Deux étudiants du MIT ont développé la première imprimante 3D réellement transportable. La PopFab tient dans une valise et il suffit de quelques minutes pour la mettre en oeuvre.

Le MIT (Massachusetts Institute of Technology) a beaucoup travaillé sur la stéréolithographie, une technique d’impression 3D par dépôt de couches successives de résine ou de plastique ABS. La PopFab est le dernier développement issu d’un labo de la célèbre université américaine.

Ilan Moyer et Nadya Peek du MIT CADLab ont planché sur une imprimante 3D facilement transportable qui peut être déployée très rapidement et n’importe où. Le projet a été développé dans le cadre du Center for Bits and Atoms, le centre pluridisciplinaire du MIT.

Elle dispose d’un bras rétractable qui lui permet, une fois replié, d’être très compacte. De surcroît, au bout de ce bras, on trouve une tête multi fonctions qui peut accueillir différents outils. Sur la vidéo, on voit ainsi celui qui permet l’impression 3D par empilement de résine. Mais, le fraisage, la découpe de vinyle et le dessin sont également possible grâce aux outils adaptés à positionner sur la tête.

PopFab MIT Cadlab Presse Citron PopFab : une imprimante 3D qui tient dans une valise

La valise ouverte, le bras est déployé et il suffit alors de connecter l’impirmante 3D à un laptop avant de pouvoir commencer à créer une pièce.

Le principe est assez proche de celui d’une imprimante 2D dans le sens où il s’agit d’un empilement d’impressions 2D. Les buses sont d’ailleurs similaires à celles qu’on trouve sur une imprimante 2D. Ici, elles ont été adaptées pour déposer de la résine chauffée. Le dépôt se fait donc couche par couche et c’est l’empilement qui crée le volume.

Ilan Moyer avait commencé à travailler sur l’impression 3D dès 2009. A cette époque, le challenge n’était pas de créer une imprimante 3D compacte mais bon marché à moins de 75 euros en la construisant soi-même avec des pièces disponibles dans les magasins de bricolage, le tout en moins d’une semaine. Depuis lors, on trouve la seconde génération de Solidoodle à 499 dollars (soit à peine plus de 400€) qui permet d’imprimer des objets 3D de 15 cm par 15 cm.

Quant à la Popfab, son prix n’est pas encore connu. D’autant plus que sa commercialisation n’a pas été évoquée.

Mais, sa compacité alliée à un prix similaire à celui de la Solidoodle contribuerait encore un peu plus à populariser l’impression 3D si d’aventure, elle devenait disponible pour le grand public.

(source)