Pharmacies en ligne, 11 sites frauduleux utilisent les noms de vrais établissements

Peu après l’autorisation de la vente de médicaments sans ordonnance en ligne, onze sites ont été rapportés par l’ordre des pharmaciens. Ceux-ci usurpent l’identité d’établissements français et vendraient sans autorisation.

Récemment autorisées, les boutiques de pharmacie connaissent déjà leurs premières tentatives d’escroqueries. L’information a été reportée par l’Ordre national des pharmaciens qui a déclaré qu’onze sites semblaient vendre des médicaments sans autorisation officielle. Rappelons que le système de vente de produits pharmaceutiques a été assez sévèrement encadré par de nombreuses restrictions imposées à ceux qui voulaient se lancer dans l’e-pharmacie.

Alain Delgutte, président de la section A (titulaires d’officines) du conseil national de l’ordre national des pharmaciens explique quel est le problème avec ces fameux onze sites. Ceux-ci sont présentés en français, avec des logos et des couleurs qui rappelleront à un public français des organismes bien connus et, pire encore, ils usurpent le nom d’établissements réels.  « De nombreuses pharmacies ont ouvert un site vitrine ces dernières années, mais certaines ont laissé le nom de domaine tomber dans le domaine public en ne renouvelant pas leur abonnement auprès d’un registraire« .

pills La vente de médicaments en ligne autorisée mais fortement encadrée

Les sites incriminés sont en fait basés en Russie, les noms de domaines ayant tous été rachetés par une entreprise basée là-bas. Ils vendent essentiellement des stimulants sexuels et des pilules minceur miracles mais Alain Delgutte nous rappelle qu’avec « des prix 40 à 50 fois inférieurs aux prix du marché il s’agit sans aucun doute de contrefaçons […] Près de deux tiers des médicaments vendus en dehors des sites légaux sont des contrefaçons« . Rappelons que les contrefaçons médicamenteuses, en plus d’être souvent sans effet, peuvent se révéler dangereuses.

Les ventes en ligne de médicaments contrefaits ne sont pas nouvelles et il y a eu bien des affaires avant l’autorisation officielle de vendre ces produits en ligne en France, le 12 juillet dernier. « Le seul moyen pour le consommateur de s’assurer que le site sur lequel il veut acheter est légal est de se rendre sur le site de l’ordre des pharmaciens qui répertorie toutes les pharmacies en ligne qui répondent aux critères de la loi. Il n’y en a que 44 à ce jour« . L’identité des sites frauduleux n’a pas été transmise, pensez donc à vérifier sur le site des l’ordre des pharmaciens avant de tenter l’expérience e-pharmacie.

(source)


2 commentaires

  1. Quand on connait les coefficients de marge de la pharmacie, 50 fois moins cher c’est encore un produit vendu avec une bonne marge. Les laboratoire Boiron pour ne pas les citer on parfois des coefficient allant jusqu’à 250 fois leur cout de production…

  2. Bonjour,
    J’aimerais ajouter que les sites présents sur la liste « officielle » sont quasiment tous hors-la-loi depuis juin dernier. En effet, la loi exige qu’un site vendant des médicaments sans ordonnance doit obligatoirement être hébergé chez un hébergeur agréé données de santé (cette liste a été fournie et des hébergeurs type OVH n’en font pas partie^^). Aucun à l’heure actuelle n’est sur un tel hébergeur. Ils devraient donc par éthique professionnelle retirer leur partie « médicaments » en attendant leur changement de serveur…enfin c’est ce que je pense !

    Enfin, il me semble important de ne pas confondre la marge de la pharmacie et le coût de production du médicament.

    Excellente journée à tous,

    Arnaud

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Vous pouvez maintenant développer une application Windows Phone sans coder

Microsoft vient de lancer la version bêta de Windows Phone App Stutio, un éditeur de type WYSIWYG qui permettra de...

Fermer