Opera pense à intégrer un bloqueur de publicités sur son navigateur

Et selon l’entreprise, sa technologie est plus rapide qu’AdBlock Plus.

Dans le débat concernant les publicités en ligne, certains acteurs du numérique n’hésitent plus à prendre des positions claires. Il y a quelques jours, nous évoquions un test mené par le New York Times qui consiste à cacher le contenu si l’internaute utilise un bloqueur de publicités et à lui demander soit de mettre le site sur sa liste blanche, soit de s’abonner à une offre payante qui permet de ne plus voir de pubs.

De leurs côté, des navigateurs facilitent de plus en plus le blocage de ces pubs. L’année dernière, Apple avait provoqué une controverse en lançant une fonctionnalité d’iOS qui permet aux développeurs de proposer des bloqueurs de contenus (de publicités) sur mobile pour le navigateur Safari.

Samsung a emboîté le pas puisque depuis cette année, son navigateur « Internet » propose également quelque chose de similaire sur Android. Asus a décidé que le navigateur par défaut de ses smartphones allait intégrer un ad-blocker qui sera activé par défaut. Et si vous utilisez le mode navigation privée de Firefox, celui-ci cachera aussi des publicités.

Par ailleurs aujourd’hui, c’est au tour d’Opera de penser à en installer un sur ses navigateurs pour PC et Mac. Pour le moment, il n’est pas encore sur la version officielle, mais à l’essai sur la version du « Developper channel ».

Adblock OPERA Adbock Opera 2

Elle peut être activée en cliquant sur l’icône de bouclier sur la barre d’adresse et selon Opera, contrairement à la plupart des autres bloqueurs de publicité, le sien est intégré nativement, ce qui signifie que le blocage des pubs se fait au niveau du « web engine ». De ce fait, celui-ci serait plus performant que les combinaisons « Chrome + Adblock Plus » et « Firefox + Adblock Plus ».

Adblock Opera 3

Cette fonctionnalité plairait à de nombreux utilisateurs d’Opera et elle permettrait peut-être même à l’entreprise de gagner quelques parts de marché pour les versions PC et Mac de son navigateur contre Firefox et Chrome.

Cependant, la publicité permet aussi de financer des services proposés gratuitement sur le web. A ce sujet, Opera explique :

« Les publicités ont été une partie importante d’internet depuis ses débuts. La première pub en ligne est apparue dès 1994. Même à l’époque, les pubs ont aidé le web à grandir, offrant aux gens un accès gratuit à des millions de sites.

Avec le temps, cependant, elles se sont avérées être l’un des principaux inconvénients de la navigation web. Aujoud’hui, les publicités gonflées utilisent plus de bande passante que jamais, ce qui cause un ralentissement des pages web. Parfois elles couvrent le contenu que vous souhaitez voir ou bien elles essaient de vous avoir avec des faux boutons de téléchargement. »

(Source)

Comments are closed.

Lire les articles précédents :
Facebook rachète Masquerade
Facebook fait l’acquisition de l’application Masquerade

Les selfies sont devenus un vrai phénomène de mode ces dernières années et on ne compte plus les applications qui...

Fermer