Olympus OM-D E-M1, l’hybride pour les pros

Olympus présentait il y a quelques jours dans la verte campagne proche de Dublin (Irlande) son nouvel hybride, le OM-D EM-1. Un appareil relativement compact qui confirme le retour de la marque nippone sur le marché « pro » avec un reflex qui semble avoir dès sa présentation et les premières prises en main avoir séduit, voire impressionné les experts de la photo.

La mise en scène était bien imaginée : pour ce lancement, Olympus avait invité des dizaines de journalistes européens (par sessions de deux jours) à une sorte de « safari-photo » dans un site aussi original que photogénique (ça tombe bien) : le Castle Leslie, un château-hôtel perdu dans la campagne irlandaise, qui pour la petite histoire accueillait régulièrement Winston Churchill qui venait s’y ressourcer et probablement siroter quelques whiskies, et plus récemment le dernier mariage de Paul Mc Cartney ou encore un Mick Jagger en mode touriste du weekend.

L’idée étant de tester l’engin dans différentes configurations et sur différents lieux de la propriété, dans différentes scènes, en intérieur et en extérieur, de jour, de nuit et par faible luminosité : ainsi il était possible de jouer avec le double autofocus, le mode Live Bulb (qui permet par exemple avec son smartphone en WiFi de faire du light painting), divers effets intégrés « Ã  la Instagram », stabilisation sur cinq axes, ou encore tropicalisation (appareil « weatherproof » à ne pas confondre avec « waterproof ». Je ne vous cacherai pas que j’utilise beaucoup moins mon propre reflex depuis quelques temps (depuis l’iPhone 5 en fait), sauf lorsqu’il s’agit de faire des portraits ou des photos rapprochées d’objets de petite taille. Du coup la prise en main de l’appareil, pour quelqu’un qui n’est pas un expert de la photo et encore moins de la technique photo, fut quelque peu déconcertante au départ, tant les réglages sont pointus et nombreux, à tel point que même les plus habitués semblaient s’y perdre un peu parfois. Mais peu importe, nos guides étaient là pour nous aider ou faire les réglages pour nous. D’abord, le tour du propriétaire…

Olympus OM-D E-M1

Le nouvel Olympus OM-D E-M1 est appareil-photo hybride (ou compact à objectifs interchangeables) dans un chassis ultra-résistant en alliage de magnésium. Il est équipé d’un nouveau capteur Live MOS associé à la nouvelle génération de processeur, le TruePic VII, l’E-M1. Equipé de la technologie autofocus DUAL FAST AF, son un boîtier est capable de faire fonctionner à pleine vitesse les objectifs des deux gammes optiques, hybrides et reflex 4/3. Doté d’un obturateur très silencieux, allant jusqu’au 1/8000ème de seconde et capable d’atteindre 10 images par seconde en rafale à pleine résolution. Il intègre également un nouveau viseur, plus large que ceux de la quasi totalité des reflex du marché, qui se voit doté de nouveaux raffinements technologiques inédits, comme l’ajustement automatique de luminosité, le contrôle HDR en temps réel ou la fonction Color Creator. Tropicalisé, pour résister aux projections d’eau et de poussière, l’OM-D E-M1 garantit également un fonctionnement optimal jusqu’à des températures allant jusqu’à -10C°. Equipé du système de stabilisation d’images sur 5 axes, l’EM1 a également été conçu sur mesure pour un usage professionnel, avec son grip intégré, ses molettes et boutons plus larges, et de nombreux raccourcis programmables, répartis judicieusement autour du boîtier.

Léger et connecté

Côté poids et tenue en main, rien à dire : avec moins de 500 grammes sur la balance, l’appareil est très facile à manipuler, d’autant que le boîtier est vraiment prévu pour de longs barouds sans fatigue. Pour ceux qui préfèrent tout gérer sur un seul écran, l’Olympus OM-D E-M1 est WiFi, et l’ensemble de ses paramétrages, notamment d’ouverture et de vitesse d’obturation et de profondeur de champ sont répliqués sur l’écran de votre smartphone moyennant l’installation de l’application correspondante. Autres fonctions qui peuvent être commandées via smartphone : Live View, la mise hors tension, Rec View, le retardateur et la mise au point. Une simplification bienvenue pour ceux qui galèrent un peu au début dans les molettes, manettes et divers basculeurs de l’appareil.

