Pourquoi bloquer les bloqueurs de pubs pourrait être illégal

La Commission Européenne vient de s’exprimer sur le sujet.

Commission Européenne Bruxelle Union

En mars, quelques sites de la presse française avaient décidé de réagir face à l’émergence des bloqueurs de pubs en installant des détecteurs d’adblockers sur leurs pages afin d’afficher un message et parfois même bloquer le contenu si l’internaute utilise des logiciels comme Adblock Plus. Mais ces pratiques pourraient bien être illégales vis-à-vis des lois européennes.

Pour le moment, aucun arrêt, ni enquête. Cependant, dans sa réponse à une lettre envoyée par le défenseur de la vide privée britannique Alexander Hanff, la Commission Européenne suggère que les scripts utilisés pour mettre en œuvre les blocages de bloqueurs de publicités peuvent être illégaux.

Dans l’article 5.3 de la Directive vie privée et communications électroniques, on peut lire ceci :

«  les États membres garantissent que l’utilisation des réseaux de communications électroniques en vue de stocker des informations ou d’accéder à des informations stockées dans l’équipement terminal d’un abonné ou d’un utilisateur ne soit permise qu’à condition que l’abonné ou l’utilisateur, soit muni, dans le respect de la directive 95/46/CE, d’une information claire et complète, entre autres sur les finalités du traitement, et que l’abonné ou l’utilisateur ait le droit de refuser un tel traitement par le responsable du traitement des données ».

C’est à cause de cette directive, par exemple, que depuis quelques années, les sites web européens affichent des messages avertissant aux internautes que ceux-ci utilisent de cookies. Or, comme l’explique la Commission Européenne dans sa réponse, en plus des cookies, cette réglementation s’applique également au « stockage de scripts pour détecter si un utilisateur a installé des adblockers ». Et dans le cas où le script est en javascrip, donc du code client, il sera effectivement stocké sur la machine de l’utilisateur.

Hanff, fervent défenseur des droits des internautes, entend se baser sur cette réponse pour attaquer les sites qui utilisent des bloqueurs de bloqueurs de pubs. Mais les éditeurs utiliseront peut-être les exceptions spécifiées dans le même article pour se défendre :

« Cette disposition ne fait pas obstacle à un stockage ou à un accès techniques visant exclusivement à effectuer ou à faciliter la transmission d’une communication par la voie d’un réseau de communications électroniques, ou strictement nécessaires à la fourniture d’un service de la société de l’information expressément demandé par l’abonné ou l’utilisateur ».

(Source)


Nos dernières vidéos

4 commentaires

  1. François PERRIER on

    Le problème des sites qui envoient de la publicité agressive, c’est que les internautes les fuient

    • Mathias B. on

      Il y a aussi certains sites qui vivent de la pub (majoritairement) mais qui envoient des pubs dans tous les sens au point d’en faire un abus et cela pourrait pousser les gens à les bloquer… La réflexion n’a pas trop de sens mais l’idée est là.

  2. Que pensez-vous d’un réseau social publicitaire qui rapporterait des finances sans publicités intrusives, sans vente de données et sans ciblage ? L’utilisateur ne serait plus traqué mais l’utilisateur traquerait l’annonceur. voyez SAKABIZ pour en avoir une idée.

  3. Qu’ils mettent des pubs sur le côté de leurs pages d’accord, mais pas intrusive sur chaque page a chaque click comme j’en rencontre souvent. De toute façon je quiterais pas Adblock pour eux et ni Ghostery.

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Nokia met la main sur Withings pour 170 millions d’euros

Nokia veut se lancer dans les smartwatch et les objets connectés en rachetant Withings.

Fermer