Pour le PDG de BlackBerry, « votre temps est plus précieux que votre mobile »

Lors de sa conférence mondiale anjuelle à Orlando (USA), BlackBerry vient de présenter officiellement BlackBerry 10, son nouveau système d’exploitation, avec de nombreuses démos live à l’appui. Un OS innovant et séduisant, mais qui arrive un peu tard ?

Comment susciter de nouveau l’intérêt des professionnels, des développeurs, et du grand public quand, comme BlackBerry, on traverse une période difficile où l’innovation semble avoir déserté au profit de la concurrence ?

heins Pour le PDG de BlackBerry, votre temps est plus précieux que votre mobile

C’est la délicate équation que doit résoudre Thorsten Heins, le nouveau PDG de Research In Motion (RIM), maison-mère de BlackBerry, qui ouvrait la conférence BlackBerry World ce matin à Orlando, USA (15 heures à Paris).

La réponse (et la renaissance) de BlackBerry passe par une toute nouvelle version de son système d’exploitation : BlackBerry 10, dérivé de QNX, le noyau qui équipe déjà la tablette PlayBook. L’heure était donc aux présentations officielles, avec une série de démonstrations prouvant à ceux qui doutaient encore que BlackBerry 10 est d’ores et déjà une réalité, et à un stade de développement assez avancé.

L’ADN de BlackBerry

En préambule de ces démos, Thorsten Heins a fortement insisté sur quelques notions qui figurent selon lui « dans l’ADN de BlackBerry » : efficacité, productivité et temps réel, symbolisées entre autres par le push et BBM (BlackBerry Messenger), utilisé par 55 millions de « BlackBerry People » dans le monde.

Cette distinction entre « smartphone users » et « BlackBerry People » est d’ailleurs assez intéressante à relever, car elle a été la pierre angulaire de la keynote, avec quelques chiffres à l’appui, comme par exemple le fait que sur 77 millions de clients BlackBerry dans le monde, 87% accèdent quotidiennement à un réseau social sur leur terminal mobile, contre seulement 63% pour les autres utilisateurs de smartphones. On ignore ce que BlackBerry cherche exactement à démontrer par là, mais on peut comprendre que les BlackBerry ne sont des smartphones. Ou sont-ils plus que cela ?

« Ne cherchez pas dans quelle application vous êtes, faites juste ce que vous avez à faire. » C’est ainsi que BlackBerry présente donc son nouvel OS. Et effectivement, la démo qui s’ensuit illustre parfaitement le nouvel adage : toutes les applications tournent en permanence en tâche de fond (un vrai multitâche déjà connu sur le PlayBook) et se feuillètent comme les pages d’un journal, dans un flux d’une fluidité qui n’est pas sans rappeler Windows Phone, bien plus qu’Android ou iOS. Pour passer d’une application à une autre, pas besoin donc de fermer le programme, de retourner sur l’écran d’accueil et de cliquer sur une nouvelle icône, tout se fait d’un glissement du doigt sur le bord de l’écran. Pratique et esthétique. Et efficace, effectivement. L’idée sous-jacente étant que l’utilisateur n’ai plus à se préoccuper de savoir sur quelle application il est ou d’aller en chercher une autre, mais de travailler (ou s’amuser) dans un flux qui se charge de ces manipulations à sa place.

BlackBerry10 glance1 Pour le PDG de BlackBerry, votre temps est plus précieux que votre mobile

QNX, le seul OS temps réel ?

« BlackBerry 10 n’est pas seulement un OS mobile, mais une nouvelle plateforme  révolutionnaire d’informatique mobile. QNX est le seul OS temps réel que nous ayons trouvé. La faible latence est l’un des aspects les plus importants de notre développement ». Développé sur QNX, BlackBerry 10 ambitionne de dépasser largement le cadre du mobile et des tablettes pour s’inviter dans de nombreux équipements. L’illustration en a été donnée avec la fameuse Porsche 911 déjà présentée lors du dernier CES, dont les principales fonctions électroniques d’aide à la conduite et d’entertainement ont été soigneusement démontées pour être remplacées par un ensemble de terminaux à écrans tactiles signés BlackBerry QNX. A ce titre, BlackBerry rappelle que 60% des voitures dans le monde embarquent du QNX.

