Optimisation fiscale : Google, une toute petite PME qui souffre de la crise ?

Il semble que la petite PME Google connaisse des difficultés en France, puisqu’elle n’aurait payé que 5 millions d’euros d’impôts, un chiffre en baisse de 35% !

Google et les impôts...

Plus sérieusement, le géant américain qui ne payait déjà pas beaucoup d’impôts en comparaison de son chiffre d’affaires en France, grâce à une bonne recette d’optimisation fiscale, vient encore de baisser la facture.

Google et les impôts, une longue histoire…

Malgré le poids titanesque de Google et les milliards de chiffre d’affaires générés dans le monde, la firme de Mountain View n’est pas vraiment disposée à payer sa juste contribution à l’économie. Le géant américain comme beaucoup d’autre d’ailleurs, tels que Facebook ou Apple sont devenus de bien meilleurs experts en fiscalité, que dans le domaine du high-tech avec les années. Google le prouve en parvenant à payer 35% d’impôts en moins en 2014 en France, avec une contribution de seulement 5 millions d’euros. Un chiffre qui ne cesse de baisser puisqu’en 2013, le moteur de recherche avait réglé 7,7 millions d’euros d’impôts sur les bénéfices. Google serait donc devenu une petite PME qui connait la crise ?

Pas vraiment. La recette pour gagner des milliards et s’affranchir d’un impôt au ras des pâquerettes, se nomme l’optimisation fiscale. La partie la plus rémunératrice de Google France, se trouve en réalité en Irlande et toutes les prestations sont facturées depuis ce pays. Résultat, Google réussit un petit miracle, sa filiale souffre d’un repli de 3 % de son activité, alors que le marché de la publicité en ligne qui est le plus gros business du moteur de recherche, croît de 4 % par an.

Google est donc sur le bon chemin de l’optimisation fiscale pour payer de moins en moins d’impôts. Peut-être qu’un jour il trouvera la recette de Facebook, qui lui n’a payé que 320.000 euros d’impôts. Dans peu de temps, les géants du web seront aussi rentables qu’une boulangerie ou un kiosque à journaux ! Facebook, Google, Apple tous disent avoir un « rêve », une « vision » pour changer le monde et améliorer le quotidien des citoyens, pourquoi ne pas commencer en payant justement leurs impôts ?

Source


Nos dernières vidéos

4 commentaires

  1. Je ne suis pas d’accord avec cet article. Ce qui doit changer, ce sont les lois. Perso, je blâmerais soit la France, soit l’Irlande pour ça. Goggle, finalement, est comme tout le monde : si ils ont la possibilité de payer moins, pourquoi s’en priver, alors que c’est tout à fait légal. Discutable étiquement parlant, mais légal.

  2. L’impôt n’est pas une « juste contribution à l’économie ». L’impôt est « un prélèvement obligatoire sur les ressources des entreprises, servant à couvrir les dépenses de l’État ou des collectivités locales. » Si l’État et les collectivités locales étaient mieux gérés, ne serait-ce que comme un ménage, cet article n’existerait même pas.

    Et de toute façon, la TVA payée par Google France, les charges sociales (salariées et patronales) payées par Google France, les taxes foncières et d’habitation payées par Google France pour leur splendides locaux de Paris, personne n’en parle. Renseignez-vous sur la masse salariale de Google France, sur les taxes que leur implantation rapporte à l’État et aux collectivités locales.

    Car Google n’a pas choisi de s’implanter dans un vague hangar de banlieue, ou de province. Google n’a pas choisi de « recruter » des stagiaires ou des CDD pour effectuer le job, comme le font toutes ces sociétés françaises, qui elles « paient leurs impôts ». Prenez de la hauteur de vue.

    A quand un peu d’investigation?

    Et oui, Google France avec à peine quelques centaines de salariés est bien une PME.

    ::

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Molotov : le nouveau Netflix à la française qui veut lever 100 millions d’euros ?

Netflix a-t-il de quoi s’inquiéter ?

Fermer