Oppia, le nouveau service Ă©ducatif de Google

Google vient de lever le voile sur un nouveau service éducatif du nom de Oppia, un service pensé pour les amoureux de la connaissance.

Oppia a Ă©tĂ© pensĂ© pour permettre aux internautes de partager facilement leurs connaissances en construisant des questionnaires interactifs sans avoir Ă  taper une seule ligne de code. Actuellement disponible en bĂȘta et en version anglophone uniquement, le service ne dispose pas encore d’un catalogue trĂšs Ă©toffĂ© mais il devrait s’enrichir trĂšs rapidement s’il parvient Ă  trouver son public.

Oppia : capture 1

Il y a deux maniĂšres d’utiliser le service : comme enseignant ou comme Ă©lĂšve. Pour se mettre dans la peau de l’un ou de l’autre, l’internaute n’aura qu’Ă  cliquer sur la rubrique correspondante dans le menu situĂ© tout en haut des pages.

Apprendre grĂące Ă  Oppia

On trouve actuellement six thĂšmes pour les cours. La programmation, la gĂ©ographie, les langues, les mathĂ©matiques, la physique et une derniĂšre rubrique dont le seul et unique objectif est de nous apprendre les rudiments. Welcome, c’est son nom. En cliquant sur le thĂšme de notre choix, nous verrons apparaĂźtre tous les cours associĂ©s, et donc tous les cours crĂ©Ă©s par les autres utilisateurs du service.

Chaque cours se prĂ©sente sous la forme d’un questionnaire. Exactement comme ce que propose Codecademy, pour ne citer que lui. Point intĂ©ressant, ces questionnaires ne sont pas aussi linĂ©aires qu’on pourrait le penser. Si nous donnons une mauvaise rĂ©ponse, ils seront ainsi capables de nous prendre par la main et de nous aiguiller comme le ferait un vrai professeur.

Oppia : capture 2 Oppia : capture 3

Créer un nouveau cours

N’importe qui peut crĂ©er un nouveau cours, Ă  la condition expresse de disposer d’un compte Google. L’assistant proposĂ© par Oppia n’est pas forcĂ©ment simple Ă  prendre en main et il vaudra mieux commencer par Ă©diter un cours existant pour partir du bon pied.

En gros, chaque cours est constituĂ© de plusieurs noeuds, de plusieurs questions. Pour chacun d’entre eux, il est possible de dĂ©finir plusieurs conditions dĂ©pendant des rĂ©ponses des Ă©lĂšves. Les options de mise en forme sont plutĂŽt complĂštes, et l’enseignant pourra ainsi s’appuyer sur du texte, des boutons, des champs texte et mĂȘme des onglets pour agrĂ©menter son questionnaire, et pour le rendre plus lisible.

Oppia joue la carte de l’open source. Si vous avez envie de mettre les mains dans le cambouis et d’en apprendre un peu plus Ă  son sujet, vous pouvez vous rendre sur cette page.

Je ne sais pas si Oppia parviendra Ă  sĂ©duire les internautes, mais il faut avouer que ce dernier ne manque pas d’intĂ©rĂȘt. Du coup, si vous avez quelques minutes devant vous, rien ne vous empĂȘche de vous rendre sur place pour voir de quoi il en retourne.

Oppia : capture 4 Oppia : capture 5

Sources : 1, 2


6 commentaires

  1. C’est une plaisanterie j’espĂšre, cette plateforme n’affiche que des formulaires de questions / rĂ©ponses.

    C’est un bon gros foutage de gueule et pourtant on est pas encore le 1er avril.

  2. Ça ne m’Ă©tonne pas qu’ils se lancent dans ce genre de trucs. Mais ça n’Ă©galera jamais un vrai cours au cĂŽtĂ© d’un vrai professeur.

  3. Merci pour cette information. Vous ĂȘtes sĂ»r que c’est un produit Google. A la fin de la fiche produit il semble Ă©crit l’inverse.

  4. En effet, on peut lire sur le site :

    « Much of the code that powers this site was written as an open-source project by a group of Google engineers in their 20% time. However, oppia.org is not a Google product, and Google bears no responsibility for the content of this website. »

    Au passage, le mot « oppia » est du finnois et cela signifie « apprendre ».

  5. On ne dit pas qu’il n’y a aucun lien avec Google : ce sont bien des employĂ©s de Google qui ont crĂ©Ă© et dĂ©veloppĂ© ce service, sur leurs 20% de temps libre. Mais il est clair que ce n’est pas un service officiel de Google au mĂȘme titre que Google Maps, par exemple. Google croĂźt assez en ce projet pour le mettre en avant sur son blog Open Source, mais pas encore suffisamment pour le prĂ©senter comme un produit Google et endosser la responsabilitĂ©. Le disclaimer sur le site de Oppia ne laisse aucun doute Ă  ce sujet.

    Ca reste une bonne idĂ©e et un bel outil, et merci de l’avoir partagĂ© sur Presse-Citron.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
[La Start-Up française de la Semaine] : Speekr

Speekr est la « Start-up française de la semaine » dans le cadre de notre concours Start-Up Presse-Citron. Le mois...

Fermer