Stabilisateur 5 axes

Comme son prédécesseur à succès, le OM-D E-M5, l’appareil est doté du système de stabilisation mécanique et électromagnétique sur cinq axes, celui-ci fonctionnant avec toutes les optiques compatibles avec le E-M1. Cinq axes signifie que le stabilisateur couvre la rotation sur un angle vertical et horizontal, la translation verticale et horizontale, et le « roulement » de l’appareil. Une sorte de système de steadycam ultra-miniaturisé qui interpelle en parenthèse le droniste qui est en moi : afin de stabiliser les images aériennes, nous utilisons de coûteuses nacelles électromagnétiques « intelligentes » fixées à nos machines volantes dans lesquelles nous installons nos GoPro. La miniaturisation permettrait probablement aux fabricants de mini-drones d’intégrer ce type de stabilisateur directement dans le châssis des engins, permettant de gagner du poids et de la place, et de produire des machines encore plus petites pour de la prise de vue indoor de qualité professionnelle par exemple. Fin de la parenthèse.

Viseur électronique : comme au cinéma

Le viseur électronique, affichant 2,36 millions de points (1024 x 768 points) du E-M1 fait partie, de l’aveu des spécialistes, des tout meilleurs du marché. Pour certains il est même tout simplement le meilleur. Avec un facteur d’agrandissement de x1, 48, l’image proposée est effectivement superbe, d’une définition étonnante, qui vous donnerait presque envie de regarder la vie à travers lui, comme dans une séance de cinéma permanente, d’autant qu’il reproduit fidèlement les effets de profondeur de champ. Ajoutez à cela un écran tactile de 1 million de points qui permet – comme celui d’un smartphone – de faire la mise au point de déclencher, et vous avez un combo qui permet réellement de travailler dans un environnement qui offre une ergonomie optimale.

L’un des meilleurs capteurs du marché

Le nouveau capteur du E-M1 est fabriqué par Sony (qui fournit également les capteurs pour les reflex haut de gamme Nikon et Pentax). Il s’agit d’un capteur CMOS 16 Megapixels qui offre des images dont les détails le placent là aussi sur le haut du paner des hybride Micro 4/3 actuels, avec notamment une gestion du bruit numérique ultra-performante, qui permet de pousser jusqu’à 3200 ISO en gardant une image propre.

Ajoutez à cela un autofocus qui place l’appareil pratiquement au niveau des appareils reflex professionnels comme par exemple les Canon haut de gamme, ainsi qu’une optique 4/3 » Live MOS permettant du zoom également de qualité professionnelle avec l’installation d’objectifs 4/3 via un adaptateur, le tout pour un poids de 497 grammes, et vous avez une machine qui devrait faire un tabac chez les professionnels.

L’Olympus OM-D E-M1 sera disponible début octobre au prix de 1.499 euros pour le boîtier nu, ou en combo comprenant le nouveau zoom 12-40mm f2.8 pour 2.300 euros.

Pour vous faire une idée, voici quelques photos faites sur place par votre serviteur, en mode newbie. Aucune retouche, aucun recadrage, photos brutes de fonderie. Pour en voir d’autres – et des meilleures – je vous invite à jeter un Å“il sur celles shootées par Aurélien de chez Clubic, par exemple.


Un commentaire

  1. OUlala, très cher, aussi cher que son concurrent direct, le NEX7 de Sony, qui offre des caractéristiques semblables. Ca reste réservé aux pro ! (au vrai, hein, pas ceux qui font des photos de leur chats oud e leur gamins en vacances ^^).
    J’aime bien le format Hybride, un beau compromis entre performance et encombrement.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
startup_dans_le_pre
Innovez au vert avec la Startup est dans le Pré

L'année dernière avait vu la création d'une sorte de Startup Weekend un peu particulier : la Startup est dans le...

Fermer