Papa, maman, laissez-moi partir découvrir le monde avec Google Maps

Parcourir le monde. Découvrir les grands espaces. Partir à l’aventure. Cela ne signifie plus rien aujourd’hui.

Notre planète, cette vaste boule bleue dont les cartes étaient encore récemment (fin 18ème) couvertes de mentions « Terra Incognita », n’a plus aucun mystère dans notre société de l’information.

Encore en 1900, alors que nous avions terminé de combler les blancs de nos plans, il restait l’excitation d’y mettre les pieds par soi-même… de prendre un billet d’avion et de mettre son barda sur l’épaule pour voir à quoi ressemble le vaste univers, d’être surpris par l’immensité et la richesse des paysages.

Google Maps spoile ma vie

Nous sommes dans l’ère Google Maps. Pourquoi aller visiter le monde quand tout est disponible au bout de votre curseur.
En effet, Google Maps est fier d’annoncer aujourd’hui couvrir en Street View 4 des 7 plus hautes montagnes du monde (soit l’Aconcagua (Amérique du Sud), le Kilimandjaro (Afrique), le mont Elbrouz (Russie) et l’Everest (Asie))

Mon malaise avait déjà commencé il y a quelques semaines quand Google avait annoncé avoir couvert plus de 120 kilomètres de sentiers pour faire découvrir le Grand Canyon.

Ecoutez donc Ryan Falor, cela va vous faire rêver : « descendez le long du célèbre sentier de Bright Angel, admirez le majestueux fleuve Colorado et découvrez de superbes vues à 360°.(…) Et plus besoin de conduire deux heures pour voir le Meteor Crater à proximité : un simple clic suffit pour vous transporter aux abords de ce site à nul autre pareil. »
Au secours ! Pourquoi voudrais-je découvrir les plus beaux paysages de la planète sur l’écran de mon ordinateur ?

Et dans ces cas-là, Apple Maps semble presque une libération… nous voilà de nouveau autorisé à nous perdre.


8 commentaires

  1. Parliament on

    Le point positif c’est que ça fera moins de monde sur ces lieux touristiques, beaucoup préféreront rester au chaud chez eux devant leur écran, le tout en se goinfrant de burgers.

  2. On peut dire ce qu’on veut de Google (surtout du côté des référenceurs et de son moteur de recherche) mais avec Google Maps, c’est quand même voir l’inaccessible pour certains, qui n’ont pas forcément les moyens ou le temps de voyager.

    Quel plaisir de voir ces paysages, on n’a l’impression d’y être et la qualité de l’image est au rendez-vous.

  3. Personnellement, je travaille dans la digital et les produits high-tech depuis 10 ans. Et c’est aussi ma passion.
    Ma deuxième passion sont la montagne, les sports outdoor et la nature sauvage.
    Je raconte cela pour montrer que ces deux univers, l’un très moderne, l’autre très naturel, ne sont pas forcement opposés.
    Je peux passer plusieurs jours en haute montagne seul sans avoir la nécessité d’utiliser un seul outil high-tech (même aucun appareil moderne si ce ne sont mes vêtements tout aussi high-tech de part leur technicité) Et cela ne me dérangera pas. bien au contraire…
    Pour d’autres sorties, je serai accompagné d’applications smartphone spécifiques, appareil photo avec GPS, une Go Pro et un jour pourquoi pas des Google Glass (si j’ai la chance d’en profiter un jour)

    Bref, pour dire qu’il n’est pas nécessaire de partir dans l’extrême.
    J’aime beaucoup les produits Google et j’adore ce que m’offre Google Maps. Ça ne remplacera jamais la vrai.
    J’aime préparer mes courses de montagne Sur Earth ou Maps. Visualiser avec Street View avant de me rendre dans un endroit. Et aussi rêver.
    Mais ce qu’il y a de mieux c’est de le vivre en vrai…

  4. Oui mais pour beaucoup de gens qui n’ont pas les moyens ni le temps, ça permet de rêver de s’évader, tout comme les gosses d’autrefois rêvaient de voyage exotiques en lisant des livres d’aventures..

  5. Rien ne remplace le vrai voyage, pas même Google Map. Cependant, tout le monde n’a pas les moyens d’aller au Grand Canyon, mais grace à Google Map, on peut entrevoir ce que c’est.
    Evidemment, ça casse un peu e mythe du baroudeur qui se la pète en soirée…

  6. Oui non mais bon, voir les paysages sur son écran et les voir en vrai, ça n’a juste RIEN à voir. Déjà parce qu’aucune photo, aucune vidéo, ne rendra jamais justice à un paysage autant que notre propre vision. Ensuite parce que pour beaucoup de lieux (la montagne par ex), le trajet pour découvrir un paysage est pour bien 50% dans la beauté ressentie de l’endroit.
    Et ensuite, dans le voyage, il n’y a (heureusement) pas que les paysages, il y a les rencontres, la gastronomie, la culture, les galères, les anecdotes, le hasard… C’est juste irremplaçable.

  7. Se servir de Google Map pour rêver ou repérer des lieux est une chose. Mais cela ne veut pas forcement dire que c’est suffisant pour calmer ses ardeurs de voyages ou que cela incite à rester chez soi. La preuve, je me sers souvent de GM et pourtant je vais quand même faire le tour du monde 😉

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Nouveau Facebook : quel impact pour les marques ?

Facebook déploie progressivement le nouveau design de son fil d'actualité. Quel en sera l'impact pour les pages de marques ?...

Fermer