Le clavier super intelligent

Autre temps fort de la présentation : le nouveau clavier tactile de BlackBerry 10, truffé d’innovations destinées à rendre la saisie de texte toujours plus rapide, facile et intuitive. N’oublions pas que le clavier (physique) a toujours été l’un des points forts de BlackBerry, et que là encore le challenge est de taille : rester leader dans ce domaine en prenant le délicat virage du tout tactile, et parvenir à réunir le meilleur des deux mondes, sans quoi les clients les plus fidèles pourraient finir par se tourner aussi vers la concurrence. De ce point de vue on peut dire que les équipes de recherche et développement de RIM ont mis le paquet en inventant un clavier qui – en tout cas lors de la démo live – semble très prometteur. Nombre de ses fonctions passent par un simple « swipe » sur l’écran, à savoir un balayage du bout du doigt, dans différentes directions. Si la saisie de texte reste relativement conventionnelle, plusieurs actions sont facilitées par ce balayage : retour en arrière, effacement de mots ou de phrases. La saisie prédictive se fait aussi de cette façon : les suggestions de mots se font directement sur les lettres du clavier et non plus dans une zone au-dessus de celui-ci, et si un mot suggéré convient, il suffit de « l’envoyer » dans la phrase par simple glissement. Très convaincant. Reste à voir ce que cela donne à l’usage.

Au sujet du clavier, il est intéressant de noter à quel point le monde des smartphones a évolué en quelques années de ce point de vue. Alors que c’était encore le cadet des soucis des constructeurs au milieu des années 2000, le clavier est devenu aujourd’hui un enjeu stratégique, qui peut faire ou défaire le succès d’un terminal mobile. Je me souviens encore de la façon dont je me faisais remettre à ma place dans les forums spécialisés quand j’affirmais que les premiers smartphones Windows Mobile (SPV entre autres) et Nokia manquaient cruellement d’un clavier pour faciliter la saisi de texte. Les réponses allaient de « n’importe-quoi, ça ne sert à rien » à « et le T9 c’est pour les chiens ? ». Bon je caricature un peu mais c’était ça l’idée : un clavier AZERTY ? No way.

La photo idéale est… une vidéo

BlackBerry 10 intègre également une application photo géniale qui va certainement beaucoup faire parler d’elle : celle-ci ne prend pas une photo mais une courte séquence sur laquelle il est ensuite possible de revenir pour ne garder que le meilleurs morceaux de celle-ci afin de composer la photo idéale. Une fonctionnalité qui fera probablement hurler les puristes de la photographie et de la magie de capter un instant, mais qui va s’avérer particulièrement pratique pour les portraits de groupe, où il y a toujours un ou deux sujets ratés (le premier ferme les yeux au moment du clic alors que le deuxième finit de mâcher son reblochon). Notons cependant que BlackBerry n’a pas inventé cette application : celle-ci s’inspire en effet fortement de Rewind de Scalado, dont nous avions évoqué également Remove.

Plusieurs partenaires éditeurs sont montés sur scène lors de cette présentation, pour proposer des démos de leurs applications développées ou portées en moins de quatre semaines sur la plateforme BlackBerry 10. C’est le cas notamment de Pacemaker, une application musicale, mais également de Gameloft, qui propose déjà 11 jeux de son catalogue sur PlayBook, ou encore Pixerlmags, une application de lecture de magazines facturée non plus au numéro mais au temps, avec un bonus mensuel de 10 minutes supplémentaires. Des apps qui arriveront avec la sortie de BlackBerry 10 fin 2012.

