe du reste). Pas de problème chez toi ?

Sinon, il faut aussi rappeler que les MBP Retina n’embarquent pas de GPU dédié, sauf le dernier 15 pouces (le plus cher, forcément). Tu as juste de l’Iris pour les modèles 13 pouces, et de l’Iris Pro pour les modèles 15 pouces. Ca, c’est un peu abusé quand même, surtout quand tu vois le prix des bestioles.

Invité
Laurent
19 novembre 2013

@Nicolas.
Ma réponse va sonner comme une phrase de fan inconditionnel mais je n’en suis pas un. Par contre je n’ai pas de mal à me mettre à la place d’Apple et comprendre leurs choix.
On leur reproche bien souvent de ne pas innover mais en matière d’autonomie et de miniaturisation/intégration c’est eux qui tirent l’industrie vers le haut depuis quelques années. Je pense que pour ce genre de machines ils se tournent vers le futur et s’affranchissent de rétrocompatibilités qui consomment ressources et espace. Un peu comme avec l’iMac à l’époque (référence au FDD).
Aujourd’hui beaucoup de flux de données se font par le LAN/WAN, USB, et même si je ne connais aucun chiffres a ce sujet, si je me base sur mon expérience personnel ca fait un moment que j’ai pas vu passer un CD/DVD (gravé ou pas) à mon boulot. Par contre les clé USB, dropbox-like et partages samba se partagent le boulot. Je partage donc l’avis d’Apple et la minorité de gens qui ne peuvent pas faire autrement prendront un lecteur externe, ca me semble avoir du sens dans une perspective de miniaturisation et de gain d’autonomie.

Invité
Monsieur F
19 novembre 2013

Pour ma part, le choix est clair : MacBook Pro Retina. Il est plus puissant, la connectique est plus étoffée et la capacité de stockage est plus importante. La présence d’un port HDMI est un gros plus. Je regrette la disparition du lecteur/graveur CD/DVD et du port Ethernet. Je préférerai un port USB 3 supplémentaire à la place d’un port Thunderbolt. Le passage à un écran de 14″ aurait permis une vraie différenciation avec le MacBook Air.

Invité
Nicolas
19 novembre 2013

@Laurent : Je comprend ta logique et si on la suit elle s’explique effectivement dans le cas de la gamme portable pour un gain d’autonomie (niveau encombrement la différence n’est pas si incroyable).
En revanche dans ce cas comment expliquer ce choix pour la gamme iMac qui elle aussi voit ses lecteurs disparaitres ? L’encombrement sur un fixe déjà si peu épais n’est pas perceptible.

Les gens s’adapteront comme tu dis pour ne plus passer que par LAN/WAN, USB etc .. mais je perçois plus cette attitude pour forcer les utilisateurs à passer par son itunes/appstore et ainsi avoir main-mise sur l’intégralité du contenu software de ses machines.

Que dire également des mélomanes qui ont des CD depuis toujours et dont la version MP3 n’existe pas ? Ils ne peuvent plus importer la musique dans leur iTunes à travers le lecteur, tout devant transiter par un lecteur indépendant.

Si réellement la miniaturisation était le fer de lance d’Apple cela se justifierai sur les modèles nomades mais resterait présent sur les autres gammes.

Je ne vois pas vraiment en quoi tirer un trait sur les disques (même Blu-ray par exemple) représente tirer la technologie vers le haut.

Ici je perçois plus cela comme une volonté de la firme de vouloir d’autant plus contrôler ses machines, ses softs et de fait ses utilisateurs.

Un pas en arrière selon moi qu’après discussion auprès d’employés Apple et autres Génius je ne semble pas être le seul à partager.

 
Lire les articles précédents :
Recharger votre iPhone avec vos lunettes de soleil [Vidéo]

Des lunettes de soleil équipées de mini panneaux solaires, pourquoi n'y avons-nous pas pensé plus tôt ?

Fermer