Opera Software est repris par des géants de l’internet chinois

Le fonds Golden Block a fait une offre de 1,2 milliards de dollars pour reprendre Opera Software.

Opera Max press a

On n’en a pas beaucoup parlé, mais depuis un moment, Opera cherchait un repreneur. Et aujourd’hui, on apprend que la société norvégienne sera reprise par un fonds chinois.

Dans un communiqué, la firme indique qu’elle a reçu une offre de 10,5 milliards de couronnes (1,2 milliard de dollars) de Golden Block. Ce fonds inclus des acteurs du web chinois, pour ne citer que Beijing Kunlun Tech, spécialisé dans les jeux vidéo en Chine (aussi actionnaire majoritaire du site de rencontres Grindr) et Quihoo 360, qui travaille dans la cybersécurité.

Le conseil d’administration d’Opera Software aurait accepté l’offre à l’unanimité et par ailleurs, les grands actionnaires, qui possèdent le tiers de la compagnie, seraient aussi d’accord.

Cité par Bloomberg, Sverre Munck, Chairman d’Opera, explique que l’entreprise avait des difficultés face à la concurrence des géants américains, mais que grâce à cette acquisition, Opera fera partie d’un écosystème et pourra mieux s’affirmer sur le marché.

Bien qu’il ne soit pas leader avec son navigateur, Opera compte tout de même 350 millions d’utilisateurs actifs par mois pour ses logiciels. Sur les mobiles, la part des navigateurs d’Opera serait de 7,3 %. Et en plus de ses différents navigateurs (puisqu’il y en a plusieurs) qui permettent aux internautes d’économiser des données, Opera propose également depuis quelques temps l’application Opera Max.

Celle-ci sert à réduire la consommation de données mobiles sur les autres applications (comme YouTube ou Netflix). De nombreux constructeurs, pour ne citer que Samsung et Xiaomi, ont déjà annoncé qu’ils préinstalleront cette technologie sur leurs nouveaux smartphones.

(Sources :  1 / 2 )

Lire les articles précédents :
Infographie sonos
En France, plus d’un tiers des femmes préfèrent la musique au sexe

Sonos publie aujourd’hui les résultats d’une étude portant sur l’impact de l’écoute de musique dans les foyers.

Fermer