Pour finir, et pour leur donner le goût et l’envie de développer pour BlackBerry 10, tous les développeurs présents à la conférence se voient offrir un exemplaire du nouveau prototype de smartphone BlackBerry, sorte de mini-tablette au look évoquant furieusement l’iPhone : le BlackBerry 10 Dev Alpha, un smartphone tout tactile doté d’un écran 4,2 pouces d’une résolution de1280 x 768 et de la version de développement de BlackBerry 10.

Reste à savoir si l’écosystème d’applications, qui est pour le moment le talon d’Achille de RIM, se développera rapidement et si BlackBerry 10 saura susciter la motivation des développeurs et éditeurs, afin que BlackBerry retrouve rapidement sa place dans la cour des grands.

 

15 commentaires

  1. Peschisolido

    La présentation était assez sympathique (ça doit pas être évident après un changement de PDG et la situation actuelle de la boîte).

    Qu’on aime ou pas (je suis le premier à défendre l’écran tactile) force est d’admettre que RIM a fait un énorme travail. En plus la base QNX est ultra saine et c’est clair que ça va faciliter la communication avec tous ceux qui bossent avec QNX (Heins a bien fait de le préciser).

    Au final ça a vraiment l’air concluant, reste à voir comment le public accueillera le système (c’est là ma plus grosse crainte, un peu comme WP7)

  2. L’inconvénient de blackberry réside dans sa faible attractivité pour bon nombre d’applications. ça reste un inconvénient de TAILLE.
    @admin: certains mots dans l’article sont passés à la trappe :)

  3. Merci pour l’article.

    Juste une question, Blackberry abandone le clavier définitivement ? Il n’y aura plus de modèle avec clavier physique ?

    Un adepte du Bold !

  4. Bon, je suis étonné qu’ils se fassent passer pour des pionniers du multitask en fenêtres actives car Android ICS le permet aussi en natif (il suffit de maintenir la touche « home » et la liste des applications actives s’affichent et il suffit juste de sélectionner la fenêtre (App) que l’on à déjà activé.

    Pour le reste rien à dire vu que je n’ai pas pu tester.

    Si RIM veut attraper des parts de marchés via BB10, je pense qu’il doit miser énormément en R&D et draguer les Devs d’apps d’autres plateformes.

  5. Eric

    @YABAS : je ne crois pas qu’il soit mentionné quelque-part qu’ils se fassent passer pour les pionniers du multitâche (en tout cas moi je ne dis pas ça). Mais c’est vrai que le flux des apps par « feuilletage » est nouveau et plus naturel et intuitif que sur ICS (ou iOS, qui a aussi cette fonction). Ici pas besoin de maintenir une touche enfoncée et de sélectionner une app dans une liste, ça se fait tout seul.

  6. Eric

    @Antoine : pour le moment on ne sait pas trop, personne même chez BB ne se mouille à répondre à cette question, je la reposerai aujourd’hui…

  7. Librati

    Merci pour cet article.
    On a l’impression que le temps s’accélère pour les concurrents de l’iphone qui ne sort une cinquième version que dans 5 mois…
    je pense que Windows 8 , black berry 10 sont deux os qui vont faire bouger les lignes d’autant qu’android et ios semble en vitesse de croisière sans apporter de réelles nouveautés. Bref un mois de septembre intéressant :)
    savez vous si il sera possible de mettre à jour une playbook avec ce nouvel os ?

  8. Bonjour,

    Merci pour votre article…par contre il s’agit plutôt du talon de ce brave Achille plus que de son tendon :)

    « qui est pour le moment le tendon d’Achille de RIM » :)

  9. Eric

    @joselito : et pourtant j’ai bien réfléchi avant de l’écrire, j’avais une chance sur deux, car selon le contexte on peut utiliser l’un où l’autre. Mais là j’ai faux. Je corrige :-)

  10. Pingback: Larkspur, le kit de développement 1.0 de l'OS mobile Tizen, est disponible

  11. Pingback: Larkspur, le kit de développement 1.0 de l’OS mobile Tizen, est disponible

  12. Pingback: BlackBerry 10 : premières images de l'écran d'accueil

  13. Pingback: BlackBerry 10 : premières images de l’écran d’accueil